| Accueil >> Philosophie

Quelques dessins pour faciliter l'enseignement de la philosophie

1) Introduction

La philosophie est difficile à enseigner, entre autres parce qu'elle est plutôt abstraite. Afin de faciliter la tâche des professeurs de philosophie, j'essaie ici de trouver des dessins simples et annotés. Idéalement, j'aimerais expliquer, par des dessins, tous les concepts importants du Précis de philosophie de François-Joseph Thonnard. C'est une tâche monumentale, qui pourrait prendre des années!

(Je ne suis pas capable de dessiner, alors cette page est aussi une «page de répartition du travail» pour les vrais artistes. Je fournis le croquis et les explications, et eux remplacent graduellement mes monstruosités avec de vrais dessins. Voir aussi: «Offre d'emploi» d'illustrateur.)


2) Le Jardin de la Philosophie

No. 2

Quand tous les dessins seront terminés, nous les collerons tous pour faire une immense fresque, «Le Jardin de la Philosophie». Cet immense Jardin est entouré d'un mur en forme de la lettre «Phi» grecque: (comme dans «Phi-losophie», bien sûr!)

Ce jardin est divisé à l'intérieur par des haies basses, qui forment quatre parties, correspondant aux divisions de la philosophie: Logica, Physica, Metaphysica, Ethica.


3) La philosophie invite tous à venir à elle

No. 3

À l'entrée du Jardin, on voit une jolie demoiselle, personnifiant la Sagesse, qui invite tous les passants à entrer.

La Sagesse est lumière et ne se flétrit pas; elle se montre volontiers à ceux qui l'aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la recherchent. [...] celui qui pour elle s'est levé tôt n'aura guère à peiner: il la trouvera assise à sa porte. [...] Elle se montre avec bienveillance sur leurs chemins
[Sagesse 6:12-16]

Le long du chemin qui passe devant la porte d'entrée de la Philosophie, on voit des passants. Une personne est arrêtée, et elle a l'air d'être intéressée par la Philosophie. Plus loin sur la route, on voit quatre personnes qui n'ont pas le moindre intérêt pour la Philosophie. Ces quatre se nomment Ignorantia, Malitia, Debilitas, et Concupiscientia (les quatre blessures du Péché originel).

Ignorantia (l'ignorance, contraire de la vertu de Prudence ou Butance), a les yeux bandées, et cherche son chemin à tâtons. Malitia (la malice ou méchanceté, contraire de la vertu de Justice) montre les dents, brandit une fourchette d'une main, et s'apprête à saisir la bourse de Debilitas avec l'autre. Debilitas (la faiblesse, le contraire de la vertu de Courage) a l'air terrorisé par Malitia (même s'il n'est armé que d'une ridicule fourchette), et lui tend tout son argent plutôt que de résister à l'agression. Concupiscientia (la concupiscience, contraire de la vertu de Tempérance) est toute courbée vers le sol, avec une laisse au cou, et se fait traîner par son cochon qui tient la laisse dans sa gueule.


4) La logique

No. 4

La définition de la logique:

Ars directiva ipsius actus rationis, per quam scilicet homo in ipso actu rationis ordinate, faciliter et sine errore procedat.

La première personne n'a que ses capacités naturelles. La deuxième a en plus la technique («ars» en latin), alors non seulement peut-il couper droit, mais il peut le faire avec ordre, facilité et sans erreurs.

La troisème personne a la technique des techniques («ars artium»), c'est-à-dire la logique. C'est la technique pour diriger notre «outil ultime» (notre raison).


Annexe) Notes communes à tous les dessins

A.1) Tout en latin, pour éviter d'avoir des versions anglaises et françaises différentes.

| Accueil >> Philosophie