| Accueil >> Sermons perdus

Gene largue la grosse

mais je sais qu'on se reverra un de ces jours ensoleillés ...
(Source)

Dans le journal gauchiste Guardian, au Royaume-Uni, le chroniqueur Andrew Brown se lamente que l'Archevêque de Cantorbéry a échoué dans sa tentative d'éviter le schisme, en obscurissant suffisamment le discours de controverse. Il s'ennuie du bon vieux temps lorsque les ecclésiocrates libéraux n'étaient pas soumis à l'interrogatoire par des évangéliques importuns, lorsque les désaccords doctrinaux pouvaient être assignés à des groupes d'études, puis enterrés dans de sempiternels travaux de comités, et lorsque (prétend-il) les gens étaient «obligés d'accepter les points de vue les uns des autres». Époque révolue.

L'Église d'Angleterre est composée presque entièrement de gens qui pensent que leurs coreligionnaires ne sont absolument pas de vrais chrétiens, et qui s'en fichent éperdument. Mais hors de l'Angleterre, là où les églises doivent faire concurrence pour leurs membres, c'est très important. Le problème, du point de vue de Williams, c'est que l'Église d'Angleterre ne peut plus rester au-dessus des convulsions à l'étranger, car elle aussi descend de l'establishment au marché. Les évangéliques seraient bien moins passionnés, s'ils n'étaient pas convaincus que leurs églises auraient une croissance s'ils pouvaient juste se débarasser des libéraux.

J'en doute. C'est vrai que les églises croîtraient si elles pouvaient se débarasser des libéraux, mais ce n'est pas la croissance qui intéresse les évangéliques. Ils sont presque tous, par tempérament, anti-Vichy et anti-accommodation, et eux et leurs familles ont payé le prix pour se retirer de la culture laïciste dominante et de ses récompenses. Si on leur donnait le choix, ils choisiraient presque certainement une église orthodoxe sans potentiel de croissance, plutôt qu'une église dans le vent qui grandirait en s'adaptant avec complaisance à l'esprit du monde qui l'environne. Revenons à Brown:

La solution que toutes sortes de gens tentent d'imposer à Willams, celle de simplement abandonner la communion Anglicane, ne peut pas fonctionner maintenant. Il est trop tard. Les flammes de la haine théologique à l'étranger ont embrasé le monde entier, comme si l'Internet était tissé de cordeaux bickford plutôt que de câbles.

Les flammes de la haine théologique? Je ne l'aurais pas dit comme ça. Il me semble plutôt que, avec l'arrivée de l'Internet, les bureaucraties ecclésiastiques ont perdu leur monopole des moyens de communication, et ont finalement été obligés d'écouter ce que les orthodoxes essaient de dire depuis tout ce temps. Cinquante années de frustration, causée par des appels téléphoniques non-retournés et des lettres au Rédacteur classées dans la filière ronde, ont ajouté une certaine crispation au ton de quelques critiques, mais appeler ça de la haine n'est qu'un échappatoire. Le boxeur qui s'assoit sur ses lauriers et qui refuse d'embarquer dans le ring pendant dix ans, va s'apercevoir que, lorsqu'il va finalement se décider à revenir, les coups de son adversaire pincent plus qu'à sa souvenance. C'est pourquoi les libéraux sont prompts à déplorer «l'incivilité» des blogues.

C'est la compréhension théologique qui rend cette dispute si difficile à contrôler. La plupart des églises, la plupart du temps, en ont rien à foutre de la théologie. C'est une des choses que les athées ne comprennent pas à propos de la religion. Il pensent que la religion a rapport aux énoncés de foi, plutôt qu'aux rites et à l'appartenance.

Désolé mon pote. Tu as oublié un groupe de chrétiens qu'on appelle martyrs, qui ont offert leurs vies avec empressement, précisément parce que certains énoncés de Foi sont plus importants pour eux que leur vie -- les vérités de la Foi qui, si abandonnées, causeraient leur damnation. Penses-tu que Thomas Becket est mort pour la cause du confort rituel? Penses-tu que Thomas More a offert son cou à la hache pour cultiver un sens de l'appartenance?

Alors eux [les athées] présument que le litige dans la communion Anglicane concerne vraiment les gais. Mais si c'était le cas, il serait possible de trouver un compromis, comme on l'a fait pour le clergé féminin, où les gens font au moins semblant d'accepter le point de vue des autres.

Même dans le courant dominant de l'Anglicanisme, la plupart des conservateurs n'ont pas accepté «l'autre point de vue», mais ont accepté le fait accompli, bureaucratiquement manigancé, afin de conserver la Communion -- lorsqu'il semblait que l'alternative était le schisme ou la séparation. Néanmoins, Brown a raison de dire que le litige Anglican ne concerne pas les gais en tant que tel. Il concerne le péché -- spécifiquement si le péché peut avoir une place positive, une place d'honneur, dans l'ecclésiologie chrétienne. Aucun tranquilisant théologique prolixe ne peut fonctionner magiquement ici, aucune commission de l'archevêque ne peut enterrer le problème assez profondément. Il n'y a aucun compromis possible, car aucun bien humain n'est sur la table: il n'y a même pas de bébé à couper en deux. Si les ébats de Monseigneur Gene Robinson avec son petit camarade sont un péché qui crie vengeance vers le Ciel [Gn 18:20], même un Rowan Williams ne peut pas déterminer juste la bonne quantité de ce péché qui va plaire à Dieu.

Copyright © 2007 Catholic Culture. Traducteur: SJJ

| Accueil >> Sermons perdus