| Accueil >> Sermons perdus

Prêcher Jésus ou le monde? (Réponse à «Trop, c'est trop!»)

Camille Pissarro. Chennevières au bord de la Marne.
(Camille Pissarro. Chennevières au bord de la Marne. Source)

1) Introduction

Voici deux réponses à la lettre ouverte intitulée «Trop, c'est trop!», signée par 19 «prêtres» dissidents du Québec.

La première est la seule vraie réaction catholique dont j'ai entendu parler au Québec, que ce soit par un prêtre ou un évêque. La deuxième est de l'abbé Poussinrapide, S.J., un prêtre Haïtien d'origine polonaise. (J'aime mieux la deuxième.)

2) La réponse de l'abbé Denis Saint-Maurice

Note: La réponse suivante a été publiée dans le quotidien La Presse de Montreal, le mercredi 1er mars 2006, à la page A-19.

L'abbé Denis Saint-Maurice, Ph.D., est un prêtre de l'Opus Dei (au moment où il a écrit cette lettre, il était à la paroisse Saint-Ambroise à Montréal). Il a été mon directeur spirituel il y a de longues années, alors j'imagine que tous mes conseils sages et charitables ont finalement eu de l'effet sur lui! Sérieusement, il mérite de nombreuses louanges pour m'avoir enduré, et avoir fait son possible pour rescaper ce qu'il pouvait de ma vie spirituelle.

Une lettre dérangeante; Prêcher Jésus ou le monde?

Dans sa prière sacerdotale, Jésus dit aux apôtres: «Je prie pour eux [mes apôtres], mais je ne prie pas pour le monde. Je prie pour ceux que tu m'as donnés et qui sont à toi. [...] Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.» [Jn 17:9]

Jésus s'adresse aux apôtres: ils ne sont pas du monde; ils seront les premiers prêtres. Il les invite à respecter cette «distance» qui leur permettra de s'associer davantage à Dieu, de méditer la loi de Dieu dans leur coeur et d'encourager les fidèles, dont ils sont foncièrement différents en raison de leur ministère, à être des «signes de contradictions» [Lc 2:34].

Quand le monde séculier oublie Dieu explicitement (comme quand on se dit «athée») ou implicitement (quand on professe des valeurs qui ne sont pas chrétiennes), c'est le propre du pasteur de guider ses fidèles par l'exemple et la parole. Certaines idées quant à une sexualité qui ne recherche que le plaisir dans une commisération sentimentale ou quant à une soi-disant liberté à la dissidence qui n'existait pas chez Jésus ou chez Pierre et Paul sont tout à fait contraires au message évangélique, bien que présentes dans le monde. Je crois qu'il est du devoir des prêtres de faire corps autour de Jésus, du Pape et de nos évêques qui ont le courage de continuer à insister «à temps et à contretemps» [2 Tim 4:2] et d'encourager nos frères et soeurs à marcher dans un chemin de sainteté réelle, et de non suivre les convictions du temps qui font un mal réel à la famille et à la société.

Chers 19 confrères prêtres, le monde dans lequel nous vivons est suffisemment bousculé pour ne pas ajouter aux souffrances du peuple chrétien la honte de voir ses prêtres oublier leur mission sacerdotale. Je tiens à vous dire que nous les «autres» prêtres sommes loin de penser tous comme vous. Jésus disait à son Père: «Je prie pour eux (les apôtres), mais je ne prie pas pour le monde (les idées reçues par les paiens et les pharisiens)... Sanctifie-les dans la vérité. Ta parole est vérité. Je me sanctifie moi-même pour eux afin qu'eux aussi soient sanctifiées par la vérité» [Jn 17:6 ...19]. La vérité, ça semblait exister au temps de Jésus. Est-il possible qu'elle n'existe plus, que la nature humaine change, comme vous dites... Pourtant, la journée suivante, Pilate aussi semblait douter du message de Jésus, et se demandait «Qu'est-ce que la vérité»? [Jn 18:38]. Pourquoi lui tourner le dos? Pourquoi ne pas se sacrifier un peu pour en être des témoins?

Comme beaucoup de mes confrères, je cherche à réconforter tous et toutes, quelles que soient leurs expériences présentes ou passées. Mais je me sens incapable de marchander la loi de Dieu qui ne m'appartient pas, et sur laquelle je veille comme un trésor. «Malheur à moi si je n'évangélise pas» [1Cor 9:16]. Autant demander au Seigneur de revenir nettoyer son temple.

L'abbé Denis Saint-Maurice

3) La réponse de l'abbé Poussinrapide, S.J.

En tant que prêtre catholique, voici ma réponse officielle à la lettre ouverte récente intitulée «Trop, c'est trop!», signée par 19 prêtres du Québec.

Primo, quelques désistements:

- Je ne suis pas un évêque, donc je ne vais pas parler des aspects disciplinaires de cette situation, concernant ces 19 prêtres.
- Tout comme il est impossible de jouer une partie de hockey dans une cabine téléphonique, il est impossible de régler tous les problèmes soulevés par ces 19 prêtres dans cette courte réponse. Veuillez SVP voir mon site web personel www.jesus-eucharistie.org, pour les détails.

Secundo, ma position personnelle: Je crois fermement 100% des enseignements officiels de l'Église catholique, incluant tous ceux sur les attirances homosexuelles, les unions du même sexe, la pilule anti-conceptionnelle, etc. Pour être ordonné comme prêtre catholique, j'ai dû jurer devant Dieu et devant les hommes que je serais fidèle à tous les enseignements catholiques. J'ai librement signé ce serment, et je vais le respecter jusqu'à la mort. Si, pour une raison ou une autre, je changeais d'idée, je ne ferais pas semblant d'être encore un prêtre catholique! Je changerais d'église, tout simplement! Ce n'est qu'une question d'honnêteté et de sincérité avec moi-même, et mes paroissiens.

Tertio, mon offre: Je peux vous expliquer exactement pourquoi tous les enseignements de l'Église catholique sont vrais. C'est mon travail, après tout! Si j'étais un plombier compétent, je pourrais réparer n'importe quel robinet qui coule ou n'importe quelle toilette qui est bouchée. Or, je suis un prêtre catholique, et je peux expliquer la divine vérité et la bonté de tous les enseignements de l'Église catholique. Dieu vous aime, et Dieu a fondé son Église pour transmettre ses enseignements, pour que vous puissiez être heureux! Si certains enseignements de l'Église catholique semblent mauvais, ou méchants, ou non-scientifiques, détendez-vous! Vous avez tout simplement mal été informés. Envoyez-moi un courriel, et nous irons en discuter en prenant un café.

Que Dieu vous bénisse,

L'abbé Poussinrapide, S.J.

| Accueil >> Sermons perdus