| Accueil >> Sermons perdus

Lettre ouverte aux évêques catholiques du Canada, par Vote Life, Canada!

Vote Life, Canada!
Vote Life, Canada!
(Source)

Par Eric Alcock. Copié de votelifecanada.blogspot.com.
Note: La stipulation d'exonération habituelle.

Pour signer cette Pétition, SVP voir ci-bas.

1) Introduction

18 juin 2007

[...] si tu ne parles pas [au méchant], si tu ne le mets pas en garde contre sa mauvaise conduite, le méchant mourra à cause de sa faute, mais je te demanderai compte de son sang.
[Ez 33:8]

Aux évêques, les Successeurs des Apôtres, au Canada,

2) Le silence des évêques

Avec une grande détresse, Vote Life, Canada! constate le silence de fait de trop d'évêques concernant l'infanticide légalisé au Canada, et demande aux évêques de prendre toutes les mesures nécessaires pour confronter le démon de l'avortement au Canada, qui a fauché plus de trois millions de victimes.

3) Les sacrilèges contre l'Eucharistie empêchent le respect pour la vie

En évaluant les facteurs qui contribuent à la tragédie de l'infanticide légalisé dans notre pays, Vote Life, Canada! a bien remarqué les sacrilèges perpétrés contre l'Eucharistie par des «catholiques» dissidents et obstinés, qui vivent en état de péché grave. Cette pratique à grande échelle et largement répandue est le plus important facteur expliquant la déchéance morale du Canada et le manque de respect pour la vie humaine. En effet, il serait impossible d'expliquer un tel phénomène sans reconnaître la négligence ou l'indifférence de trop d'évêques dans cette situation tragique, parce que, en fait, la surveillance de l'Eucharistie est confiée entièrement aux Successeurs des Apôtres. Comment pourrait-on encourager le respect pour la vie humaine, lorsque le manque de respect pour Dieu Lui-même, par le Corps et le Sang du Christ, est non seulement toléré mais encouragé à chaque Messe?

Ce sacrilège, de livrer Jésus à Ses ennemis par la Sainte Communion, n'est pas moins un crime aujourd'hui que lorsqu'il a été commis par Pilate il y 2000 ans. Les Écritures nous mettent en garde, car «si quelqu'un manque de respect quand il mange le pain ou boit le calice du Seigneur, il pèche contre le Corps et le Sang du Seigneur». De plus, «le chrétien ne peut pas boire à la coupe du Seigneur et à la coupe des démons; vous ne pouvez pas partager la table du Seigneur et la table des démons» [1Co 10:21]. On ne peut pas être en communion à la fois avec le Christ et avec les démons. Les chrétiens qui, par association, par sympathie et par actions, participent aux stratégies démoniaques qui détruisent la vie, la famille et le Bien commun, ne peuvent pas avoir part à la Sainte Communion. À moins que les Saintes Écritures puissent mentir, les implications de cette vérité sont claires et étonnantes: une telle vague de communions sacrilèges n'aurait jamais pu se produire, si autant d'évêques n'avaient pas communié avec les démons!

De façon révoltante, tout comme le Ponce Pilate «pro-choix», qui était «personnellement contre», et qui a néanmoins livré Jésus à Ses ennemis, ainsi trop d'évêques canadiens ont dispensé le Corps et le Sang de Jésus à toute personne se présentant à la Communion, même si des sources indépendantes disent que jusqu'à 90% des «catholiques» rejettent l'autorité de l'Église ainsi que certains de Ses enseignements essentiels. Les vrais catholiques fidèles ont été scandalisés et démoralisés depuis des décennies par ce sacrilège officiellement approuvé.

4) Une culture pseudo-catholique est florissante au Canada

Le résultat de cette abomination est une culture pseudo-catholique florissante au Canada - une culture qui n'est pas fondée sur le mystère de l'Eucharistie, mais sur la «magie» de l'Eucharistie. Grâce à la négligence, ou peut-être simplement à cause des ténèbres spirituelles de trop d'évêques canadiens, indépendamment de la conduite morale ou des dispositions morales d'un grand nombre de «catholiques» renégats, on présume que la participation à la Messe et la simple réception de la Sainte Communion confèrent magiquement l'absolution, même pour les pires péchés, et satisfont tous les commandements importants de Dieu pour les catholiques. Cette fausse représentation de la Foi catholique non seulement déshonore les catholiques fidèles, mais scandalise toute la communauté chrétienne au Canada, dont plusieurs membres sont forcés de conclure que le catholicisme n'est qu'un autre ennemi sectaire de la véritable Foi chrétienne.

Les évêques sont bien au courant que, selon le Catéchisme, les «catholiques» qui renient les enseignements de l'Église sur le mal intrinsèque de la contraception, de l'avortement et des relations sodomites, de même que les péchés mortels de la masturbation, du concubinage, de la fornication, de la pornographie, de l'adultère et du divorce, se disqualifient eux-mêmes de la participation à la Sainte Eucharistie. Sans avoir d'abord donné preuve de vrai repentir en Confession, et avoir reçu l'absolution, ils ne peuvent pas recevoir le Corps et le Sang du Christ. Malgré des enseignements aussi explicites, non seulement un nombre anormalement élevé de catholiques ordinaires se condamnent-ils par des communions sacrilèges, mais un nombre important de prêtres, religieux, théologiens et professeurs le font aussi. Ces chefs ont le champ libre pour corrompre les fidèles encore plus en dénigrant les enseignements de l'Église sur le célibat sacerdotal, l'ordination des femmes, le «mariage» homosexuel, et d'autres non-négociables de la Foi, et tout cela sans se faire reprendre publiquement par les évêques. Les hérésies dissidences de l'enseignement Romain par trop d'évêques eux-mêmes, concernant l'éthique sexuelle catholique, surtout la contraception, qui plonge des millions de catholiques dans l'immoralité, est en train d'entraîner le Canada au bord du précipice démographique et culturel.

Mais les évêques ne devraient-ils pas avertir de telles personnes obstinées et sans repentir que ni le Baptême, ni l'Eucharistie ne vont les sauver? Une fois de plus, selon le Catéchisme catholique, mourir en état de péché mortel, sans se repentir et sans accueillir l'amour miséricordieux de Dieu, nous sépare de Lui pour toujours en Enfer. Les évêques sont au courant de ces choses, mais leur négligence ou incroyance les trahit, puisqu'ils refusent d'enseigner et d'avertir les catholiques. Donc, plusieurs d'entre eux corrompent la Foi et se révèlent être des loups et non des pasteurs, en risquant le salut éternel de plus de 13 millions de catholiques canadiens. Le résultat de leurs pensées tordues et démoniaques est l'affaissement de l'intégrité de la communauté catholique canadienne en général, et aussi l'ignorance d'une génération entière de catholiques du véritable moyen d'obtenir la grâce de Dieu.

5) Le Pape Benoît a signalé le problème

Quelles habitudes les évêques ont-ils résolu de changer, suite aux avertissements du Pape Benoît en octobre passé? Sans mâcher ses mots, le Pape a abordé l'échec des évêques à faire face aux problèmes moraux du Canada, plus spécifiquement le «mariage» homosexuel et l'avortement, ainsi que la division extrême entre l'Évangile et la culture, telle que manifestée par l'exclusion de Dieu du domaine politique. Si les évêques continuent la pratique, hérétique et sans fondement dans les Écritures, d'accorder la Sainte Communion à ceux qui persistent obstinément dans le péché grave, et continuent de refuser leur devoir de défendre la Sainte Eucharistie des sacrilèges commis par les catholiques ordinaires, la société canadienne va continuer son naufrage «de la manière la plus perturbante», dans les termes du Pape, par la négligence de la vérité et de la discipline.

Les commentaires du Pape soulignent poliment et subtilement une culture mensongère omniprésente, qui est alimentée par ces communions sacrilèges et les styles de vie immoraux des catholiques qui vivent en état de péché grave. Des multitudes de tels «catholiques» corrompus, qu'on dit «en règle avec leur Église», ont une influence sur toutes les sphères de la société canadienne, incluant la sphère politique, et l'avilissent avec leurs attitudes anti-Dieu et anti-vie. Les politiciens, surtout les Premiers ministres «catholiques» pro-avortement et pro-sodomie, attirent tout spécialement l'attention et sont assurément scandaleux à outrance. Par contre, ce sont plutôt les électeurs catholiques moyens, sans formation religieuse, qui suivent l'aveuglement et la confusion de trop d'évêques, et ainsi remettent le pouvoir entre ces politiciens «pro-choix» et assassins des enfants à naître.

6) Les évêques n'ont pas mobilisé les électeurs catholiques

Il n'y a peut-être pas d'exemple plus flagrant de manquement au devoir de faire cesser la tuerie des enfants à naître au Canada, de la part de trop d'évêques, que le fait qu'ils n'ont pas mobilisé les électeurs catholiques. La protection juridique des enfants à naître exige une solution politique et législative, ce qui est manifeste pour même les canadiens les plus ignorants en matière politique. Les évêques catholiques au Canada ont une autorité morale sur une bloc formidable de près de 10 millions de catholiques, néanmoins, après près de quarante années d'infanticide «légalisé» au Canada, il n'y a pas le moindre signe que les catholiques ont été guidés par les évêques pour faire ce changement politique au Canada, grâce à la plus simple des stratégies de vote, une stratégie non-partisanne, fondée solidement sur des principes moraux de base.

Pourquoi une telle campagne de mobilisation des chrétiens canadiens, pour qu'ils votent efficacement afin d'assurer les droits juridiques des enfants à naître, doit-elle commencer avec Vote Life, Canada! ou une autre campagne du même genre? Certainement, si les évêques voulaient arrêter la tuerie des enfants au Canada, alors une stratégie à la grandeur du Canada et dans chaque diocèse, afin que chaque catholique vote pour la protection juridique des enfants à naître, aurait depuis longtemps fait cesser complètement la tuerie. Dans les rares cas où les évêques ont fait quoi que ce soit à ce sujet, cela n'a été qu'une bousculade de dernière minute, mal organisée et inefficace. Que Dieu ait pitié de ces évêques pour cette omission d'avoir employé ce moyen éminemment pratique pour faire cesser l'holocauste des enfants à naître. Leur inaction, pendant des décennies, les rend dans une large mesure coupables de la mort de millions d'enfants à naître.

7) Les conséquences politiques de la culture pseudo-catholique

De la culture pseudo-catholique du Canada, ont émergé des démons politiques comme les Premiers ministres «catholiques» Trudeau, Chrétien et Paul Martin. Les évêques catholiques étaient clairement dans un état douteux et affaibli lorsque, en 1969, ils ont permi au Premier ministre «catholique» Pierre Trudeau et au Ministre de la justice «catholique» John Turner, de refiler aux Canadiens la «légalisation» du trio de la contraception, de l'avortement et de la sodomie, avec en même temps la libéralisation des lois sur le divorce.

Jusqu'à l'année dernière, sauf pour une pause de cinq mois en 38 ans, des Premiers ministres «catholiques» ont gouverné le Canada. [Mise-à-jour: le 19 octobre 2015, Justin Trudeau a maintenant repris cette série sanglante]. Chacun d'entre eux, sans exception, ont défié les enseignements catholiques sur la sexualité par leur politiques pro- contraception, pro-avortement et pro-sodomie. Et chacun d'entre eux s'est considéré comme un bon catholique et s'est présenté pour la Sainte Communion. Durant ce règne de 38 ans de destruction sociale et de ruine spirituelle, trop d'évêques catholiques ont omis de prendre des mesures pour contrer ce scandale colossal. Malgré la dissidence féroce manifestée par les Premiers ministres à l'égard des enseignements catholiques, il n'y a même pas eu un seul cas documenté, où un Premier ministre canadien s'est fait refuser la Communion.

Les évêques canadiens se sont esquivés, lors du grave scandale causé par Paul Martin, le plus récent Premier ministre du Canada (défait à l'élection de 2006). Ce Premier ministre «catholique», pro-avortement et pro-sodomie, a été le fer de lance du «mariage» homosexuel et a proclamé haut et fort l'engagement de son gouvernement envers «le droit d'une femme de choisir» sans restrictions. Son évêque, l'évêque de la capitale du Canada, Ottawa, a rejeté du revers de la main toute possibilité d'action disciplinaire contre Martin, prétendant que le Premier ministre était «un membre fidèle de ma paroisse cathédrale». (Ce même évêque participe à la Marche pour la Vie, et à celle de 2004, il a livré une homélie condamnant le meurtre des embryons humains pour récolter leurs cellules-souches.)

Des défaillances profondes comme celle-ci, par trop d'évêques au Canada, font s'estomper la démarcation entre ce qui est mal et ce qui est bien, et encouragent «la division extrême entre l'Évangile et la culture, clairement manifestée par l'exclusion de Dieu de la sphère politique», décriée par le Pape Benoît. Comment une telle caricature d'un chef apostolique peut-elle être décrite autrement que par «l'aveugle conduisant l'aveugle»?

8) Les évêques doivent de toute urgence implanter les directives de Rome

Deux séries de directives écrites par le Cardinal Joseph Ratzinger, maintenant Benoît XVI, si elles étaient honorées universellement et soigneusement par les évêques du Canada, auraient un impact certain sur le climat moral du Canada, et donneraient un coup de barre immédiat au Canada pour le diriger vers la sauvegarde des enfants à naître. Dans une lettre de 2004 aux évêques Américains intitulée, de manière appropriée, Pour mériter de recevoir la Sainte Communion, celui qui était à ce moment le Cardinal Ratzinger a dit que les «catholiques» qui persistent obstinément à rejeter les enseignements de l'Église doivent se faire interdire la Communion. Il a cité le Canon 915 et d'autres documents de l'Église pour étayer cette position. La Congrégation pour la doctrine de la Foi, en 2003, a publié L'engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique qui était adressé aux évêques catholiques, aux politiciens catholiques et à tous les laïcs appelés à participer dans la vie politique des sociétés démocratiques. Les principes énoncés dans ce guide ont un besoin urgent d'être appliqués au Canada, mais ils sont constamment ignorés par trop d'évêques.

9) Les évêques doivent lancer un appel pour un jeûne et une pénitence nationale

Une célébration internationale planifée par les évêques pour 2008 à Québec, ayant pour thème «L'Eucharistie, Don de Dieu pour la vie du monde», devrait plutôt être un appel pour un jeûne national avec pour objectif principal le repentir et la conversion. Dieu désire d'abord et avant tout l'obéissance de la part de Ses évêques, certainement pas des festivals, des célébrations et des chansons dans ce moment de crise que nous vivons. Ironiquement, le don de la vie de Dieu est aussi l'Enfant à naître... et ces enfants vont payer de leur vie le sacrilège en cours contre l'Eucharistie.

Plutôt que de se servir des images de l'Ancien Testament d'une arche qui parcourt le pays, le Congrès Eucharistique devrait plutôt appeler tous les catholiques au Canada à faire pénitence dans les cendres et en vêtements de deuil, afin de demander le repentir et le pardon pour la désobéissance de trop d'évêques et la profanation de la Sainte Eucharistie.

10) Conclusion

À tous les jours où les évêques tergiversent, les âmes des catholiques, prisonnières d'une fausse culture religieuse, restent dans un grave danger de damnation éternelle. Et à chaque jour où les évêques tergiversent, 300 autres enfants à naître périssent. Leur cri silencieux continue à tourmenter quotidiennement ceux dont la conscience chrétienne n'est pas menottée par les mensonges des démons.

Je déteste, je méprise vos fêtes, je ne supporte pas vos célébrations. Pourquoi m'offrez-vous des holocaustes, des offrandes? Je n'y prends pas plaisir. Vos sacrifices de bêtes grasses, je ne les regarde pas. Éloigne de moi le bruit de tes cantiques, que je n'entende plus le son de tes harpes; mais fais que le jugement coule comme l'eau, et la justice comme un torrent jamais à sec.
[Am 5:21-24]

Signé,

Eric Alcock, Président, Vote Life, Canada!

11) Autres signataires (en ordre chronologique):

Stefan Jetchick, Québec, Québec
Vicki Gunn, Sharon, Ontario
Doris Germain, Orléans, Ontario
Mike Janssens, Inwood, Ontario
Louis Casgrain, Québec, Québec
John G. Gots, Port Dover, Ontario
Irma Ruiter, Fonthill, Ontario
Suzanne Fortin, Ottawa, Ontario
Paul Evans, Terrace, Colombie-Britannique
Maureen Lawrence, Calgary, Alberta
WynMarie Hamilton, Calgary, Alberta
Lukas Bebjak, Oakville, Ontario
Carol Barron, Conception Bay South, Terre-Neuve
Lise Anglin, Toronto, Ontario
Frank LeVay, Gravenhurst, Ontario
Kathleen McGann, Parry Sound, Ontario
Cécilien Pelchat, Saint-Raymond, Québec
Colette Vychytil, Laval, Québec
Al Zawadzki, Toronto, Ontario
Randy et Mary Gritter, Calgary, Alberta
James Ouellet, Grande-Digue, NB
Suzanne Dionne, Scoudouc, NB
Nick Evers, Moncton, NB
Henry A. Doherty, North Vancouver, BC
Dean Clark, Langley, BC
Kim Riddell, Kingston, ON
Bill Whatcott, Edmonton, AB
Marie-Hélène Raby, Macaza, Québec

12) Pour signer:

Vous êtes chalereusement bienvenus à signer cette pétition! Envoyez simplement un courriel (ou un message téléphonique, etc.) à Stefan Jetchick, et nous ajouterons votre signature. (SVP inclure votre ville, et votre province ou État.)

Remarquez que vous n'avez pas du tout besoin d'être catholique pour signer cette lettre. La pollution spirituelle, déversée au Canada par certains évêques «catholiques», doit inquiéter toutes les Canadiennes et tous les Canadiens. En fait, ça devrait aussi inquiéter tous les habitants des États-Unis d'Amérique, etc.! La pollution spirituelle se fiche des frontières nationales, ou des dénominations religieuses, etc. (Pour plus d'explications, voir La nappe phréatique spirituelle.)

Remarquez aussi que, idéalement, cette pétition serait transférée sur un site web indépendant et officiel. (Nous avons déjà fait un essai sur un site gratuit de pétitions hébergé par Google, mais ils ont rajouté immédiatement de la publicité pour des mouvements pro-avortement, sur la page de notre pétition!)

En terminant, désolé, je ne sais pas encore comment faire une page web sophistiquée qui vous permet d'ajouter votre signature sans intervention humaine. Quoi que, peut-être que d'avoir une intervention humaine est préférable! Cela élimine la fraude, et protège votre information.

13) Lettre au Pape Benoît XVI

Voir version anglaise.

| Accueil >> Sermons perdus