| Accueil >> Politique

La Guerre du Vietnam et les Dix commandements

Vasily Vereshchagin. L'apothéose de la guerre.
Dulce bellum inexpertis.
(Vasily Vereshchagin. L'apothéose de la guerre. Source)

1) Introduction

N'est-il pas complètement ridicule de parler des Dix commandements dans la même phrase que la Guerre du Vietnam? La guerre n'est-elle pas par définition mauvaise? Même si une guerre juste était possible, pourquoi parler de religion? Comment le succès militaire pourrait-il dépendre de la Bible, et pas seulement de la stragégie, de la tactique, de la technologie et de l'argent?

Dans le texte suivant, je prends pour aquis que:

- Une guerre juste est au moins théoriquement possible (Voir entre autres CÉC, No. 2309).

- Le cas des guerres injustes n'est pas abordé ici.

- Les Dix Commandements ne sont pas purement une question de religion.

Je vais donc m'efforcer d'expliquer pourquoi je pense que le succès militaire dépend du respect des Dix commandements (en plus de la stratégie, de la tactique, de la technologie, de l'argent, etc.).

2) Les termites mécaniques

Une «termite mécanique» est un soldat qui ne respecte pas le Septième commandement, en endommageant la propriété du Gouvernement («Tu ne voleras pas» [Ex 20:15], et CÉC, No. 2409).

Fondamentalement, les dispositifs mécaniques sont plus faciles à briser qu'à réparer ou reconstruire. L'utilisation négligente ou l'entretien incorrect peuvent rendre n'importe quel dispositif mécanique inutilisable (incluant les armes).

Même si 99% des soldats dans une unité respectent la propriété du Gouvernement, quelques termites mécaniques peuvent détruire l'équipement plus rapidement que n'importe quel système logistique peut les réparer ou les remplacer.

Juste pour vous donner une idée, suivons à la trace une termite mécanique pendant quelques minutes. D'abord, il appuie sa carabine de tireur d'élite contre un mur (plutôt que de prendre la peine de la déposer doucement sur le sol). La carabine tombe, et endommage la lunette de visée. Ensuite notre termite se verse de l'eau à partir du gros contenant du peloton, mais perd le petit joint d'étanchéité du capuchon (alors l'eau va se vider silencieusement du contenant quand il va basculer dans le camion un peu plus tard). Ensuite notre termite monte à bord d'un camion et passe trop vite par-dessus un obstacle, pliant le bras de suspension. Comme vous pouvez vous l'imaginer, même seulement quelques termites mécaniques peuvent rapidement détruire une armée de l'intérieur.

3) Les racistes

Le racisme est une forme d'idolâtrie, condamnée par le Premier commandement («Un seul Dieu tu adoreras» [Ex 20:2-5], et CÉC, No. 2113).

Une des recettes les plus rapides et les plus immanquables pour subir un échec militaire est de présumer que l'ennemi est d'une manière ou d'une autre intrinsèquement inférieur. Une fois qu'un groupe de soldats commence à croire que leur «race» est supérieure, alors ils se mettent à croire que l'ennemi est composé de «sales Viet-Cong» ou de «têtes-enguenillées» (termes péjoratifs utilisés par certains soldats au Vietnam et en Iraq). Et une fois que vous avez commencé à sous-estimer l'ennemi, la défaite suit généralement de très près.

4) Les insolents

Une armée n'est pas essentiellement un être matériel, mais un être moral. Pour comprendre comment un «être moral» reste «en vie», imaginez une barque avec une coque légèrement percée: la seule chose qui la garderait à flot serait l'écopage continuel (enlever l'eau du bateau avec un contenant quelconque). Si vous arrêtez d'écoper, tout va couler.

C'est un peu la même chose pour les êtres moraux. Ils sont conservés dans l'existence par les actes de volonté continuels de ses membres. Dans une armée, ceci signifie que les soldats doivent vouloir se soumettre à leur Commandant. Ils doivent vouloir participer à la réalisation du plan de guerre de leur Commandant.

Le manque de respect pour les officiers est condamné par le Quatrième commandement («Honore ton père et ta mère» [Ex 20:12], et CÉC, No. 2239).

Les étudiants en Histoire vont probablement être capables de se souvenir de plusieurs exemples d'officiers au Vietnam qui furent non seulement méprisés, mais même menacés par leur propres hommes. À partir du moment où une telle mentalité s'empare d'une unité militaire, la «barque» commence à couler.

5) Les meurtriers

Seuls les «pacifistes» mal informés croient que tous les soldats sont des meutriers. Mais seuls les fauteurs de guerre ou bellicistes croient que c'est seulement les soldats ennemis qui peuvent commettre des meurtres. En fait, nos soldats peuvent commettre des meurtres de plusieurs manières: en tuant des civils innocents délibérément ou par négligence, ou en tuant des soldats ennemis qui se rendent, ou en commettant des «meurtres par compassion» en achevant des blessés graves, etc.

Le meurtre est condamné par le Cinquième commandement («Tu ne tueras pas» [Ex 20:13], et CÉC, No. 2312-2314).

Aucune armée ne peut opprimer tout un peuple pour toujours. Tôt ou tard, si la plupart des civils sont contre vous, votre armée sera jetée dehors. Et si vous tuez suffisamment de civils innocents et de soldats ennemis désarmés, vous pouvez rapidement vous mettre tout un pays à dos.

6) Les menteurs

Le mensonge est condamné par le Huitième commandement («Tu ne porteras pas de faux témoignage» [Ex 20:16], et CÉC, No. 2494, etc.).

Les soldats (et leurs familles) ont besoin d'entendre la vérité concernant la situation militaire actuelle (aussi négative soit-elle), de même que la vérité concernant les événements qui ont mené à la guerre dans laquelle on leur demande de participer. Si le Gouvernement ou les officiers racontent des mensonges, l'armée au complet sera rapidement démoralisée.

7) Les toxicomanes du sexe

La pornographie, la prostitution, la masturbation, l'adultère, etc., sont toutes des offenses contre le Sixième commandement («Tu ne commettras pas l'adultère» [Ex 20:14], et CÉC, No. 2351-2359).

Avant l'invention des antibiotiques, des historiens disent que certaines guerres avaient plus de victimes causées par les maladies vénériennes que par les combats en tant que tel. Mais même aujourd'hui, le manque de respect pour le Sixième commandement peut causer de graves dommages à une armée.

Pour commencer, le viol et la prostitution vont contribuer grandement à retourner les civils contre vous (voir aussi le No. 5 ci-haut). L'adultère est une excellente manière de détruire le moral des familles restées au pays, ce qui à son tour est une excellente manière de détruire le moral des pères de ces familles qui sont supposés faire la guerre. Mais même la pornographie et la masturbation vont vous causer des problèmes militaires. Après tout, la chasteté est une question de maîtrise de soi. Pour acquérir la chasteté, vous devez «combattre contre vous-même», et gagner. Quand ça commence à canarder de toutes parts, si vous n'êtes pas rompu à l'obéissance de vos propres ordres, vous prendrez probablement vos jambes à votre cou.

8) Conclusion

Durant la Guerre du Vietnam, les militaires des États-Unis ont utilisé plusieurs hélicoptères, surtout un qui s'appelait le «Huey». Tout en haut du Huey, il y avait un dispositif de fixation, un gros écrou de métal qui faisait tout tenir. À cause de son importance, les soldats le vérifiaient régulièrement, pour s'assurer qu'il était bien serré et pas fêlé. Et parce qu'une défaillance de cet écrou signifiait l'écrasement à coup sûr, plusieurs soldats l'avaient surnommé «l'Écrou-Jésus».

D'une certaine manière, même les armées au complet ont un «Écrou-Jésus»: ce sont les Dix commandements. Si votre «Écrou-Jésus» lâche, vous allez perdre la guerre, à chaque fois.

| Accueil >> Politique