| Accueil >> Sermons perdus

Doit-on respecter toutes les religions?

Nicolas Poussin. L'adoration du veau d'or
Ils se sont fait un veau de métal fondu, ils se sont prosternés devant lui
et lui ont présenté des sacrifices [Ex 32:8].
(Nicolas Poussin. L'adoration du veau d'or. Source)

1) Introduction

L'Église catholique enseigne-t-Elle «qu'il faut respecter toutes les religions»? Examinons cela d'un peu plus près. Mais gardez en tête que c'est un sujet délicat; la ligne du juste milieu est mince, et elle est environnée d'hérésies. Donc, comme d'habitude, si le Pape n'est pas d'accord avec moi, c'est lui qui a raison.

2) Qu'est-ce qu'une «religion»?

Si une «religion», c'est un groupe de gens qui croient religieusement qu'il y a une divinité, et que cette divinité nous transmet un message que nous devons écouter et obéir pour être sauvés, alors les choses suivantes sont des religions:

2.1) l'Ordre du Temple Solaire: Vous vous souvenez du bébé de trois mois poignardé à mort avec un pieu de bois, sous prétexte qu'il était l'Anti-Christ, puis des dizaines de meurtres et de suicides quelques jours plus tard, supposément pour rejoindre la planète Sirius? Tout ça ici à Morin Heights, au Québec, sans compter les massacres en Suisse. Quelle mignonne religion!

2.2) Roch «Moïse» Thériault: Ce charmant personnage est responsable d'avoir mutilé plusieurs personnes, certaines pendant qu'il était en état d'ébriété. Une fois, il a essayé de réscussiter une femme qu'il avait tué, en coupant le haut du crâne de son cadavre, et en vidant dans la cavité cranienne ses fluides corporels. La plupart des femmes de ce groupe ont porté ses enfants, certaines suite à des visites conjugales longtemps après qu'il ait été jeté en prison pour tous ses crimes.

2.3) David Koresh: Un joyeux luron, qui s'était assemblé un véritable harem de filles mineures qu'il exploitait sexuellement. Les enfants des membres de ce groupe devaient appeler leurs parents des «chiens», et Koresh en échange se faisait appeler «Père». Bien sûr, cette belle histoire s'est terminée dans un magnifique spectacle son et lumière (53 adultes dont 2 femmes enceintes, et 21 enfants ont péri dans l'incendie de leur ranch).

2.4) Jim Jones: Un véritable bout-en-train des croyances religieuses, celui-là! Vous vous souvenez peut-être de la petite partouze avec le jus au cristaux de saveur (assaisonné de cyanure)? 914 des habitants de Jonestown, dont 276 enfants, y ont goûté.

2.5) Le culte de Molek (ou Moloch): Que dire des peuplades qui ont été jusqu'à «brûler au feu leurs fils et leurs filles pour leurs dieux»? [Dt 12:31]

Etc., etc...

Si vous avez envie de me répondre que «Ce sont des sectes religieuses, alors qu'on parle de religions», je vous lance un défi. Expliquez-moi clairement la différence entre une secte religieuse et une religion, sans commencer à classer les religions en «vraies» et «fausses». Il y a quelques années, j'ai traduit une conférence internationale de sociologues. Ils s'étaient réunis ici à l'université Laval pour étudier les croyances religieuses, et à un moment donné la question de la distinction entre les sectes religieuses et les religions est survenue. Tous ont explicitement refusé de toucher à cette patate chaude.

3) La liberté religieuse a des limites

L'Église sait que l'homme blessé par le péché originel est capable de s'inventer toutes sortes de croyances complètement cinglées et dangereuses. C'est pourquoi l'Église catholique ne parle jamais de liberté de religion, sans mentionner des limites à cette liberté:

la personne humaine a droit à la liberté religieuse. Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être soustraits à toute contrainte de la part soit des individus, soit des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu'en matière religieuse nul ne soit forcé d'agir contre sa conscience, ni empêché d'agir, dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d'autres.
[Dignitatis humanae, No. 2]

son exercice ne peut être entravé dès lors que demeure sauf un ordre public juste.
[Dignitatis humanae, No. 2]

4) Il n'y a qu'une seule vraie religion

Non seulement la liberté religieuse n'est pas un droit absolu, mais en plus il n'y a qu'une seule vraie religion:

Le Christ Seigneur a fondé une Église et une seule Église.
[Unitatis redintegratio, No. 1, §1]

Cette unique vraie religion, nous croyons qu'elle subsiste dans l'Église catholique et apostolique
[Dignitatis humanae, No. 1]

5) Le respect est seulement dû aux hommes, et aux vérités partielles qu'il peut y avoir dans les autres religions

L'Église catholique n'enseigne pas qu'il faut «respecter toutes les religions», sans nuances. Elle enseigne d'abord qu'il faut respecter tous les hommes, même ceux qui sont embourbés dans les fausses croyances religieuses:

L'homme égaré dans l'erreur reste toujours un homme et conserve sa dignité de personne à laquelle il faut toujours avoir égard. Jamais non plus l'homme ne perd le pouvoir de se libérer de l'erreur et de s'ouvrir un chemin vers la vérité. Et pour l'y aider, le secours providentiel de Dieu ne lui manque jamais.
[Pacem in terris, No. 158]

L'Église enseigne qu'il faut respecter ce qu'il y a de bon dans les autres religions:

L'Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions.
[Nostra aetate, No. 2]

(En passant, CÉC, No. 2104, semble dire que nous devons avoir un «respect sincère pour les diverses religions». Mais ce passage est supposé citer le document de Vatican II pré-cité, Nostra aetate, No. 2. Si vous le lisez soigneusement, le document de Vatican II parle du respect sincère pour la partie vraie et sainte de ces religions, pas du respect de toutes les religions. Après tout, Moïse n'a pas donné un bec au Veau d'or pour promouvoir le dialogue inter-religieux! [Ex 32:20])

Par contre, l'Église dit bien que toutes les parcelles de vérité qu'on peut retrouver dans les autres religions, sont déjà présentes, et à un degré suréminent, dans l'Église catholique:

En Elle subsiste la plénitude du Corps du Christ uni à sa Tête, ce qui implique qu'elle reçoive de lui la plénitude des moyens de salut qu'Il a voulus: confession de Foi droite et complète, vie sacramentelle intégrale et ministère ordonné dans la succession apostolique.
[CÉC, No. 830]

6) Tous les hommes doivent devenir membres de l'Église catholique

L'Église catholique, malgré les hurlements des hérétiques, a toujours enseigné et enseignera toujours que «Hors de l'Église, pas de salut»:

il n'est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu'en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu'ils ont eu jadis le malheur de s'en séparer.
[Mortalium animos, No. 10]

[...] c'est la nécessité de l'Église elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, [que Jésus] nous a confirmée en même temps. C'est pourquoi ceux qui refuseraient soit d'entrer dans l'Église catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés.
[CÉC, No. 846]

Cette affirmation ne vise pas ceux qui, sans leur faute, ignorent le Christ et son Église
[CÉC, No. 847]

7) Conclusion

Les gens qui croient que l'Église catholique enseigne «le respect de toutes les religions», sans nuance aucune, sont tout simplement prisonniers d'une fausse croyance religieuse. Ils se sont fait un veau d'or en forme de rectitude politique, et ils adorent cette idole moderne.

| Accueil >> Sermons perdus