| Accueil >> Philosophie

Quand un scientifique «dévolue» plus bas que le singe

L'intelligence et le libre-arbitre sont-ils dans la même «dimension» que la matière?
L'intelligence et le libre-arbitre sont-ils dans la même «dimension» que la matière?

1) Introduction

Plusieurs vulgarisateurs de la science ont apparemment consacré leur carrière à faire accroire à leurs lecteurs que les deux phrases suivantes sont identiques:

1.1) La science a prouvé que l'homme a évolué d'un primate apparenté au singe.

1.2) La science a prouvé que le corps de l'homme a évolué d'un primate apparenté au singe.

La deuxième phrase, à ma connaissance, est vraie, en plus d'être parfaitement compatible avec la Foi catholique:

C'est pourquoi le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l'évolution, dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante [...] soit l'objet [...] d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis
[Humani Generis, No. 36, mes gras.]

De l'autre côté la première phrase, en plus d'être non-scientifique, mène à l'athéisme, une des positions philosophiques les plus toxiques imaginables.

2) Certains points sont faciles à relier

Il y a plusieurs conséquences possibles à la phrase 1.2 ci-haut. Les sus-mentionnés vulgarisateurs de la science les répètent constamment (sans dire que l'Église catholique n'a rien contre ces conséquences!). Quelques exemples:

2.1) «Darwin a prédit que le corps humain a pu apparaître en Afrique, car les singes et les gorilles sont les espèces les plus proches de nous, et elles sont en Afrique». OK. Et alors? Darwin (et tout autre scientifique) est le bienvenu d'observer les faits et de tenter de les expliquer logiquement.

2.2) «Des squelettes quasi-humains d'Homo habilis, d'Homo rudolfensis, d'Homo ergaster et d'Homo rantanplanis ont été déterrés dans les cavernes de Shépaoû par le Docteur Tremblay, et ont été radiodatés à un zillion d'années avant Jésus-Christ». OK. Et alors? Si nos corps ont vraiment évolué durant des millions d'années, alors il est probable que des vestiges de cette évolution existent.

2.3) «L'ADN des chimpanzés ne diffère de celle de l'homme que par 1,48%». OK. Et alors? Allez épouser un chimpanzé s'ils sont si près de nous! Sérieusement, ce qui nous rend si différent des chimpanzés n'est pas notre ADN.

3) Certains points ne sont peut-être pas déjà reliés

Plusieurs vulgarisateurs de la science prétendent que certains points ont évidemment déjà été reliés, même si ce n'est pas aussi évident que ça, et que parfois ces points ne sont même pas encore reliés!

3.1) «J'ai trouvé un petit bout de vieil os ici. Donc ce vieil os appartenait à une tribu qui pratiquait les danses carrées du vendredi soir et se lavait rituellement les mains après avoir joué au poker». Pitié! Vous avez trouvé un petit morceau de vieil os. Certaines «déductions» des vieux os aux comportements sociaux complexes sont hilarantes. Il n'y a rien de mal à spéculer, mais n'oublions pas qu'aucun d'entre nous n'y était il y a des zillions d'années, et nous n'avons pas de vidéos d'époque.

3.2) «L'Homo rantanplanis a vécu longtemps avant Homo sapiens, et il faisaient des choses impossibles à faire sans intelligence, donc l'Homo rantanplanis était intelligent». Pitié! Les fourmis juste à l'extérieur de ma porte avant se comportent intelligemment. Elles ont une organisation sociale avancée, rapportent leurs morts, et même asservissent d'autres espèces (comme les pucerons) pour leurs propres intérêts. Néanmoins les fourmis ne sont pas intelligentes. Où est passé le Rasoir d'Occam? Si l'instinct explique facilement un comportement, pourquoi postuler la raison et le libre-arbitre?

3.3) «Les singes ont des habiletés cognitives et des vies sociales tout comme nous». OK, alors pourquoi n'y a-t-il pas un singe qui parle de votre thèse de doctorat dans une taverne? Sérieusement, où sont passés les mots comme «similaire» ou «d'une certaine manière la même»?

3.4) «Les chimpanzés utilisent des outils (des roches) pour ouvrir des noix, donc l'homme n'est pas la seule espèce à utiliser des outils». Si on utilise votre définition incorrecte d'un «outil», les oiseaux aussi utilisent des «outils» (les corbeaux bien ordinaires ouvrent des escargots en les frappant contre des roches). Les insectes aussi, tant qu'à y être (certains sphex de la famille Sphecidae utilisent d'autres insectes comme un outil combiné de réfrigération et d'incubation, pour garder leur larves au chaud et leur fournir de la nourriture fraîche). Prétendre que les découvertes récentes «libèrent les paléoanthropologues du lourd fardeau de l'association homme-outil» est ridicule [Pour la science, Dossier: Sur la trace de nos ancêtres, oct.-déc. 2007, p. 40].

3.5) «Certains chimpanzés imitent d'autres chimpanzés, donc ils ont une «culture» tout comme nous». Manger des termites sur un brin d'herbe? Vous appelez ça de la «culture»? Je peux vous montrer un vidéo sur YouTube d'un perroquet qui chante Mozart! Sérieusement, il faut faire attention lorsqu'on utilise des mots comme «culture» (ou «outil», ou «langage», etc.), lorsqu'on parle d'animaux qui ne sont pas doués de raison, sinon on risque de tomber dans l'inflation verbale. (Voir aussi la Section 2.3 de Comment faire évoluer un débat contre un Darwiniste.)

Des hommes?
Source: Pour la science, Dossier: Sur la trace de nos ancêtres, oct.-déc. 2007, p. 9.

4) Certains points sont impossibles à relier

Raccorder des points avec une règle peut-être très facile si vous choississez les points à relier! Un de ces points est-il impossible à atteindre avec votre règle, parce qu'il est dans une autre dimension? Facile! Choississez un autre point!

Un problème avec cette approche survient si vous êtes un scientifique, et que vous tentez d'expliquer comment passer d'un point facile à un point difficile. Vous ne devriez pas cacher le point difficile sous le tapis. Mais c'est exactement ce que font les mauvais vulgarisateurs de la science.

Par quoi l'homme se démarque-t-il des autres animaux? Nos yeux? Non, les aigles ont de meilleurs yeux que nous. Notre estomac? Non, les cochons en ont des meilleurs. Notre capacité à courailler? Non, les ratons-laveurs font ça. Nos émotions? Non, plusieurs animaux supérieurs comme les chats et les chiens ont des émotions.

Il n'y a que deux choses qui nous rendent différents de tous les autres animaux: l'intelligence et le libre-arbitre (ou «la conscience de soi et la liberté», ou «la raison et l'autonomie», etc.).

Un vrai scientifique va soigneusement examiner le «point d'arrivée», le point qu'il tente de relier avec son explication. Les faits à propos de notre intelligence et de notre libre-arbitre ne sont pas difficiles à trouver; il suffit d'y porter notre attention. (Voir entre autre l'audacieuse expérience scientifique décrite dans la Section 3 de L'avortement, et le soccer.)

Une autre manière d'en arriver à la même conclusion est de penser à la science-fiction. Presque inévitablement, l'histoire va comprendre un quelconque lézard extra-terrestre ou un robot super-avancé, qui auront l'intelligence et le libre-arbitre. En d'autres mots, une personne dont le corps n'est pas humain. L'auteur de science-fiction, ainsi que son auditoire, savent bien que ce qui fait que nous sommes des personnes n'est pas notre «station bipédale» ou «l'utilisation d'outils primitifs».

Une fois que le «point d'arrivée» a été clarifié (l'intelligence et le libre-arbitre), nous devons réfléchir à ce qui est nécessaire pour que ce «point d'arrivée» puisse exister. (Voir entre autres L'Âme de la coquerelle.)

5) Conclusion

Si vous choississez un point plus facile à relier, soyez honnête et dites aux spectateurs que vous venez de changer de cible! Si vous ne le dites pas, vous êtes un menteur, et vous venez de «dévoluer» plus bas que le singe.

| Accueil >> Philosophie