| Accueil >> Sermons perdus

Lettre Pastorale du Cardinal Marc Ouellet sur la pratique du Sacrement de pénitence et de réconciliation

Vasily Vereshchagin. Blessé mortellement.
Le soldat du Christ, lorsque blessé, doit aller voir le divin Médecin,
afin de pouvoir retourner au combat le plus vite possible.
(Vasily Vereshchagin. Blessé mortellement. Source)

Pour l'explication des couleurs, voir «Le feu de circulation critique».

[Vert] «La mission confiée par le Christ aux Apôtres, c'est l'annonce du règne de Dieu et la prédication de l'Évangile en vue de la conversion» [Mc 16,15 ; Mt 28, I8-20, cité dans Misericordia Dei, Introduction]

Chers diocésains et diocésaines,

[Vert] Confiant en la grâce du Carême de l'année de l'Eucharistie, je vous invite à un nouvel effort de conversion et d'ajustement de notre pratique du sacrement de la pénitence et de la réconciliation. L'annonce de l'Évangile comporte un rappel constant de la fidélité de Dieu à Son Alliance et un appel à la conversion qui touche toute l'Église, pasteurs et fidèles, surtout lors de la célébration annuelle de la Pâque du Seigneur. Les célébrations avec absolution collective ont été en général appréciées dans le diocèse

[Rouge] à cause de leur bonne qualité et de l'absence des abus notoires qui ont été notés ailleurs.

:-)

Tout le cirque de l'absolution collective au diocèse n'était qu'un gros abus! Le Cardinal s'est d'ailleurs probablement fait enguirlander par le Pape lui-même, quelques semaines avant que cette lettre soit publiée!

[Rouge] Nous pouvons maintenant faire un pas de plus dans la continuité de l'effort de revalorisation du sacrement du pardon qui a été entrepris il y a quelques années par mon prédécesseur, Mgr Maurice Couture

Monseigneur Maurice Couture est la cause du problème pour commencer! Il a démarré le cirque, contre les ordres explicites du Pape. Mais on peut comprendre que le Cardinal tente d'être charitable.

[Vert] et du rappel de la forme ordinaire du sacrement par le pape Jean Paul II en avril 2002.

[Vert] En ce Carême 2005, je confirme l'orientation donnée antérieurement, par ma décision de suspendre la pratique de l'absolution collective dans le diocèse. Veuillez croire que cette décision veut favoriser, non pas un retour en arrière, mais un approfondissement de la conversion personnelle dans l'esprit de l'Église. Pour aider à le comprendre je vous invite à réfléchir sur trois aspects en particulier : la communion avec l'Église, la vérité du sacrement, signe de l'Alliance, et la rencontre personnelle avec le Christ.

1. La communion avec l'Église

[Vert] Dans son Motu Proprio Misericordia Dei du 7 avril 2002, le pape Jean Paul réaffirme la nécessité de l'aveu personnel des fautes lors de la célébration du sacrement de Pénitence. «La célébration du sacrement de Pénitence s'est développée au cours des siècles selon différentes modalités d'expression, mais eu conservant toujours la même structure fondamentale, qui comprend nécessairement, outre l'intervention du ministre - seulement un évêque ou un prêtre, qui et absout, qui soigne et guérit au nom du Christ - les actes du pénitent : la contrition, la confession et la satisfaction.» À la suite de ce rappel, plusieurs diocèses de notre pays ont divisé leur pratique de l'absolution collective qui s'était largement établie chez-nous. À l'automne 2003, j'ai fait la tournée des régions pastorales du diocèse pour réfléchir sur ce sujet avec les ministres du sacrement et j'ai donné des orientations pour qu'on s'achemine progressivement vers la reprise générale de l'aveu des fautes et de 1'absolution individuelle dans un avenir prochain.

Tout à fait vrai. Mais plusieurs personnes qui étaient présentes à ces réunions m'ont dit que la majorité des prêtres étaient complètement opposés aux ordres du Pape, et ont «crié des bêtises» au Cardinal. Bien sûr, d'une certaine manière on n'a pas besoin de dire ce genre de choses dans une Lettre pastorale, mais d'une autre manière, je prétends que cela fait un grand tort à l'Église de ne pas dire aux fidèles jusqu'à quel point les choses vont mal.

[Jaune] J'ai constaté et apprécié qu'à la suite de ces rencontres, diverses initiatives ont été prises pour souligner l'importance de l'aveu et de l'absolution individuelle, notamment lors des homélies du Carême de l'an dernier.

C'est peut-être vrai. Je n'ai pas remarqué d'améliorations durant cette période, mais cela ne veut pas dire grand chose.

[Vert] L'heure est maintenant venue de marquer nettement que «la confession individuelle et intégrale avec l'absolution constitue l'unique mode ordinaire par lequel un fidèle conscient d'un péché grave est réconcilié avec Dieu et avec l'Église». Cette confession personnelle peut se réaliser soit dans le cadre d'une célébration communautaire avec absolution individuelle, soit dans le cadre d'une célébration individuelle du sacrement. Je demande par conséquent à tous les pasteurs et à tous 1es ministres du sacrement de suspendre l'absolution collective partout dans le diocèse, et de veiller à offrir aux fidèles des lieux et des temps clairement définis pour faciliter la célébration communautaire ou individuelle du sacrement de pénitence. Cette mesure est nécessaire pour approfondir la conversion personnelle de même que pour mieux cultiver les dispositions requises pour recevoir avec fruit le sacrement de l'Eucharistie.

[Jaune] Une telle mesure ne désavoue pas ce qui a été fait dans les communautés chrétiennes pour développer la dimension ecclésiale du sacrement qui s'exprimait par des célébrations communautaires bien préparées et onctueuses.

Bien sûr que ce n'est pas un désaveu, puisque rien n'a été fait «pour développer la dimension ecclésiale du sacrement» au départ! Au contraire, on a soigneusement gardé les fidèles dans l'ignorance de Misericordia Dei! Mais certains disent qu'un tel «pieu mensonge» est approprié, étant donné les circonstances difficiles, et l'approche «onctueuse» du Cardinal au problème d'un diocèse au bord du schisme.

[Vert] Cependant, la pratique universelle de l'Église ne dispense jamais de l'aveu, sauf en des circonstances tout à fait exceptionnelles de danger de mort et de grave nécessité qui ne correspondent pas à notre situation. Les célébrations communautaires avec absolution individuelle permettent de conserver les acquis de la revalorisation ecclésiale du sacrement. Elles donnent aussi aux prêtres l'opportunité d'entretenir leurs liens fraternels lorsqu'ils se rencontrent pour s'entraider à l'occasion de ces célébrations.

La principale faiblesse de l'argumentation de cette première partie, selon moi, est l'absence d'une défense vigoureuse du Saint-Père et de son autorité. Oui, nous devons éliminer l'absolution collective afin de demeurer en communion avec l'Église. Mais il aurait dû insister d'avantage: le Saint-Père est le patron, parce que le Christ l'a dit. Nous ne pouvons pas être dans l'Église de Jésus si on dit au Pape d'aller se faire voir ailleurs! Voilà la maladie qui ronge le diocèse! Il devrait au moins le mentionner!

2. La vérité du sacrement, signe d'Alliance

[Vert] Il est important de noter que tous les sacrements de l'Église sont d'abord des gestes du Christ à l'endroit d'une personne qu'il introduit dans le cadre de l'Alliance par la médiation de l'Église. Par le baptême, il touche chaque individu avec de l'eau et quelques paroles pour signifier par un signe concret son incorporation à l'Église. Il en va de même pour l'onction de l'Esprit Saint à la confirmation ou pour l'imposition des mains lors de l'ordination sacerdotale. C'est toujours une personne singulière qui est touchée par l'amour et la grâce du Seigneur. Cela se vérifie aussi pour le sacrement du pardon où chaque personne reçoit une grâce très personnelle correspondant à l'aveu de ses manquements à l'Alliance.

[Vert] Pour la vérité du sacrement, il ne suffit pas qu'une foule entende une déclaration générale de miséricorde de la part de Dieu faisant suite à une reconnaissance générique de notre condition de pécheurs.

Que c'est vrai! Dommage qu'il n'insiste pas plus, car après la nécessité d'obéir au Pape, c'est le deuxième argument le plus fort contre l'absolution collective.

Imaginez un mari qui dirait à son épouse: «Chérie, je suis allé à une réunion du Club des gars, et là nous avons écouté un prêtre avouer en notre nom que nous, en tant que groupe, n'étions pas encore tout à fait parfaits, et que Dieu nous aimait sans conditions, quoi qu'on fasse.»

Allô?

Pensez-vous que sa femme considérerait cela comme une demande de pardon, pour avoir couché avec sa secrétaire?

Sauf que c'est exactement le même genre d'idiotie véhiculée par l'absolution collective. Cela fait partie du grand plan de Satan pour faire croire aux gens que le péché n'existe plus. Si le péché n'existe plus, vous ne pouvez pas confesser vos péchés. Si le péché n'existe plus, vous ne pouvez pas dire: «Chérie, je m'excuse, j'ai couché cinq fois avec ma secrétaire, ici même dans cette maison, dans notre propre lit». Vous ne pouvez pas nommer l'espèce du péché, le nombre d'occurrences, ou les circonstances importantes.

L'absolution collective n'est pas «juste une autre saveur du Sacrement du Pardon». C'est une attaque flagrante contre Jésus-Christ. Si le péché n'existe pas, alors le Christ est un idiot, car il a perdu sa vie à mourir sur une Croix, plutôt que de jouer au golf et boire de la bière avec les Apôtres. Mais si en fait le péché existe, alors on est mieux de s'ouvrir les yeux, de le voir, de le confesser, et de demander pardon à Dieu.

[Vert] Le Christ expie sur la Croix le péché de chacun et chacune et il exprime par l'absolution l'amour miséricordieux de Dieu pour chaque personne qui a justement besoin de se sentir aimée et pardonnée personnellement par Dieu. Le sacrement de la réconciliation touche précisément la sphère intime des blessures et des fautes de chaque personne d'une façon qui restaure le dialogue d'amour et la relation d'amitié avec le Christ.

[Vert] On comprend alors la sagesse de l'Église qui exige l'aveu des fautes comme une partie intégrante du sacrement, à moins que des circonstances très exceptionnelles ne le permettent pas et obligent le pénitent à remettre à plus tard le geste de l'aveu qui ne peut jamais être totalement omis. D'ailleurs, même sur le plan humain, les psychologues et autres experts en sciences humaines considèrent l'expression de la personne blessée comme étant une condition de sa guérison. Nous le voyons à l'importance de l'écoute des personnes à la suite de drames de toutes sortes. Un médecin ne peut pas émettre un bon diagnostic si la personne ne lui dit pas où elle sent le mal. Bien qu'elle soit aujourd'hui plus difficilement reconnue, la confession des fautes contre l'amour de Dieu et du prochain est un besoin et une condition nécessaire à la restauration de la vérité de l'Alliance.

3. La rencontre personnelle avec le Christ

[Vert] L'attitude même de Jésus dans l'Évangile nous fait comprendre cette exigence concrète du dialogue avec lui. Plusieurs scènes décrivent le Christ miséricordieux rencontrant individuellement une pécheresse ou un pécheur pour lui annoncer la Bonne Nouvelle de la miséricorde : la femme adultère, Marie Madeleine, la Samaritaine, Zachée, le paralytique descendu par le toit, le bon larron, etc... À chaque occasion, Jésus établit un lien d'amour et de tendresse qui libère la personne et la fait échapper même à la mort, comme dans le cas de la femme adultère menacée de lapidation. Par Son accueil et Sa parole de pardon, Jésus ouvre devant elle le chemin de la liberté et de la conversion: «Va, et désormais ne pèche plus».

[Vert] Dès le soir de la résurrection, le Christ donne à ses disciples l'Esprit Saint afin qu'ils perpétuent ses gestes de miséricorde. «Recevez l'Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés ils lui seront maintenus » [Jn 20:22-23]. Les ministres du pardon, obéissant au Bon pasteur et au Médecin des âmes [Mc 2:17], reçoivent donc l'aveu humble et sincère des fautes qui permet aux fidèles de rencontrer le Seigneur ressuscité dans la joie de son Esprit. Les ministres du pardon du Seigneur ne peuvent changer d'eux-mêmes les conditions établies par Lui et Son Église pour l'exercice de ce ministère. Souvenons-nous du prix qu'il a payé sur la croix par amour, pour opérer la réconciliation du monde avec Dieu. Confesser nos fautes, le coeur contrit, signifie confesser notre amour reconnaissant à son égard et accueillir le don de Sa paix.

Conclusion : un appel à la conversion

[Vert] Les défis, nous le savons, ne manqueront pas pour vivre ensemble une conversion plus profonde et un ajustement aux orientations contenues dans le Motu proprio Misericordia Dei du Saint Père Jean Paul II.

Les choses auraient été plus faciles si les prêtres avaient mentionné publiquement l'existence de ce document, sans parler de tous les autres documents venant du Pape! Je suis prêt à parier que cette Lettre pastorale n'aboutira pas non plus à l'arrière des églises.

[Vert] La prière à l'Esprit Saint nous aidera à réaliser ensemble, pasteurs et fidèles, un nouveau développement de la confession sacramentelle dans sa forme ordinaire. Si nous accueillons de bon coeur cet appel, l'Esprit nous fera goûter encore davantage «ce lien privilégié de paternité spirituelle et de croissance filiale» qui s'exprime dans ce sacrement.

[Jaune] Les célébrations communautaires du pardon qui ont permis le développement d'un riche enseignement inspiré de la Parole de Dieu et concrétisé par des gestes appropriés

S'il-vous-plaît. Nous ne sommes pas des imbéciles. Il est probable que jamais, dans les 300 années d'histoire du diocèse, il y a eu autant de communions sacrilèges que durant ce cirque des absolutions collectives.

[Vert] se poursuivront en ajoutant une démarche de confession à un prêtre avec l'absolution individuelle. Cette démarche pourra se faire pendant la célébration elle-même ou après.

[Vert] Comme ministres ordonnés au service de ce ministère de la réconciliation sacramentelle, nous veillerons à offrir un éventail plus large de possibilités de rencontres individuelles pour le sacrement du pardon. Dans chaque région* des lieux seront désignés pour faciliter l'accès des pénitents à ce sacrement dans une atmosphère accueillante. J'ai commencé personnellement à recevoir périodiquement à la cathédrale les personnes désireuses de me rencontrer brièvement, pour le sacrement du pardon ou pour un autre motif. D'autres initiatives sont à encourager, entre autre des catéchèses sur la Bonne nouvelle de la miséricorde de Dieu.

[Vert] Le Carême est un temps de grâce propice à la conversion personnelle et à la marche à la suite du Seigneur au désert après le geste d'humilité des Cendres. Les efforts de chaque jour nous détournent des ténèbres de nos fautes et nous tournent vers la lumière du Christ Miséricordieux. Que l'année de l'Eucharistie nous aide à vivre cette démarche de transformation ultérieure qui nous fera communier plus profondément au mystère de Son Corps livré et de Son Sang versé pour la rémission de nos péchés. Nous répondrons ainsi plus vivement à l'invitation à la communion : «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde», par une adhésion toujours plus vraie et plus personnelle au Christ, le Seigneur de la Nouvelle Alliance : «Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une Parole et je serai guéri».

Donné à Québec, le mercredi des Cendres, 9 février de l'An 2005.

Mon évaluation de cette lettre pastorale

Bonté divine! Le diocèse de Québec a peut-être enfin un évêque catholique! Gloire à Dieu!

À part une bonne dose de réécriture de l'histoire, digne des pires régimes communistes, cette lettre pastorale semble excellente.

| Accueil >> Sermons perdus