| Accueil >> Sermons perdus

Un catholique peut-il prétendre obstinément que
le CÉC contient des erreurs doctrinales graves?

Paul Albert Steck. Orphélie se noyant.
Coupée de l'oxygène du Magistère, la Foi se meurt.
(Paul Albert Steck. Orphélie se noyant. [Source])

1) Introduction

Quelle est la valeur doctrinale du Catéchisme de l'Église Catholique (CÉC)? Le CÉC peut-il contenir des erreurs dogmatique et morales? Si oui, ces erreurs peuvent-elles graves (c.-à-d. essentielles) ou non (c.-à-d. accidentelles)? Un catholique peut-il prétendre obstinément que le CÉC contient des erreurs doctrinales graves, sans être automatiquement excommunié? Un bon catholique devrait-il critiquer le CÉC, et si oui, comment devrait-il s'y prendre?

Avant de commencer, je répète une fois de plus mon désistement standard: si jamais il devait y avoir un désaccord entre le Pape et moi au sujet de cet article, le Pape a raison! Remarquez aussi que mes opinions théologiques sont mises par écrit, disponibles à qui le veut, et qu'elles sont en permanence offertes à toute critique éventuelle que mon évêque pourrait exprimer à leur propos.

2) Le CÉC est-il un document du Magistère?

Nous avons vu ailleurs ce qu'était le Magistère de l'Église catholique, et pourquoi le Magistère pouvait infailliblement enseigner tous les dogmes et toutes les vérités de morales qu'un catholique doit croire. La première question est donc: Le CÉC est-il un document du Magistère? Comme expliqué dans l'article mentionné tout juste ci-haut:

[Ce que le Magistère pense, et ce qu'il veut] «résulte de la nature des documents, de l'insistance à proposer une doctrine et de la manière même de s'exprimer.»
[Donum veritatis, No. 24]

Regardons ces trois aspects pour le Catéchisme de l'Église Catholique: nature, insistance et manière.

2.1) La nature du CÉC. Comme son nom l'indique, le CÉC est un catéchisme. Le but d'un tel document n'est pas de présenter une opinion théologique durant un débat entre universitaires, ou de féliciter tel ou tel Cardinal durant la petite fête soulignant sa retraite, ou de condamner tel livre écrit par un quelconque hérétique. Un catéchisme a pour fonction de:

«présenter un exposé organique et synthétique des contenus essentiels et fondamentaux de la doctrine catholique tant sur la Foi que sur la morale»
Catéchisme de l'Église Catholique (CÉC), No. 11]

2.2) L'insistance à proposer une doctrine par ce CÉC. La plupart des Canadiens-français d'un certain âge ont connu le «Petit catéchisme», mais peu savent qu'il y a deux sortes de catéchismes: les catéchismes locaux, et les catéchismes universels. Dans l'histoire de l'Église catholique, il y a eu des douzaines, sinon des centaines de catéchismes locaux (valables pour un ou plusieurs diocèses seulement). Par contre, il n'y a eu que deux catéchismes universels, valables pour toute l'Église: le Catéchisme Romain (ou «Catéchisme du Concile de Trente»), et le CÉC. Deux catéchismes universels seulement en deux mille ans d'histoire de l'Église! Voilà un bon indice que le CÉC est important!

2.3) La manière même de s'exprimer à propos du CÉC. Le Pape parle de manière très ferme et claire lorsqu'il parle de la valeur doctrinale du CÉC:

[...] j'ordonne la promulgation [du CÉC] en vertu de l'autorité apostolique [...]. Je le reconnais comme [...] une norme sûre pour l'enseignement de la Foi. [...] L'approbation et la publication du Catéchisme de l'Église catholique constituent un service que le successeur de Pierre veut rendre à la Sainte Eglise catholique [...]: celui de soutenir et de confirmer la Foi de tous les disciples du Seigneur Jésus (cf. Lc 22, 32) [...].
[Fidei depositum, 4e partie, mes gras]

Moi, quand je relis le paragraphe précédent, je trouve que c'est soit une déclaration ex cathedra, soit très près de l'être. Tous les signes me semblent là: le Pape parle en tant que Pape, en tant que successeur de Pierre, en tant que celui qui a reçu l'ordre de Jésus de confirmer la Foi des autres Apôtres, etc.

3) Les deux éditions du CÉC sont-elles une preuve que le CÉC contient des erreurs?

Certaines personnes attaquent le CÉC en disant que le fait qu'il y a eu deux éditions «prouve» que la première édition contenait des erreurs. Et rajoutent-ils, si le CÉC a déjà contenu des erreurs entre la première et la deuxième édition, pourquoi pas des erreurs entre la deuxième et la troisième édition, etc.?

Osons faire quelque chose que les «anti-CÉC» n'aiment pas faire: allons lire ce que l'Église catholique nous dit au sujet de cette objection! Je vous résume quelques passages de «Laetamur magnopere», Lettre Apostolique du 15 août 1997 du Bienheureux Jean-Paul II.

Le CÉC a été promulgué le 11 octobre 1992, en français (oui! la version officielle du catéchisme pour toute l'Église répandue sur la planète terre était en français seulement!). Il fallait bien traduire ça en latin, la langue officielle de l'Église. Ce travail, ainsi que la tâche de recueillir les suggestions d'amélioration, avait été confiée à une Commission interdicastériale, présidée par un certain Josef Ratzinger (hum, ce nom me dit quelque chose!).

La version originale française (la «première édition») n'a pas été abrogée par la publication de la version latine (la «deuxième édition»):

[...] Le Catechisme fût approuvé et promulgué par moi dans la sus-mentionnée [Constitution Apostolique, qui aujourd'hui conserve toute sa validité et sa pérénnité, et trouve son achèvement définitif dans cette édition latine typique.
[Laetamur magnopere, mes gras]

Les changements ne sont pas d'ordre essentiel, mais bien accidentels. Ce sont des clarifications dans la formulation:

Pour ces raisons aussi, la Commission a sérieusement considéré les suggestions qui ont été offertes, elle a examiné ces suggestions à divers niveaux, et elle m'a soumise ses conclusions pour mon approbation. Ces conclusions, en autant qu'elles permettent une meilleure expression du contenu du Catéchisme concernant le dépôt de la Foi catholique, ou permettent à certaines vérités de cette Foi à être formulées d'une manière plus appropriée [...], ont été approuvées par moi et donc ont été incorporées dans cette édition typique latine. Donc, il répète fidèlement le contenu doctrinal que j'avais officiellement présenté à l'Église et au monde en décembre 1992.
[Laetamur magnopere, mes gras]

(La liste de toutes les modifications entre la version française et la version latine se trouve assez facilement sur l'Internet, ici, par exemple.)

4) Conclusion: Ah, vous n'êtes pas d'accord?

Que faire si vous n'êtes pas d'accord avec les Papes Benoit XVI et Jean-Paul II au sujet du CÉC? Vous pouvez toujours pleurnicher et vous rouler par terre!

Sérieusement, vous n'avez pas le choix. Si vous voulez être dans la seule et unique Église du Christ, vous devez accepter le CÉC.

Cela étant dit, ne paniquez pas si vous avez des objections contre le CÉC. Je suis prêt à parier qu'avec un peu d'étude, de prière, et peut-être d'aide fraternelle, vos propres objections contre le CÉC vont commencer à se noyer, et à l'inverse, votre Foi catholique va se mettre à respirer beaucoup mieux!

| Accueil >> Sermons perdus