| Accueil >> Varia >> Livres >> Table des matières

[précédente] [suivante]

Catéchisme de l'Église catholique -- §2700 à §2799

LES EXPRESSIONS DE LA PRIERE

I. La prière vocale

§2700
Par sa Parole, Dieu parle à l'homme. C'est par des paroles, mentales ou vocales, que notre prière prend corps. Mais le plus important est la présence du coeur à Celui à qui nous parlons dans la prière. «Que notre prière soit entendue dépend, non de la quantité des paroles, mais de la ferveur de nos âmes» (S. Jean Chrysostome, ecl. 2: PG 63, 583A).

§2701
La prière vocale est une donnée indispensable de la vie chrétienne. Aux disciples, attirés par la prière silencieuse de leur Maître, Celui-ci enseigne une prière vocale: le «Notre Père». Jésus n'a pas seulement prié les prières liturgiques de la synagogue, les Évangiles nous Le montrent élever la voix pour exprimer sa prière personnelle, de la bénédiction exultante du Père (cf. Mt 11, 25-26) jusqu'à la détresse de Gethsémani (cf. Mc 14, 36).

§2702
Ce besoin d'associer les sens à la prière intérieure répond à une exigence de notre nature humaine. Nous sommes corps et esprit, et nous éprouvons le besoin de traduire extérieurement nos sentiments. Il faut prier avec tout notre être pour donner à notre supplication toute la puissance possible.

§2703
Ce besoin répond aussi à une exigence divine. Dieu cherche des adorateurs en Esprit et en Vérité, et par conséquent la prière qui monte vivante des profondeurs de l'âme. Il veut aussi l'expression extérieure qui associe le corps à la prière intérieure, car elle Lui apporte cet hommage parfait de tout ce à quoi Il a droit.

§2704
Parce qu'extérieure et si pleinement humaine, la prière vocale est par excellence la prière des foules. Mais aussi la prière la plus intérieure ne saurait négliger la prière vocale. La prière devient intérieure dans la mesure où nous prenons conscience de Celui «à qui nous parlons» (Ste. Thérèse de Jésus, cam. 26). Alors la prière vocale devient une première forme de la prière contemplative.

II. La méditation

§2705
La méditation est surtout une recherche. L'esprit cherche à comprendre le pourquoi et le comment de la vie chrétienne, afin d'adhérer et de répondre à ce que le Seigneur demande. Il y faut une attention difficile à discipliner. Habituellement, on s'aide d'un livre, et les chrétiens n'en manquent pas: les saintes Écritures, l'Evangile singulièrement, les saintes icônes, les textes liturgiques du jour ou du temps, les écrits des Pères spirituels, les ouvrages de spiritualité, le grand livre de la création et celui de l'histoire, la page de «l'Aujourd'hui» de Dieu.

§2706
Méditer ce qu'on lit conduit à se l'approprier en le confrontant avec soi-même. Ici, un autre livre est ouvert: celui de la vie. On passe des pensées à la réalité. A la mesure de l'humilité et de la foi, on y découvre les mouvements qui agitent le coeur et on peut les discerner. Il s'agit de faire la vérité pour venir à la Lumière: «Seigneur, que veux-tu que je fasse?».

§2707
Les méthodes de méditation sont aussi diverses que les maîtres spirituels. Un chrétien se doit de vouloir méditer régulièrement, sinon il ressemble aux trois premiers terrains de la parabole du semeur (cf. Mc 4, 4-7. 15-19). Mais une méthode n'est qu'un guide; l'important est d'avancer, avec l'Esprit Saint, sur l'unique chemin de la prière: le Christ Jésus.

§2708
La méditation met en oeuvre la pensée, l'imagination, l'émotion et le désir. Cette mobilisation est nécessaire pour approfondir les convictions de foi, susciter la conversion du coeur et fortifier la volonté de suivre le Christ. La prière chrétienne s'applique de préférence à méditer «les mystères du Christ», comme dans la «lectio divina» ou le Rosaire. Cette forme de réflexion priante est de grande valeur, mais la prière chrétienne doit tendre plus loin: à la connaissance d'amour du Seigneur Jésus, à l'union avec Lui.

III. L'oraison

§2709
Qu'est-ce que l'oraison? Ste. Thérèse répond: «L'oraison mentale n'est, à mon avis, qu'un commerce intime d'amitié où l'on s'entretient souvent seul à seul avec ce Dieu dont on se sait aimé» (vida 8).

L'oraison cherche «celui que mon coeur aime» (Ct 1, 7; cf. Ct 3, 1-4). C'est Jésus, et en lui, le Père. Il est cherché, parce que le désirer est toujours le commencement de l'amour, et il est cherché dans la foi pure, cette foi qui nous fait naître de lui et vivre en lui. On peut méditer encore dans l'oraison, toutefois le regard porte sur le Seigneur.

§2710
Le choix du temps et de la durée de l'oraison relève d'une volonté déterminée, révélatrice des secrets du coeur. On ne fait pas oraison quand on a le temps: on prend le temps d'être pour le Seigneur, avec la ferme détermination de ne pas le lui reprendre en cours de route, quelles que soient les épreuves et la sécheresse de la rencontre. On ne peut pas toujours méditer, on peut toujours entrer en oraison, indépendamment des conditions de santé, de travail ou d'affectivité. Le coeur est le lieu de la recherche et de la rencontre, dans la pauvreté et dans la foi.

§2711
L'entrée en oraison est analogue à celle de la Liturgie eucharistique: «rassembler» le coeur, recueillir tout notre être sous la mouvance de l'Esprit Saint, habiter la demeure du Seigneur que nous sommes, éveiller la foi pour entrer en la Présence de Celui qui nous attend, faire tomber nos masques et retourner notre coeur vers le Seigneur qui nous aime afin de nous remettre à Lui comme une offrande à purifier et à transformer.

§2712
L'oraison est la prière de l'enfant de Dieu, du pécheur pardonné qui consent à accueillir l'amour dont il est aimé et qui veut y répondre en aimant plus encore (cf. Lc 7, 36-50; 19, 1-10). Mais il sait que son amour en retour est celui que l'Esprit répand dans son coeur, car tout est grâce de la part de Dieu. L'oraison est la remise humble et pauvre à la volonté aimante du Père en union de plus en plus profonde à son Fils bien-aimé.

§2713
Ainsi l'oraison est-elle l'expression la plus simple du mystère de la prière. L'oraison est un don, une grâce; elle ne peut être accueillie que dans l'humilité et la pauvreté. L'oraison est une relation d'alliance établie par Dieu au fond de notre être (cf. Jr 31, 33). L'oraison est communion: la Trinité Sainte y conforme l'homme, image de Dieu, «à sa ressemblance».

§2714
L'oraison est aussi le temps fort par excellence de la prière. Dans l'oraison, le Père nous «arme de puissance par son Esprit pour que se fortifie en nous l'homme intérieur, que le Christ habite en nos coeurs par la foi et que nous soyons enracinés, fondés dans l'amour» (Ep 3, 16-17).

§2715
La contemplation est regard de foi, fixé sur Jésus. «Je L'avise et Il m'avise», disait, au temps de son saint curé, le paysan d'Ars en prière devant le Tabernacle (cf. F. Trochu, Le curé d'Ars Saint Jean Marie Vianney, p. 223-224). Cette attention à Lui est renoncement au «moi». Son regard purifie le coeur. La lumière du regard de Jésus illumine les yeux de notre coeur; elle nous apprend à tout voir dans la lumière de sa vérité et de sa compassion pour tous les hommes. La contemplation porte aussi son regard sur les mystères de la vie du Christ. Elle apprend ainsi «la connaissance intérieure du Seigneur» pour L'aimer et Le suivre davantage (cf. S. Ignace, ex. spir. 104).

§2716
L'oraison est écoute de la Parole de Dieu. Loin d'être passive, cette écoute est l'obéissance de la foi, accueil inconditionnel du serviteur et adhésion aimante de l'enfant. Elle participe au «oui» du Fils devenu Serviteur et au «fiat» de son humble servante.

§2717
L'oraison est silence, ce «symbole du monde qui vient» (S. Isaac de Ninive, tract. myst. 66) ou «silencieux amour» (S. Jean de la Croix). Les paroles dans l'oraison ne sont pas des discours mais des brindilles qui alimentent le feu de l'amour. C'est dans ce silence, insupportable à l'homme «extérieur», que le Père nous dit son Verbe incarné, souffrant, mort et ressuscité, et que l'Esprit filial nous fait participer à la prière deJésus.

§2718
L'oraison est union à la prière du Christ dans la mesure où elle fait participer à son Mystère. Le Mystère du Christ est célébré par l'Église dans l'Eucharistie, et l'Esprit Saint le fait vivre dans l'oraison, afin qu'il soit manifesté par la charité en acte.

§2719
L'oraison est une communion d'amour porteuse de Vie pour la multitude, dans la mesure où elle est consentement à demeurer dans la nuit de la foi. La Nuit pascale de la Résurrection passe par celle de l'agonie et du tombeau. Ce sont ces trois temps forts de l'Heure de Jésus que son Esprit (et non la «chair qui est faible») fait vivre dans l'oraison. Il faut consentir à «veiller une heure avec lui» (cf. Mt 26, 40).

EN BREF

§2720
L'Église invite les fidèles à une prière régulière: prières quotidiennes, Liturgie des Heures, Eucharistie dominicale, fêtes de l'année liturgique.

§2721
La tradition chrétienne comprend trois expressions majeures de la vie de prière: la prière vocale, la méditation et l'oraison. Elles ont en commun le recueillement du coeur.

§2722
La prière vocale, fondée sur l'union du corps et de l'esprit dans la nature humaine, associe le corps à la prière intérieure du coeur, à l'exemple du Christ priant son Père et enseignant le «Notre Père» à ses disciples.

§2723
La méditation est une recherche priante qui met en oeuvre la pensée, l'imagination, l'émotion, le désir. Elle a pour but l'appropriation croyante du sujet considéré, confronté avec la réalité de notre vie.

§2724
L'oraison mentale est l'expression simple du mystère de la prière. Elle est un regard de foi fixé sur Jésus, une écoute de la Parole de Dieu, un silencieux amour. Elle réalise l'union à la prière du Christ dans la mesure où elle nous fait participer à son Mystère.

LE COMBAT DE LA PRIERE

§2725
La prière est un don de la grâce et une réponse décidée de notre part. Elle suppose toujours un effort. Les grands priants de l'Ancienne Alliance avant le Christ, comme la Mère de Dieu et les saints avec Lui nous l'apprennent: la prière est un combat. Contre qui? contre nous-mêmes et contre les ruses du Tentateur qui fait tout pour détourner l'homme de la prière, de l'union à son Dieu. On prie comme on vit, parce qu'on vit comme on prie. Si l'on ne veut pas habituellement agir selon l'Esprit du Christ, on ne peut pas non plus habituellement prier en son Nom. Le «combat spirituel» de la vie nouvelle du chrétien est inséparable du combat de la prière.

I. Les objections à la prière

§2726
Dans le combat de la prière, nous avons à faire face, en nous-mêmes et autour de nous, à des conceptions erronées de la prière. Certaines y voient une simple opération psychologique, d'autres un effort de concentration pour arriver au vide mental. Telles la codifient dans des attitudes et des paroles rituelles. Dans l'inconscient de beaucoup de chrétiens, prier est une occupation incompatible avec tout ce qu'ils ont à faire: ils n'ont pas le temps. Ceux qui cherchent Dieu par la prière se découragent vite parce qu'ils ignorent que la prière vient aussi de l'Esprit Saint et non pas d'eux seuls.

§2727
Nous avons aussi à faire face à des mentalités de «ce monde-ci «; elles nous pénètrent si nous ne sommes pas vigilants, par exemple: le vrai serait seulement ce qui est vérifié par la raison et la science (or prier est un mystère qui déborde notre conscience et notre inconscient); les valeurs de production et de rendement (la prière, improductive, est donc inutile); le sensualisme et le confort, critères du vrai, du bien et du beau (or la prière, «amour de la Beauté» [philocalie], est éprise de la Gloire du Dieu vivant et vrai); en réaction contre l'activisme, voici la prière présentée comme fuite du monde (or la prière chrétienne n'est pas une sortie de l'histoire ni un divorce avec la vie).

§2728
Enfin, notre combat doit faire face à ce que nous ressentons comme nos échecs dans la prière: découragement devant nos sécheresses, tristesse de ne pas tout donner au Seigneur, car nous avons «de grands biens» (cf. Mc 10, 22), déception de ne pas être exaucés selon notre volonté propre, blessure de notre orgueil qui se durcit sur notre indignité de pécheur, allergie à la gratuité de la prière, etc. La conclusion est toujours la même: à quoi bon prier? Pour vaincre ces obstacles, il faut combattre pour l'humilié, la confiance et la persévérance.

II. L'humble vigilance du coeur

Face aux difficultés de la prière

§2729
La difficulté habituelle de notre prière est la distraction. Elle peut porter sur les mots et leur sens, dans la prière vocale; elle peut porter, plus profondément, sur Celui que nous prions, dans la prière vocale (liturgique ou personnelle), dans la méditation et dans l'oraison. Partir à la chasse des distractions serait tomber dans leurs pièges, alors qu'il suffit de revenir à notre coeur: une distraction nous révèle ce à quoi nous sommes attachés et cette prise de conscience humble devant le Seigneur doit réveiller notre amour de préférence pour lui, en lui offrant résolument notre coeur pour qu'il le purifie. Là se situe le combat, le choix du Maître à servir (cf. Mt 6, 21. 24).

§2730
Positivement, le combat contre notre moi possessif et dominateur est la vigilance, la sobriété du coeur. Quand Jésus insiste sur la vigilance, elle est toujours relative à Lui, à sa Venue, au dernier jour et chaque jour: «aujourd'hui». L'Epoux vient au milieu de la nuit; la lumière qui ne doit pas s'éteindre est celle de la foi: «De toi mon coeur a dit: 'Cherche sa Face'» (Ps 27, 8).

§2731
Une autre difficulté, spécialement pour ceux qui veulent sincèrement prier, est la sécheresse. Elle fait partie de l'oraison où le coeur est sevré, sans goût pour les pensées, souvenirs et sentiments, même spirituels. C'est le moment de la foi pure qui se tient fidèlement avec Jésus dans l'agonie et au tombeau. «Le grain de blé, s'il meurt, porte beaucoup de fruit» (Jn 12, 24). Si la sécheresse est due au manque de racine, parce que la Parole est tombée sur du roc, le combat relève de la conversion (cf. Lc 8, 6. 13).

Face aux tentations dans la prière

§2732
La tentation la plus courante, la plus cachée, est notre manque de foi. Elle s'exprime moins par une incrédulité déclarée que par une préférence de fait. Quand nous commençons à prier, mille travaux ou soucis, estimés urgents, se présentent comme prioritaires; de nouveau, c'est le moment de la vérité du coeur et de son amour de préférence. Tantôt nous nous tournons vers le Seigneur comme le dernier recours: mais y croit-on vraiment? Tantôt nous prenons le Seigneur comme allié, mais le coeur est encore dans la présomption. Dans tous les cas, notre manque de foi révèle que nous ne sommes pas encore dans la disposition du coeur humble: «Hors de moi, vous ne pouvez rien faire» (Jn 15, 5).

§2733
Une autre tentation, à laquelle la présomption ouvre la porte, est l'acédie. Les Pères spirituels entendent par là une forme de dépression due au relâchement de l'ascèse, à la baisse de la vigilance, à la négligence du coeur. «L'esprit est ardent, mais la chair est faible» (Mt 26, 41). Plus on tombe de haut, plus on se fait mal. Le découragement, douloureux, est l'envers de la présomption. Qui est humble ne s'étonne pas de sa misère, elle le porte à plus de confiance, à tenir ferme dans la constance.

III. La confiance filiale

§2734
La confiance filiale est éprouvée -- elle se prouve -- dans la tribulation (cf. Rm 5, 3-5). La difficulté principale concerne la prière de demande, pour soi ou pour les autres dans l'intercession. Certains cessent même de prier parce que, pensent-ils, leur demande n'est pas exaucée. Ici deux questions se posent: Pourquoi pensons-nous que notre demande n'a pas été exaucée? Comment notre prière est-elle exaucée, «efficace «?

Pourquoi nous plaindre de ne pas être exaucés?

§2735
Une constatation devrait d'abord nous étonner. Quand nous louons Dieu ou lui rendons grâces pour ses bienfaits en général, nous ne sommes guère inquiets de savoir si notre prière lui est agréable. Par contre, nous exigeons de voir le résultat de notre demande. Quelle est donc l'image de Dieu qui motive notre prière: un moyen à utiliser ou le Père de notre Seigneur Jésus-Christ?

§2736
Sommes-nous convaincus que «nous ne savons que demander pour prier comme il faut» (Rm 8, 26)? Demandons-nous à Dieu «les biens convenables «? Notre Père sait bien ce qu'il nous faut, avant que nous le lui demandions (cf. Mt 6, 8) mais il attend notre demande parce que la dignité de ses enfants est dans leur liberté. Or il faut prier avec son Esprit de liberté, pour pouvoir connaître en vérité son désir (cf. Rm 8, 27).

§2737
«Vous ne possédez pas parce que vous ne demandez pas. Vous demandez et ne recevez pas parce que vous demandez mal, afin de dépenser pour vos passions» (Jc 4, 2-3; cf. tout le contexte Jc 4, 1-10; 1, 5-8; 5, 16). Si nous demandons avec un coeur partagé, «adultère» (Jc 4, 4), Dieu ne peut nous exaucer, car il veut notre bien, notre vie. «Pensez-vous que l'Écriture dise en vain: il désire avec jalousie l'Esprit qu'il a mis en vous» (Jc 4, 5)? Notre Dieu est «jaloux» de nous, ce qui est le signe de la vérité de son amour. Entrons dans le désir de son Esprit et nous serons exaucés:

Ne t'afflige pas si tu ne reçois pas immédiatement de Dieu ce que tu lui demandes; c'est qu'il veut te faire plus de bien encore par ta persévérance à demeurer avec lui dans la prière (Evagre, or. 34: PG 79, 1173). Il veut que notre désir s'éprouve dans la prière. Ainsi, il nous dispose à recevoir ce qu'il est prêt à nous donner (S. Augustin, ep. 130, 8, 17: PL 33, 500).

Comment notre prière est-elle efficace?

§2738
La révélation de la prière dans l'Economie du salut nous apprend que la foi s'appuie sur l'action de Dieu dans l'histoire. La confiance filiale est suscitée par son action par excellence: la Passion et la Résurrection de son Fils. La prière chrétienne est coopération à sa Providence, à son Dessein d'amour pour les hommes.

§2739
Chez S. Paul, cette confiance est audacieuse (cf. Rm 10, 12-13), fondée sur la prière de l'Esprit en nous et sur l'amour fidèle du Père qui nous a donné son Fils unique (cf. Rm 8, 26-39). La transformation du coeur qui prie est la première réponse à notre demande.

§2740
La prière de Jésus fait de la prière chrétienne une demande efficace. Il en est le modèle, Il prie en nous et avec nous. Puisque le coeur du Fils ne cherche que ce qui plaît au Père, comment celui des enfants d'adoption s'attacherait-il aux dons plutôt qu'au Donateur?

§2741
Jésus prie aussi pour nous, à notre place et en notre faveur. Toutes nos demandes ont été recueillies une fois pour toutes dans son Cri sur la Croix et exaucées par le Père dans sa Résurrection et c'est pourquoi il ne cesse d'intercéder pour nous auprès du Père (cf. He 5, 7; 7, 25; 9, 24). Si notre prière est résolument unie à celle de Jésus, dans la confiance et l'audace filiale, nous obtenons tout ce que nous demandons en son Nom, bien davantage que ceci ou cela: l'Esprit Saint lui-même, qui contient tous les dons.

IV. Persévérer dans l'amour

§2742
«Priez sans cesse» (1 Th 5, 17), «en tout temps et à tout propos, rendez grâces à Dieu le Père au Nom de notre Seigneur Jésus Christ» (Ep 5, 20), «vivez dans la prière et les supplications; priez en tout temps dans l'Esprit, apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints» (Ep 6, 18). «Il ne nous a pas été prescrit de travailler, de veiller et de jeûner constamment, tandis que c'est pour nous une loi de prier sans cesse» (Evagre, cap. pract. 49: PG 40, 1245C). Cette ardeur inlassable ne peut venir que de l'amour. Contre notre pesanteur et notre paresse le combat de la prière est celui de l'amour humble, confiant et persévérant. Cet amour ouvre nos coeurs sur trois évidences de foi, lumineuses et vivifiantes:

§2743
Prier est toujours possible: Le temps du chrétien est celui du Christ ressuscité qui est «avec nous, tous les jours» (Mt 28, 20), quelles que soient les tempêtes (cf. Lc 8, 24). Notre temps est dans la main de Dieu:

Il est possible, même au marché ou dans une promenade solitaire, de faire une fréquente et fervente prière. Assis dans votre boutique, soit en train d'acheter ou de vendre, ou même de faire la cuisine (S. Jean Chrysostome, ecl. 2: PG 63, 585A).

§2744
Prier est une nécessité vitale. La preuve par le contraire n'est pas moins convaincante: si nous ne laissons pas mener par l'Esprit, nous retombons sous l'esclavage du péché (cf. Ga 5, 16-25). Comment l'Esprit Saint peut-il être «notre Vie» si notre coeur est loin de lui?

Rien ne vaut la prière; elle rend possible ce qui est impossible, facile ce qui est difficile. Il est impossible que l'homme qui prie puisse pécher (S. Jean Chrysostome, Anna 4, 5: PG 54, 666).

Qui prie, se sauve certainement; qui ne prie pas se damne certainement (S. Alphonse de Liguori, mez.).

§2745
Prière et vie chrétiennes sont inséparables car il s'agit du même amouret du même renoncementqui procède de l'amour. La même conformité filiale et aimante au Dessein d'amour du Père. La même union transformante dans l'Esprit Saint qui nous conforme toujours plus au Christ Jésus. Le même amour pour tous les hommes, de cet amour dont Jésus nous a aimés. «Tout ce que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous l'accordera. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres» (Jn 15, 16-17).

Celui-là prie sans cesse qui unit la prière aux oeuvres et les oeuvres à la prière. Ainsi seulement nous pouvons considérer comme réalisable le principe de prier sans cesse (Origène, or. 12).

La prière de l'heure de Jésus

§2746
Quand son Heure est venue, Jésus prie le Père (cf. Jn 17). Sa prière, la plus longue transmise par l'Evangile, embrasse toute l'Economie de la création et du salut, comme sa Mort et sa Résurrection. La prière de l'Heure de Jésus demeure toujours la sienne, de même que sa Pâque, advenue «une fois pour toutes», demeure présente dans la Liturgie de son Église.

§2747
La tradition chrétienne l'appelle à juste titre la prière «sacerdotale» de Jésus. Elle est celle de notre Grand Prêtre, elle est inséparable de son Sacrifice, de son «passage» [pâque] vers le Père où il est «consacré» tout entier au Père (cf. Jn 17, 11. 13. 19).

§2748
Dans cette prière pascale, sacrificielle, tout est «récapitulé» en Lui (cf. Ep 1, 10): Dieu et le monde, le Verbe et la chair, la vie éternelle et le temps, l'amour qui se livre et le péché qui le trahit, les disciples présents et ceux qui croiront en Lui par leur parole, l'abaissement et la Gloire. Elle est la prière de l'Unité.

§2749
Jésus a tout accompli de l'oeuvre du Père et sa prière, comme son Sacrifice, s'étend jusqu'à la consommation du temps. La prière de l'Heure emplit les derniers temps et les porte vers leur consommation. Jésus, le Fils à qui le Père a tout donné, est tout remis au Père, et, en même temps, il s'exprime avec une liberté souveraine (cf. Jn 17, 11. 13. 19. 24) de par le pouvoir que le Père lui a donné sur toute chair. Le Fils, qui s'est fait Serviteur, est le Seigneur, le Pantocratôr. Notre Grand Prêtre qui prie pour nous est aussi Celui qui prie en nous et le Dieu qui nous exauce.

§2750
C'est en entrant dans le saint Nom du Seigneur Jésus que nous pouvons accueillir, du dedans, la prière qu'il nous apprend: «Notre Père!». Sa prière sacerdotale inspire, du dedans, les grandes demandes du Pater: le souci du Nom du Père (cf. Jn 17, 6. 11. 12. 26), la passion de son Règne (la Gloire; cf. Jn 17, 1. 5. 10. 24. 23-26), l'accomplissement de la volonté du Père, de son Dessein de salut (cf. Jn 17, 2. 4. 6. 9. 11. 12. 24) et la libération du mal (cf. Jn 17, 15).

§2751
Enfin, c'est dans cette prière que Jésus nous révèle et nous donne la «connaissance» indissociable du Père et du Fils (cf. Jn 17, 3. 6-10. 25) qui est le mystère même de la Vie de prière.

EN BREF

§2752
La prière suppose un effort et une lutte contre nous mêmes et contre les ruses du Tentateur. Le combat de la prière est inséparable du «combat spirituel» nécessaire pour agir habituellement selon l'Esprit du Christ: On prie comme on vit, parce qu'on vit comme on prie.

§2753
Dans le combat de la prière nous devons faire face à des conceptions erronées, à divers courants de mentalité, à l'expérience de nos échecs. A ces tentations qui jettent le doute sur l'utilité ou la possibilité même de la prière il convient de répondre par l'humilité, la confiance et la persévérance.

§2754
Les difficultés principales dans l'exercice de la prière sont la distraction et la sécheresse. Le remède est dans la foi, la conversion et la vigilance du coeur.

§2755
Deux tentations fréquentes menacent la prière: le manque de foi et l'acédie qui est une forme de dépression due au relâchement de l'ascèse et portant au découragement.

§2756
La confiance filiale est mise à l'épreuve quand nous avons le sentiment de n'être pas toujours exaucés. L'Evangile nous invite à nous interroger sur la conformité de notre prière au désir de l'Esprit.

§2757
«Priez sans cesse» (1 Th 5, 17). Prier est toujours possible. C'est même une nécessité vitale. Prière et vie chrétienne sont inséparables.

§2758
La prière de l'Heure de Jésus, appelée à juste titre «prière sacerdotale» (cf. Jn 17), récapitule toute l'Economie de la création et du salut. Elle inspire les grandes demandes du «Notre Père».

4.2) La prière du Seigneur: «Notre Père!»

§2759
«Un jour, quelque part, Jésus priait. Quand il eut fini, l'un de ses disciples lui demanda: 'Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l'a appris à ses disciples'» (Lc 11, 1). C'est en réponse à cette demande que le Seigneur confie à ses disciples et à son Église la prière chrétienne fondamentale. S. Luc en donne un texte bref (de cinq demandes: cf. Lc 11, 2-4), S. Matthieu une version plus développée (de sept demandes: cf. Mt 6, 9-13). C'est le texte de S. Matthieu que la tradition liturgique de l'Église a retenu (Mt 6, 9-13).

Notre Père qui es aux cieux,

que ton Nom soit sanctifié,

que ton Règne vienne,

que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour,

pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,

et ne nous soumets pas à la tentation,

mais délivre-nous du Mal.

§2760
Très tôt, l'usage liturgique a conclu la Prière du Seigneur par une doxologie. Dans la Didaché (8, 2): «Car c'est à toi qu'appartiennent la puissance et la gloire dans les siècles». Les Constitutions apostoliques (7, 24, 1) ajoutent en commençant: «le règne», et c'est la formule retenue de nos jours dans la prière oecuménique. La tradition byzantine ajoute après la gloire «Père, Fils et Saint Esprit». Le missel romain développe la dernière demande (cf. Embolisme) dans la perspective explicite de «l'attente de la bienheureuse espérance» (Tt 2, 13) et de l'Avènement de Jésus-Christ notre Seigneur, puis vient l'acclamation de l'assemblée ou la reprise de la doxologie des Constitutions apostoliques.

«LE RESUME DE TOUT L'EVANGILE»

§2761
«L'Oraison dominicale est vraiment le résumé de tout l'Evangile» (Tertullien, or. 1). «Quand le Seigneur nous eut légué cette formule de prière, il ajouta: 'Demandez et vous recevrez' (Lc 11, 9). Chacun peut donc adresser au ciel diverses prières selon ses besoins, mais en commençant toujours par la Prière du Seigneur qui demeure le prière fondamentale» (Tertullien, or. 10).

I. Au centre des Écritures

§2762
Après avoir montré comment les Psaumes sont l'aliment principal de la prière chrétienne et confluent dans les demandes du Notre Père, S. Augustin conclut:

Parcourez toutes les prières qui sont dans les Écritures, et je ne crois pas que vous puissiez y trouver quelque chose qui ne soit pas compris dans l'Oraison dominicale (ep. 130, 12, 22: PL 33, 502).

§2763
Toutes les Écritures (la Loi, les Prophètes et les Psaumes) sont accomplies dans le Christ (cf. Lc 24, 44). L'Evangile est cette «Bonne nouvelle». Sa première annonce est résumée par S. Matthieu dans le Sermon sur la montagne (cf. Mt 5-7). Or la prière à Notre Père est au centre de cette annonce. C'est dans ce contexte que s'éclaire chaque demande de la prière léguée par le Seigneur:

L'Oraison dominicale est la plus parfaite des prières ... En elle non seulement nous demandons tout ce que nous pouvons désirer avec rectitude, mais encore selon l'ordre où il convient de le désirer. De sorte que cette prière non seulement nous enseigne à demander, mais elle forme aussi toute notre affectivité (S. Thomas d'A., s. th. 2-2, 83, 9).

§2764
Le Sermon sur la montagne est doctrine de vie, l'Oraison dominicale est prière, mais dans l'un et l'autre l'Esprit du Seigneur donne forme nouvelle à nos désirs, ces mouvements intérieurs qui animent notre vie. Jésus nous enseigne cette vie nouvelle par ses paroles et il nous apprend à la demander par la prière. De la rectitude de notre prière dépendra celle de notre vie en Lui.

II. «La prière du Seigneur»

§2765
L'expression traditionnelle «Oraison dominicale» [c'est-à-dire «prière du Seigneur»] signifie que la prière à Notre Père nous est enseignée et donnée par le Seigneur Jésus. Cette prière qui nous vient de Jésus est véritablement unique: elle est «du Seigneur». D'une part, en effet, par les paroles de cette prière, le Fils unique nous donne les paroles que le Père lui a données (cf. Jn 17, 7): il est le Maître de notre prière. D'autre part, Verbe incarné, il connaît dans son coeur d'homme les besoins de ses frères et soeurs humains, et il nous les révèle: il est le Modèle de notre prière.

§2766
Mais Jésus ne nous laisse pas une formule à répéter machinalement (cf. Mt 6, 7; 1 R 18, 26-29). Comme pour toute prière vocale, c'est par la Parole de Dieu que l'Esprit Saint apprend aux enfants de Dieu à prier leur Père. Jésus nous donne non seulement les paroles de notre prière filiale, il nous donne en même temps l'Esprit par qui elles deviennent en nous «esprit et vie» (Jn 6, 63). Plus encore: la preuve et la possibilité de notre prière filiale c'est que le Père «a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils qui crie: 'Abba, Père!'» (Ga 4, 6). Puisque notre prière interprète nos désirs auprès de Dieu, c'est encore «Celui qui sonde les coeurs», le Père, qui «sait le désir de l'Esprit et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu» (Rm 8, 27). La prière à Notre Père s'insère dans la mission mystérieuse du Fils et de l'Esprit.

III. La prière de l'Église

§2767
Ce don indissociable des paroles du Seigneur et de l'Esprit Saint qui leur donne vie dans le coeur des croyants a été reçu et vécu par l'Église dès les origines. Les premières communautés prient la Prière du Seigneur «trois fois par jour» (Didaché 8, 3), à la place des «Dix-huit bénédictions» en usage dans la piété juive.

§2768
Selon la Tradition apostolique, la Prière du Seigneur est essentiellement enracinée dans la prière liturgique.

Le Seigneur nous apprend à faire nos prières en commun pour tous nos frères. Car il ne dit pas «mon Père» qui es dans les cieux, mais «notre» Père, afin que notre prière soit, d'une seule âme, pour tout le Corps de l'Église (S. Jean Chrysostome, hom. in Mt. 19, 4: PG 57, 278D).

Dans toutes les traditions liturgiques, la Prière du Seigneur est une partie intégrante des grandes Heures de l'Office divin. Mais c'est surtout dans les trois sacrements de l'initiation chrétienne que son caractère ecclésial apparaît à l'évidence:

§2769
Dans le Baptême et la Confirmation, la remise (traditio) de la Prière du Seigneur signifie la nouvelle naissance à la vie divine. Puisque la prière chrétienne est de parler à Dieu avec la Parole même de Dieu, ceux qui sont «engendrés de nouveau par la Parole du Dieu vivant» (1 P 1, 23) apprennent à invoquer leur Père par la seule Parole qu'il exauce toujours. Et ils le peuvent désormais, car le Sceau de l'Onction de l'Esprit Saint est posé, indélébile, sur leur coeur, leurs oreilles, leurs lèvres, sur tout leur être filial. C'est pourquoi la plupart des commentaires patristiques du Notre Père sont adressés aux catéchumènes et aux néophytes. Quand l'Église prie la Prière du Seigneur, c'est toujours le Peuple des «nouveaux-nés» qui prie et obtient miséricorde (cf. 1 P 2, 1-10).

§2770
Dans la Liturgie eucharistique la Prière du Seigneur apparaît comme la prière de toute l'Église. Là se révèle son sens plénier et son efficacité. Située entre l'Anaphore (Prière eucharistique) et la liturgie de la Communion, elle récapitule d'une part toutes les demandes et intercessions exprimées dans le mouvement de l'épiclèse, et, d'autre part, elle frappe à la porte du Festin du Royaume que la Communion sacramentelle va anticiper.

§2771
Dans l'Eucharistie, la Prière du Seigneur manifeste aussi le caractère eschatologique de ses demandes. Elle est la prière propre aux «derniers temps», des temps du salut qui ont commencé avec l'effusion de l'Esprit Saint et qui s'achèveront avec le Retour du Seigneur. Les demandes à Notre Père, à la différence des prières de l'Ancienne Alliance, s'appuient sur le mystère du salut déjà réalisé, une fois pour toutes, dans le Christ crucifié et ressuscité.

§2772
De cette foi inébranlable jaillit l'espérance qui soulève chacune des sept demandes. Celles-ci expriment les gémissements du temps présent, ce temps de la patience et de l'attente durant lequel «ce que nous serons n'est pas encore manifesté» (1 Jn 3, 2; cf. Col 3, 4). L'Eucharistie et le Pater sont tendus vers la venue du Seigneur, «jusqu'à ce qu'il vienne!» (1 Co 11, 26).

EN BREF

§2773
En réponse à la demande de ses disciples («Seigneur, apprends-nous à prier «: Lc 11, 1), Jésus leur confie la prière chrétienne fondamentale du «Notre Père».

§2774
«L'Oraison dominicale est vraiment le résumé de tout l'Evangile» (Tertullien, or. 1), «la plus parfaite des prières» (S. Thomas d'A., s. th. 2-2, 83, 9). Elle est au centre des Écritures.

§2775
Elle est appelée «Oraison dominicale» parce qu'elle nous vient du Seigneur Jésus, Maître et modèle de notre prière.

§2776
L'Oraison dominicale est la prière de l'Église par excellence. Elle fait partie intégrante des grandes heures de l'Office divin et des sacrements de l'initiation chrétienne: Baptême, Confirmation et Eucharistie. Intégrée à l'Eucharistie elle manifeste le caractère «eschatologique» de ses demandes, dans l'espérance du Seigneur, «jusqu'à ce qu'il vienne» (1 Co 11, 26).

«NOTRE PERE QUI ES AUX CIEUX»

I. «Oser nous approcher en toute confiance»

§2777
Dans la liturgie romaine, l'assemblée eucharistique est invitée à prier Notre Père avec une audace filiale; les liturgies orientales utilisent et développent des expressions analogues: «Oser en toute assurance», «Rends-nous dignes de». Devant le Buisson ardent, il fut dit à Moïse: «N'approche pas. Ote tes sandales» (Ex 3, 5). Ce seuil de la Sainteté divine, Jésus seul pouvait le franchir, lui qui, «ayant accompli la purification des péchés» (He 1, 3), nous introduit devant la Face du Père: «Nous voici, moi et mes enfants que tu m'as donnés» (He 2, 13):

La conscience que nous avons de notre situation d'esclaves nous ferait rentrer sous terre, notre condition terrestre se fondrait en poussière, si l'autorité de notre Père lui-même et l'Esprit de son Fils ne nous poussaient à proférer ce cri: 'Abba, Père!' (Rm 8, 15) ... Quand la faiblesse d'un mortel oserait-elle appeler Dieu son Père, sinon seulement lorsque l'intime de l'homme est animé par la Puissance d'en haut? (S. Pierre Chrysologue, serm. 71: PL 52, 401CD).

§2778
Cette puissance de l'Esprit qui nous introduit à la Prière du Seigneur est exprimée dans les liturgies d'Orient et d'Occident par la belle expression typiquement chrétienne: parrhésia, simplicité sans détour, confiance filiale, joyeuse assurance, humble audace, certitude d'être aimé (cf. Ep 3, 12; He 3, 6; 4, 16; 10, 19; 1 Jn 2, 28; 3, 21; 5, 14).

II. «Père!»

§2779
Avant de faire nôtre ce premier élan de la Prière du Seigneur, il n'est pas inutile de purifier humblement notre coeur de certaines fausses images de «ce monde-ci». L'humilité nous fait reconnaître que «nul ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler», c'est-à-dire «aux tout petits» (Mt 11, 25-27). La purification du coeur concerne les images paternelles ou maternelles, issues de notre histoire personnelle et culturelle, et qui influencent notre relation à Dieu. Dieu notre Père transcende les catégories du monde créé. Transposer sur lui, ou contre lui, nos idées en ce domaine serait fabriquer des idoles, à adorer ou à abattre. Prier le Père c'est entrer dans son mystère, tel qu'Il est, et tel que le Fils nous l'a révélé:

L'expression Dieu le Père n'avait jamais été révélée à personne. Lorsque Moïse lui-même demanda à Dieu qui il était, il entendit un autre nom. A nous ce nom a été révélé dans le Fils, car ce nom implique le nom nouveau de Père (Tertullien, or. 3).

§2780
Nous pouvons invoquer Dieu comme «Père» parce qu'il nous est révélé par son Fils devenu homme et que son Esprit nous le fait connaître. Ce que l'homme ne peut concevoir ni les puissances angéliques entrevoir, la relation personnelle du Fils vers le Père (cf. Jn 1, 1), voici que l'Esprit du Fils nous y fait participer, nous qui croyons que Jésus est le Christ et sommes nés de Dieu (cf. 1 Jn 5, 1).

§2781
Quand nous prions le Père, nous sommes en communion avec lui et avec son Fils, Jésus-Christ (cf. 1 Jn 1, 3). C'est alors que nous le connaissons et le reconnaissons dans un émerveillement toujours nouveau. La première parole de la Prière du Seigneur est une bénédiction d'adoration, avant d'être une imploration. Car c'est la Gloire de Dieu que nous le reconnaissions comme «Père», Dieu véritable. Nous lui rendons grâce de nous avoir révélé son Nom, de nous avoir donné d'y croire et d'être habités par sa Présence.

§2782
Nous pouvons adorer le Père parce qu'il nous a fait renaître à sa Vie en nous adoptant comme ses enfants dans son Fils unique: par le Baptême, il nous incorpore au Corps de son Christ, et, par l'Onction de son Esprit qui s'épanche de la Tête dans les membres, il fait de nous des «christs «:

Dieu, en effet, qui nous a prédestinés à l'adoption de fils, nous a rendus conformes au Corps glorieux du Christ. Désormais donc, participants du Christ, vous êtes à juste titre appelés «christs» (S. Cyrille de Jérusalem, catech. myst. 3, 1: PG 33, 1088A).

L'homme nouveau, qui est rené et rendu à son Dieu par la grâce, dit d'abord «Père!», parce qu'il est devenu fils (S. Cyprien, Dom. orat. 9: PL 4, 525A).

§2783
C'est ainsi que, par la Prière du Seigneur, nous sommes révélés à nous-mêmes en même temps que le Père nous est révélé (cf. GS 22, § 1):

O homme, tu n'osais pas lever ton visage vers le ciel, tu baissais les yeux vers la terre, et soudain tu as reçu la grâce du Christ: tous tes péchés t'ont été remis. De méchant serviteur tu es devenu un bon fils.... Lève donc les yeux vers le Père qui t'a racheté par son Fils et dis: notre Père... Mais ne te réclame d'aucun privilège. Il n'est le Père, d'une manière spéciale, que du Christ seul, tandis que nous, il nous a créés. Dis donc toi aussi par grâce: notre Père, pour mériter d'être son fils (S. Ambroise, sacr. 5, 19: PL 16, 450C).

§2784
Ce don gratuit de l'adoption exige de notre part une conversion continuelle et une vie nouvelle. Prier notre Père doit développer en nous deux dispositions fondamentales:

Le désir et la volonté de lui ressembler. Créés à son image, c'est par grâce que la ressemblance nous est rendue et nous avons à y répondre.

Il faut nous souvenir, quand nous nommons Dieu 'notre Père' que nous devons nous comporter en fils de Dieu (S. Cyprien, Dom. orat. 11: PL 4, 526B).

Vous ne pouvez appeler votre Père le Dieu de toute bonté si vous gardez un coeur cruel et inhumain; car dans ce cas vous n'avez plus en vous la marque de la bonté du Père céleste (S. Jean Chrysostome, hom. in Mt. 7, 14: PG 51, 44B).

Il faut contempler sans cesse la beauté du Père et en imprégner notre âme (S. Grégoire de Nysse, or. dom. 2: PG 44, 1148B).

§2785
Un coeur humble et confiant qui nous fait «retourner à l'état des enfants» (Mt 18, 3): car c'est aux «tout petits» que le Père se révèle (Mt 11, 25):

C'est un regard sur Dieu seul, un grand feu d'amour. L'âme s'y fond et s'abîme en la sainte dilection, et s'entretient avec Dieu comme avec son propre Père, très familièrement, dans une tendresse de piété toute particulière (S. Jean Cassien, coll. 9, 18: PL 49, 788C).

Notre Père: ce nom suscite en nous, tout à la fois, l'amour, l'affection dans la prière, ... et aussi l'espérance d'obtenir ce que nous allons demander ... Que peut-il en effet refuser à la prière de ses enfants, quand il leur a déjà préalablement permis d'être ses enfants? (S. Augustin, serm. Dom. 2, 4, 16: PL 34, 1276).

III. «Notre» Père

§2786
«Notre» Père concerne Dieu. Cet adjectif, de notre part, n'exprime pas une possession, mais une relation toute nouvelle à Dieu.

§2787
Quand nous disons «notre» Père, nous reconnaissons d'abord que toutes ses Promesses d'amour annoncées par les Prophètes sont accomplies dans la nouvelle et éternelle Alliance en son Christ: nous sommes devenus «son» Peuple et il est désormais «notre» Dieu. Cette relation nouvelle est une appartenance mutuelle donnée gratuitement: c'est par l'amour et la fidélité (cf. Os 2, 21-22; 6, 1-6) que nous avons à répondre à «la grâce et à la vérité» qui nous sont données en Jésus-Christ (Jn 1, 17).

§2788
Puisque la Prière du Seigneur est celle de son Peuple dans les «derniers temps», ce «notre» exprime aussi la certitude de notre espérance en l'ultime promesse de Dieu: dans la Jérusalem nouvelle il dira au vainqueur: «Je serai son Dieu et lui sera mon fils» (Ap 21, 7).

§2789
En priant «notre» Père, c'est au Père de notre Seigneur Jésus Christ que nous nous adressons personnellement. Nous ne divisons pas la divinité, puisque le Père en est «la source et l'origine», mais nous confessons par là qu'éternellement le Fils est engendré par Lui et que de Lui procède l'Esprit Saint. Nous ne confondons pas non plus les Personnes, puisque nous confessons que notre communion est avec le Père et son Fils, Jésus Christ, dans leur unique Esprit Saint. La Trinité Sainte est consubstantielle et indivisible. Quand nous prions le Père, nous l'adorons et le glorifions avec le Fils et le Saint-Esprit.

§2790
Grammaticalement, «notre» qualifie une réalité commune à plusieurs. Il n'y a qu'un seul Dieu et il est reconnu Père par ceux qui, par la foi à son Fils unique, sont renés de Lui par l'eau et par l'Esprit (cf. 1 Jn 5, 1; Jn 3, 5). L'Église est cette nouvelle Communion de Dieu et des hommes: unie au Fils unique devenu «l'aîné d'une multitude de frères» (Rm 8, 29), elle est en Communion avec un seul et même Père, dans un seul et même Esprit Saint (cf. Ep 4, 4-6). En priant «notre» Père, chaque baptisé prie dans cette Communion: «La multitude des croyants n'avait qu'un seul coeur et qu'une seule âme» (Ac 4, 32).

§2791
C'est pourquoi, malgré les divisions des chrétiens, la prière à «notre» Père demeure le bien commun et un appel urgent pour tous les baptisés. En communion par la foi au Christ et par le Baptême, ils doivent participer à la prière de Jésus pour l'unité de ses disciples (cf. UR 8; 22).

§2792
Enfin, si nous prions en vérité «Notre Père», nous sortons de l'individualisme, car l'Amour que nous accueillons nous en libère. Le «notre» du début de la Prière du Seigneur, comme le «nous» des quatre dernières demandes, n'est exclusif de personne. Pour qu'il soit dit en vérité (cf. Mt 5, 23-24; 6, 14-16), nos divisions et nos oppositions doivent être surmontées.

§2793
Les baptisés ne peuvent prier «notre» Père sans porter auprès de Lui tous ceux pour qui il a donné son Fils bien-aimé. L'amour de Dieu est sans frontière, notre prière doit l'être aussi (cf. NA 5). Prier «notre» Père nous ouvre aux dimensions de Son amour manifesté dans le Christ: prier avec et pour tous les hommes qui ne Le connaissent pas encore, afin qu'ils soient «rassemblés dans l'unité» (Jn 11, 52). Ce souci divin de tous les hommes et de toute la création a animé tous les grands priants: il doit dilater notre prière en largeur d'amour lorsque nous osons dire «notre» Père.

IV. «Qui es aux cieux»

§2794
Cette expression biblique ne signifie pas un lieu [»l'espace»], mais une manière d'être; non pas l'éloignement de Dieu mais sa majesté. Notre Père n'est pas «ailleurs», il est «au-delà de tout» ce que nous pouvons concevoir de sa Sainteté. C'est parce qu'il est trois fois Saint, qu'il est tout proche du coeur humble et contrit:

C'est avec raison que ces paroles 'Notre Père qui es aux cieux' s'entendent du coeur des justes, où Dieu habite comme dans son temple. Par là aussi celui qui prie désirera voir résider en lui Celui qu'il invoque (S. Augustin, serm. Dom. 2, 5, 17: PL 34, 1277).

Les «cieux» pourraient bien être aussi ceux qui portent l'image du monde céleste, et en qui Dieu habite et se promène (S. Cyrille de Jérusalem, catech. myst. 5, 11: PG 33, 1117B).

§2795
Le symbole des cieux nous renvoie au mystère de l'Alliance que nous vivons lorsque nous prions notre Père. Il est aux cieux, c'est sa Demeure, la Maison du Père est donc notre «patrie». C'est de la terre de l'Alliance que le péché nous a exilés (cf. Gn 3) et c'est vers le Père, vers le ciel que la conversion du coeur nous fait revenir (cf. Jr 3, 19 -- 4, 1a; Lc 15, 18. 21). Or c'est dans le Christ que le ciel et la terre sont réconciliés (cf. Is 45, 8; Ps 85, 12), car le Fils «est descendu du ciel», seul, et il nous y fait remonter avec lui, par sa Croix, sa Résurrection et son Ascension (cf. Jn 12, 32; 14, 2-3; 16, 28; 20, 17; Ep 4, 9-10; He 1, 3; 2, 13).

§2796
Quand l'Église prie «notre Père qui es aux cieux», elle professe que nous sommes le Peuple de Dieu déjà «assis aux cieux dans le Christ Jésus» (Ep 2, 6), «cachés avec le Christ en Dieu» (Col 3, 3), et, en même temps, «gémissant dans cet état, ardemment désireux de revêtir, par dessus l'autre notre habitation céleste» (2 Co 5, 2; cf. Ph 3, 20; He 13, 14):

Les chrétiens sont dans la chair, mais ne vivent pas selon la chair. Ils passent leur vie sur terre, mais sont citoyens du ciel (Epître à Diognète 5, 8-9).

EN BREF

§2797
La confiance simple et fidèle, l'assurance humble et joyeuse sont les dispositions qui conviennent à celui qui prie le «Notre Père».

§2798
Nous pouvons invoquer Dieu comme «Père» parce que le Fils de Dieu fait homme nous l'a révélé, en qui, par le Baptême, nous sommes incorporés et adoptés en fils de Dieu.

§2799
La prière du Seigneur nous met en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Elle nous révèle en même temps à nous mêmes (cf. GS 22, § 1).

Catéchisme de l'Église catholique © Libreria Editrice Vaticana 1992.

[précédente] [suivante]

| Accueil >> Varia >> Livres >> Table des matières