| Accueil >> Politique

«Mulier Est Homo; Vir Est Homo»

Orest Kiprensky. Pauvre Lisa.
«Je suis un homme, oui, mais ouvrez-vous les yeux!
Je suis une femme, pas un vir!»
(Orest Kiprensky. Pauvre Lisa. Source)

1) Introduction: En français, le genre masculin peut désigner les deux sexes

Idéalement, la langue française aurait un genre neutre en plus du genre masculin et du genre féminin, ce qui servirait entre autres à désigner une personne humaine, quel que soit son sexe.

Entre temps, je prétends que la moins mauvaise solution est de respecter le génie de la langue française, qui présume que «La femme est un homme» (ou «Mulier est homo», en latin). De plus, je pense qu'on devrait réintroduire le mot «vir» pour signifier «un homme de sexe mâle».

2) Cet article ne condamne surtout pas la féminisation de la langue ou la libération de la femme

Notez bien que cet article porte sur une question de terminologie en langue française: «Quel substantif devrait servir à désigner à la fois les êtres humains de sexe mâle et femelle?»

Personnellement, je n'ai absolument rien contre la féminisation des titres et des professions. Au contraire, je trouve qu'il est tout-à-fait acceptable de parler de femmes qui sont professeures, ingénieures, pompières, etc. On dit bien un infirmier, et une infirmière!

De plus, je n'aborde pas dans cet article la question de la légitime libération de la femme, ni des excès de certaines féministes. Mes convictions concernant la dignité de la femme ont été bien exposées par d'autres, notamment dans Mulieris Dignitatem.

3) Les autres manières de désigner les deux sexes me semblent inférieures

On peut éviter de dire: «Les hommes», en parlant des personnes humaines de sexe mâle et femelle. Mais selon moi toutes les alternatives sont pires:

3.1) Répéter continuellement les deux accords en genre. Par exemple: «Les étudiantes et les étudiants sont des hommes et des femmes». C'est lourd, et de plus cela obscurcit une grande vérité: les hommes, qu'ils soient de sexe mâle ou femelle, ont la même nature humaine.

3.2) Transformer la langue écrite en langage de programmation. Par exemple: «Les étudiant(e)s, qu'ils (elles) soient gentil(le)s ou non, doivent étudier». C'est très énervant à écrire et à lire, sans parler de la prononciation!

3.3) Imiter l'anglais en parlant «d'humains». En anglais, les adjectifs ne s'accordent pas en genre avec le nom auquel ils se rapportent, alors en remplaçant «man» par «human», on semble règler le problème. Sauf qu'en français ce n'est pas le cas, alors parler des «humains» exclut les pauvres «humaines» nos soeurs!

De plus, «humain» est un adjectif, pas un substantif. Si vous faites le ménage de votre salon, et que vous trouvez beaucoup de poils sur votre divan, vous pouvez dire à votre épouse (qui a un chat que vous détestez): «Chéri! Ce sont des poils félins, pas des poils humains!» Dans cette phrase, le mot «poil» est un substantif, quelque chose qui existe en soi. Le mot «humain» est un adjectif. Un adjectif désigne quelque chose qui existe dans un autre. On ne verra pas dans la rue un «rouge», ou une «chaude», ou un «mouillé». On verra un oiseau rouge, une asphalte chaude, ou un facteur mouillé, etc.

Oui, on peut «substantiver» un adjectif, et parler des «humains» dans le sens de «hommes», et ensuite convenir que «humain» au masculin inclut aussi «humaine» au féminin. Mais c'est exactement la solution du «Mulier Est Homo»! Sauf que substantiver «humain» émousse l'outil précis qu'est la langue française, et endommage un concept très important en philosophie (l'homme, qu'il soit de sexe mâle ou femelle).

3.4) Parler seulement de «personnes». En évitant les mots «homme» et «femme» pour n'utiliser que «personne», on ne règle rien, en plus de commettre une erreur philosophique. En effet, le concept de «personne» est vaste: il inclut les personnes divines et angéliques, pas seulement les personnes humaines.

Un autre problème, lorsqu'on restreint le mot «homme» à seulement «homme de sexe mâle», est qu'on met pas en valeur l'excellent rapport lexical entre le substantif «homme» et l'adjectif «humain» (le même rapport que «Terre» et «terrien», par exemple).

4) Conclusion: autant la femme que le «vir» sont des hommes

Il me semble que si on devait modifier la langue française, il serait préférable de réintroduire le mot latin «vir», comme désignant un homme de sexe mâle. Il est logique que les femmes doivent être féminines, et que les virs doivent être virils!

En conclusion, sur ce site web, autant la femme que le «vir» sont des hommes; et les hommes, qu'ils soient de sexe mâle ou femelle, ont la même dignité devant Dieu.

| Accueil >> Politique