| Accueil >> Politique

Avortement: Avons-nous fait nos devoirs?

Alfred Sisley. Le canal St. Martin à Paris.
(Alfred Sisley. Le canal St. Martin à Paris. Source)

Résumé: Ce texte décrit un projet de Déclaration de terrain d'entente concernant l'avortement. Les sociétés pacifiques ne peuvent exister sans des débats intelligents, et des débats intelligents ne peuvent avoir lieu si les participants ne cherchent pas d'abord tout ce qui les unit, avant de commencer à parler de ce qui les sépare. Après avoir énuméré les motivations pour ce projet, ce texte présente les biens livrables, les clés du succès, et un brouillon de liste d'énoncés qui devraient être acceptables aux pro-choix et aux pro-vie.

1) Introduction

Vous excuserez ma naïveté, car je suis un néophyte dans le débat sur l'avortement. Ma question est simple: y a-t-il eu un effort pour produire un genre de «Déclaration de terrain d'entente»? En d'autres mots, est-ce que les pro-vie ont rencontré, ou du moins échangé des courriels avec les gens pro-choix, pour essayer de trouver une liste d'énoncés sur lesquels on s'entend tous?

Je ne parle pas à ce stade-ci de «terrain d'entente» concernant l'avortement. C'est ce sur quoi on ne s'entend pas! Non, je parle d'un effort pour trouver tout ce sur quoi on s'entend, excepté ce sujet difficile.

Je le répète: ce projet n'est pas un débat sur l'avortement, dans le but de trouver un compromis (comme par exemple: «L'avortement est un crime abominable durant les jours pairs, mais est une bonne chose les jours impairs et jours fériés!», etc.). Ce n'est pas un projet de débat, mais bien de pré-débat. (Pour une explication plus philosophique de la nécessité d'un tel «pré-débat», voir le paragraphe No. 4 de Concedo, Nego, Distinguo.)

2) Pourquoi devrions-nous faire ceci?

Cela ne fait pas de différence que ce projet soit rêveur ou réaliste, qu'il soit voué à l'échec ou pas. On doit au moins faire un effort honnête de comprendre «l'autre côté» (aucune connotation négative). Les sociétés n'existent pas seulement à cause des lois, des tribunaux, et des prisons. Les sociétés existent parce qu'il y a suffisamment de solidarité et de compréhension entre ses membres pour neutraliser les forces toujours menaçantes de la désunion et de l'incompréhension.

Si suffisamment de gens cessent de faire des efforts pour tisser des liens sociaux, alors cette société va tout simplement tomber en morceaux. Il me semble que des milliers d'années d'histoire le prouvent. Même si on présumait que les choses étaient parfaites au moment où on se parle, il faudrait encore faire des efforts, car les liens sociaux et la solidarité ne sont jamais acquis une fois pour toutes.

Un tel projet a plusieurs avantages:

2.1) Nous avons besoin de bons exemples de dialogue. Les nouvelles du soir nous donnent bien des exemples de gens qui devraient s'entendre mais qui ne le font pas. Ça serait agréable de voir un bon exemple de dialogue civilisé entre représentants de deux côtés qui ont un énorme potentiel pour mal s'entendre.

2.2) Il faut définir certains termes importants. Il ne peut pas y avoir de débat démocratique sans un vocabulaire partagé. Des «mots chargés» comme «religion», «personne humaine», «droit», «avortement», doivent être définis, autrement aucun débat n'est même possible.

2.3) Cette déclaration serait un excellent «geste de bienvenue» sur les sites web des deux côtés. Imaginez un pro-choix arrivant sur le site web d'un pro-vie. Ne serait-il pas bien que cette personne puisse dire: «Tiens! Eux aussi ont signé la Déclaration! Au moins on s'entend sur ça!»

2.4) On a besoin de contacts avec l'autre côté. Tout texte ou discours défendant le droit à la vie devrait être validé par l'autre côté, ne serait-ce que pour nous aider à déceler les irritants non-essentiels, les erreurs de faits, les fausses perceptions, etc. Un tel «Projet de terrain d'entente» serait une excellente occasion de trouver de tels gens.

2.5) On doit le faire de toute manière. Ce sont nos «devoirs d'écolier», quelque chose qu'on doit faire tout simplement parce qu'on s'adonne à être dans cette situation. C'est comme tirer une dame âgée hors de la trajectoire d'une voiture qui recule sans regarder. Vous voyez que la dame va se faire écraser si elle reste là, alors vous faites votre devoir et vous la tirez du chemin.

3) Ceci n'a-t-il pas déjà été fait?

Si vous connaissez une telle «Déclaration de terrain d'entente», veuillez s'il-vous-plaît me la signaler! J'ai fait quelques recherches avec Google. Il y a déjà eu des projets de «terrain d'entente», mais jusqu'à maintenant je n'ai pas trouvé de déclaration commune.

Les liens que j'ai trouvé jusqu'ici étaient du genre «SVP payez ici afin de pouvoir lire cet article», ou «Cette consultante en médiation a marché sur l'eau en s'arrangeant pour que les pro-choix et les pro-vie se parlent, alors embauchez-la», ou surtout «Oui, oui, on a trouvé un terrain d'entente. Beaucoup, beaucoup de terrain d'entente!», mais sans liste d'énoncés.

De plus, j'ai envoyé des courriels à tous les organismes pro-vie et pro-choix que j'ai pu trouver en Amérique du Nord, et personne ne m'a signalé l'existence d'un tel projet, au contraire.

4) Quels sont les biens livrables?

Ce projet aurait un but simple et terre-à-terre: produire une feuille de papier de 8,5 x 11 remplie d'énoncés précis sur lesquels tous s'entendent, signé par des associations représentant les deux côtés.

Bien sûr, on pourrait s'entendre sur plus que ça! Mais c'est un bon commencement de se concentrer sur un but simple et concret.

5) Quelles sont les clés du succès?

5.1) Pas de discussion sur les sujets où il n'y a pas d'entente. Le but du jeu est de trouver un terrain d'entente, alors la règle de base serait d'éviter soigneusement tout ce qui cause la discorde. Bien sûr, je suis tout-à-fait en faveur d'avoir un débat, à ce propos, qui soit bon, intelligent, public et documenté! En fait, à ma connaissance, un tel débat n'a jamais eu lieu! Mais ce n'est pas le temps maintenant. Avant le débat, le pré-débat!

5.2) Pas de compromis dans notre position. Une fois de plus, ce projet veut trouver un terrain d'entente, pas accroître le niveau de confusion! Si un énoncé quelconque n'est pas acceptable pour nous, on refuse poliment. Même chose pour l'autre côté.

5.3) Démarche sans frais. Il n'y a pas de budget pour ce projet, alors tout devrait être fait avec des courriels (c'est gratuit) et un minuscule site web (qui est déjà payé). Il nous semble qu'on pourrait faire beaucoup de progrès rien qu'en écrivant une liste d'énoncés sur lesquels on pourrait potentiellement s'entendre, puis envoyer ce document à plusieurs associations de l'autre côté, obtenir leurs rétroactions, remettre sur le métier notre ouvrage, réexpédier, et après quelques «cycles» de ce genre, déclarer que ce sur quoi on s'entend, est le résultat réussi de cette démarche. Si on n'est pas capable de faire ça, il n'y a aucun espoir pour la paix dans le monde!
;-)

5.4) Pas de magouilles. Aucun des deux côtés ne doit utiliser ce projet pour obtenir un quelconque avantage injuste. En pratique, ceci signifie que n'importe qui peut se retirer du projet n'importe quand.

5.5) Viser la plus large représentation possible, sans l'exiger. Bien sûr, il serait préférable que ce projet comprenne le plus grand nombre possible d'associations pro-vie et pro-choix. Mais de manière réaliste, cela n'arrivera pas, alors on devrait aussi être prêt à se satisfaire de «Quelque chose est mieux que rien».

5.6) Attaquer les mauvais représentants de notre côté. Aussi soigneuse que soit notre démarche, il va y avoir des «pommes pourries» qui vont apparaître de notre côté. Malheureusement, il y a des gens vraiment sexistes et misogynes. Il faut expulser rapidement et fermement ces gens.

6) Quels seraient des exemples d'énoncés acceptés par tous?

Avertissement! Je ne fais que lancer quelques pistes de réflexion:

6.1) La violence, l'intimidation et en général les comportements illégaux ne sont pas acceptables. Il faut résoudre nos problèmes autrement que par la guerre (verbale ou physique).

6.2) Les croyances religieuses de quelques citoyens ne doivent pas être le fondement des lois imposées à tous. Les lois civiles ne devraient pas être fondées sur des croyances religieuses, mais plutôt sur des choses comme le bon sens, la raison, la science, etc. Bien sûr, cela ne signifie pas qu'il n'y aura jamais de désaccords, mais au moins les problèmes pourront être discutés, contrairement aux croyances qu'on a ou qu'on n'a pas.

6.3) La «démocratie pure» n'est pas acceptable. Ce qu'on veut dire ici est que la majorité des électeurs n'a pas nécessairement raison. Si par exemple la majorité des canadiens décidait que les juifs devraient être exterminés dans des camps de concentration, ou que le viol était «légal», ces choses seraient encore horribles et illégales. Une «loi» injuste n'est pas une loi. Il y a quelque chose «au-dessus» du pur vote d'une foule.

6.4) On ne peut nier les droits de quelqu'un. Par exemple, les pro-vie disent que «le droit à l'avortement» n'existe pas, mais ils ne prétendent pas que les femmes ne peuvent pas exercer leurs droits. D'un côté, c'est une distinction mineure, mais d'un autre côté, c'est très important.

6.5) Les grossesses non-désirées sont mauvaises. Bien sûr, on ne s'entendrait pas sur quoi faire avec une grossesse non-désirée! Mais on pourrait probablement s'entendre que idéalement, il n'y aurait pas de grossesses non-désirées.

6.6) Les femmes ne doivent pas laisser des chefs de secte religieuse contrôler leurs ovaires. Le monde est parsemé de superstitions et de sectes religieuses complètement cinglées. Les femmes ont le droit et le devoir de ne pas laisser des groupes irrationnels contrôler leur corps.

6.7) Une femme n'est pas un morceau de viande. Bien sûr, une femme a un corps, et un corps composé d'un arrangement spécifique d'atomes (comme un morceau de viande). Mais une femme, c'est plus qu'un arrangement d'atomes. Il y a quelque chose qui lui donne une dignité intrinsèque, d'où découlent des droits inaliénables.

6.8) Notre côté doit être prêt à se soumettre à la vérité. Si, après de minutieuses réflexions et de sereins débats, nos opinions s'avéraient fausses, nous devrions les changer.

| Accueil >> Politique