| Accueil >> Sermons perdus

C'est le temps de partir

William Hemsley. No longer the baby!
(William Hemsley. No longer the baby! Source)

Il y a un vieux truc qui semble gravé dans la cervelle de tout jeune enfant: Lorsqu'il ne peut pas obtenir ce qu'il veut, il menace de quitter la maison. Possiblement pour se joindre au Cirque. J'ai fait ça moi-même, allant jusqu'à faire vraiment mes bagages une fois, avant de me laisser convaincre de revenir par l'attrait irrésistible des biscuits et des bandes dessinées.

Au moment où on devient des adultes, comme le dit Paul, nous laissons derrière nous nos enfantillages. Malheureusement, il semble y avoir des gens qui n'ont jamais, apparemment, dépassé le truc du «C'est moi qui ai raison ou je pars de la maison». Je parle, bien sûr, des «catholiques» dissidents.

Il ne semble pas y avoir de limites aux «injustices» qui vont - disent-ils - causer leur départ de l'Église. Néanmoins, cela ne se produit jamais. Ils sont là, année après année, avec les mêmes plaintes et les mêmes menaces. En fait, c'est une règle assez fiable que plus les dissidents sont virulents et bruyants, plus ils sont près des bureaux de la paroisse. Bonté divine, à bien des endroits, les dissidents sont le bureau de la paroisse.

Alors pourquoi restent-ils? C'est une bonne question. Après tout, il y a une église Épiscopalienne juste à côté qui les attend. Elle a tout ce qu'ils réclament: les femmes prêtres, la contraception, l'avortement, les mariages homosexuels, le divorce, la communion ouverte à tous, un engagement pour la justice sociale, une langue inclusive, de rares exigences doctrinales strictement respectées, et une liturgie «smells-and-bells» agréable (avec de l'assez bonne musique, en prime).

Même l'évêque épiscopalien Gene Robinson - le clerc activement gai dont l'ordination a presque déchiré son église en deux - semble être d'accord. Pendant qu'il condamnait la position de l'Église catholique sur les attirances homosexuelles comme étant «vile» et «un acte de violence qui doit être confronté», il notait aussi que Benoît XVI pourrait s'avérer un avantage pour les Épiscopaliens. «Nous voyons tant de catholiques se joindre à notre église», a-t-il dit.

Eh bien Gene, c'est peut-être le cas. (Et en passant, mêle-toi de tes oignons.)

Il ne faut pas mal m'interpréter. Je déteste voir qui que ce soit quitter l'Église catholique. Après tout, je crois que c'est l'Église que le Christ a fondé à la Pentecôte. Néanmoins, les catholiques hétérodoxes ont déjà abandonné l'Église en tout point, sauf l'appartenance formelle. Tout ce qu'il reste à faire, c'est de rendre officiel ce que tous peuvent déjà constater.

La vérité est qu'un catholique dissident est à peine différent d'un protestant libéral. Ils croient presque toutes les mêmes choses, revendiquent les mêmes causes, et adorent de manière similaire. Bien sûr, au moins les protestants rejettent avec franchise l'autorité papale - on ne peut pas en dire autant pour nos coreligionnaires ingouvernables qui sont soumis au Pape du bout des lèvres, tout en ignorant tous ses décrets.

Qu'ils aient l'intégrité de leur propres convictions et qu'ils prennent la porte. S'ils ne veulent pas revenir à la Foi catholique, s'ils ne veulent pas cesser de s'y opposer à tout bout de champ, qu'ils partent. Que les portes de lavande de l'église épiscopalienne soient assaillies par tous les catholiques dissidents, rebelles, hargneux et grincheux, tous ces gens qui ont à un moment donné noyauté une paroisse, ou ruiné un séminaire, ou corrompu un ordre religieux autrefois fier. Ceux qui refusent de construire ne peuvent que détruire, et ils ont bien assez détruit.

Mais j'ai aussi un autre souhait: Que tous les Anglicans et Épiscopaliens fidèles, orthodoxes et bagarreurs, qui sont pris dans une église qui a abandonné le Christianisme historique - et eux avec - qu'ils puissent retrouver le chemin vers l'Église ancienne. Il y en a plusieurs, et ce sont nos vrais frères et soeurs.

Monseigneur Robinson est le bienvenu de prendre nos dissidents. Et nous accueillerons les siens.

Copyright © 2005 Brian Saint-Paul. Traducteur: SJJ

| Accueil >> Sermons perdus