| Accueil >> Sermons perdus

L'objet de la risée, et la cause des rires

Victor Vasnetsov. Habillé en bouffon.
«Mais pourquoi tout le monde rit de moi?»
(Victor Vasnetsov. Habillé en bouffon. Source)

Note: Le 25 février 2005, un collectif a publié dans le journal Le Devoir une lettre ouverte au Cardinal Marc Ouellet intitulée «L'Église ne doit pas devenir un vulgaire lobby de droite», avec comme sous-titre «Nous sommes devenus un objet de risée et nous le refusons».

[Vert] Monsieur le cardinal, Depuis votre nomination comme archevêque de Québec, plusieurs de vos prises de position, répercutées par les médias, nous indisposent. Elles donnent en effet à notre Église un visage que nous refusons.

[Rouge] Membres à part entière et de plein droit de l'Église catholique au Québec

En un sens, c'est là le passage le plus important de toute cette lettre ouverte.

Si on définit «catholique à part entière et de plein droit» comme étant «tous les détenteurs d'un baptistère, quelles que soient leurs croyances», alors je suis d'accord.

Mais avec une telle définition, on pourrait être catholique tout en croyant que Jésus est une tondeuse à gazon! Voir aussi «L'Excommunication, ce geste d'amour!».

[Vert] nous jugeons nécessaire d'intervenir publiquement pour manifester notre désaccord avec le modèle ecclésial que vous mettez en avant.

[Rouge] Nous le faisons sur la base du «sens de la foi» que nous confère notre baptême.

Je ne pense pas que le «sens de la foi» soit une sorte de baguette magique, avec laquelle on puisse faire conformer le catholicisme à nos moindres caprices! Regardons ce que le saint Concile Vatican II enseigne au sujet du sens de la foi:

C'est, en effet, dans ce sens de la foi éveillé et nourri par l'Esprit de vérité que le Peuple de Dieu, fidèlement soumis à la conduite du magistère sacré [...]
[Lumen Gentium, No. 12, nos gras].

Le vrai «sens de la foi» semble être, par définition, soumis à l'autorité du Saint-Père.

[Jaune] Ce modèle d'Église dont nous ne voulons pas, c'est d'abord celui que vous incarniez déjà lors de la pompeuse célébration d'inauguration de votre cardinalat (diffusée sur les ondes du RDI en novembre 2003). Vous dressiez alors, dans votre homélie, un portrait excessivement noir de la situation actuelle du Québec. De tels propos -- que vous avez repris à maintes occasions -- offrent le visage d'une Église qui se pose «en surplomb» d'un monde qu'elle réduit, dans son discours, à un champ de décadence.

Je ne peux pas me prononcer. Je n'ai volontairement pas de télévision. Je préfère lire des bons livres (comme les enseignements officiels de Vatican II).

[Jaune] Bien que conscients des nombreux défis auxquels doit faire face notre nation, il nous apparaît partial de dénoncer ainsi les limites de la société présente sans reconnaître du même souffle ce qu'il y a de bon, de juste, de vrai et de typiquement évangélique en elle. Cette lecture sans nuances de la réalité entretient le fossé d'incompréhension et d'indifférence entre l'Église et une part sans cesse grandissante de nos concitoyens.

[Jaune] À titre de croyants, nous rejetons ce ton condescendant et pessimiste qui n'est ni celui de l'épiscopat québécois ni celui de la majorité des chrétiens d'ici.

Vous voyez comment je lis soigneusement votre lettre ouverte, en colorant en vert, jaune ou rouge toutes vos affirmations? (Voir aussi «Le feu de circulation critique») J'imagine que vous avez eu l'honnêteté intellectuelle de faire la même chose avec la «lecture de la réalité» du Cardinal Ouellet, puisque vous la dénoncez. Pourriez-vous SVP m'envoyer un hyperlien vers ce travail que vous avez fait, pour que je puisse décider si je suis d'accord avec vous? Merci!

[Vert] Nous voulons plutôt une Église capable d'interpeller notre collectivité avec humilité et bienveillance tout en se reconnaissant solidaire et partie prenante de la recherche commune de voies d'avenir, une Église qui se compromet pour les droits de la personne, comme vous l'avez fait -- à la suite de l'Église unie -- dans le dossier de Mohamed Cherfi.

Une véritable vision de l'école

[Jaune] Ce modèle d'Église dont nous ne voulons pas, c'est aussi celui que vous incarnez par vos multiples déclarations sur la religion à l'école (entre autres dans votre lettre pastorale sur la formation à la vie chrétienne). Votre obstination à promouvoir le renouvellement des clauses dérogatoires -- qui maintiennent indûment des privilèges scolaires pour les catholiques et les protestants -- relève de l'aveuglement.

Personnellement, je ne suis pas d'accord avec la lettre pastorale du Cardinal Ouellet sur « La formation à la vie chrétienne». Apparemment on est partiellement en accord ici.

[Jaune] Vous pourriez vous associer aux acteurs les plus éclairés de notre société qui, au nom d'une laïcité ouverte, recommandent l'implantation d'un programme novateur d'éducation à la citoyenneté, à l'éthique et aux religions tenant compte de nos racines chrétiennes tout en rassemblant les jeunes de toutes convictions au sein d'une école publique commune.

Le cours que vous décrivez semble merveilleusement bon. J'aimerais voir son contenu. Est-il sur l'Internet?

[Rouge] Au contraire, en défendant le statu quo, vous vous faites le porte-parole de la frange la plus conservatrice du catholicisme d'ici.

(Attention, petite blague!) Le Cardinal Ouellet, tous en conviendront, n'est absolument pas «le porte-parole de la frange la plus conservatrice du catholicisme d'ici»! Cette tâche ingrate retombe plutôt sur moi!

[Vert] Si nous considérons l'évolution récente du dossier confessionnel et

[Rouge] le pluralisme irréversible de notre société,

J'ai envie de dire que notre société tend vers tout sauf le pluralisme. J'argumenterais que ce sont les catholiques fidèles au Pape se font pourchasser, insulter et harceler par des gens intolérants comme vous.

Normalement, tout le monde au Québec devrait avoir le droit d'adorer Dieu comme leur conscience leur dit (étant sauves les exigences du bien commun). Si vous étiez vraiment pluralistes, vous diriez des choses comme: «Nous ne voulons surtout pas opprimer les gens qui veulent rester fidèles au Pape! Au contraire, ces gens ont tout à fait le droit d'avoir leur propre Église». Voir entre autres «Dignitatis Humanae» du Concile Vatican II, sur la liberté religieuse.

Moi, je ne vous force absolument pas à être fidèles au Pape. Vous êtes libres de créer la religion de votre choix, et de la pratiquer comme bon vous semble. Je suis très tolérant, moi!

Sérieusement, je pense qu'on doit être prudents durant ce débat. Vous avez des droits, mais nous aussi.

[Vert] votre position ne peut conduire qu'à l'impasse. Comme le soulignait dernièrement Michel Venne dans Le Devoir, vous risquez ainsi de devenir complice de la disparition, à brève échéance, de toute référence à la dimension religieuse dans notre cursus scolaire.

Oui, je pense que la «dimension religieuse» est menacée par le genre de demi-mesures proposées par le Cardinal Ouellet.

[Vert] À titre de croyants, nous rejetons ce type d'Église qui, pour défendre ses droits acquis, se campe dans des combats d'arrière-garde.

Comme je l'ai dit, vous êtes bien libres d'aller dans l'Église de votre choix, à condition de ne pas harceler et opprimer  les gens qui veulent adorer Dieu en restant dans l'Église une, sainte, catholique et apostolique.

[Vert] Nous voulons plutôt une Église soucieuse du bien commun et capable de contribuer, avec vision et générosité, à l'évolution et à la cohésion sociale du Québec.

Je lutte moi aussi pour avoir une telle Église.

Condamner l'homophobie et le sexisme

[Vert] Ce modèle d'Église dont nous ne voulons pas, c'est également celui que vous incarnez dans votre lettre intitulée «Mariage et société», publiée en janvier dernier. Vous vous y opposez au projet de loi du gouvernement fédéral sur la redéfinition du mariage civil, un projet pourtant issu de l'avis positif de la Cour suprême du Canada et fondé sur la Charte des droits et libertés.

Je m'excuse ici, mais je n'ai pas encore eu le temps de passer cette lettre du Cardinal Ouellet au peigne fin. J'espère qu'elle défend le mariage comme l'union d'un seul vir et d'une seule femme!

[Vert] Votre zèle intempestif, sur cet enjeu, «heurte le sens moral et la sensibilité religieuse d'un grand nombre de citoyens,

[Rouge] catholiques

[Vert] ou non catholiques».

[Vert] En effet, le respect des droits des minorités, la promotion d'une société ouverte et tolérante ainsi que la recherche de la justice et de l'égalité -- sans égard au sexe, aux origines, aux croyances

[Rouge] et à l'orientation sexuelle des personnes

[Vert] sont, pour nous, des valeurs fondamentales qui trouvent leurs racines dans l'Évangile.

Vous semblez affirmer que les actes homosexuels sont une valeur fondamentale enracinée dans l'Évangile.

Le dossier des personnes ayant des attirances au même sexe me semble compliqué. Si Dieu le veut, je vais finir d'écrire la liste de lecture que j'ai commencée pour les personnes homosexuelles. Entre temps, je pense qu'on ne doit pas perdre de vue une des composantes essentielles de toute solution: le contact avec la réalité. Or la Bible condamne vraiment les actes homosexuels. Voir La Bible et les attirances homosexuelles.

[Vert] Nous sommes donc scandalisés par cette croisade que vous menez contre l'élargissement de la définition du mariage civil.

Je ne doute pas que vous soyez scandalisés.

[Vert] À titre de croyants, nous rejetons ce type d'Église

C'est ce que je me tue à vous dire: «Vous rejetez l'Église catholique». On est tous d'accord là-dessus.

[Rouge] qui s'associe, sans la moindre pudeur, au programme réactionnaire du Parti conservateur du Canada et aux factions les plus activistes de la droite religieuse états-unienne.

Le parti conservateur du Canada, sous Stephen Harper, tentait il y a quelques jours d'intégrer dans son programme officiel une clause «Ponce Pilate» afin d'éviter de  se prononcer officiellement sur des sujets importants comme l'avortement et les unions homosexuelles! (Le Globe and Mail, page frontispice, 10 mars 2005) Je dirais que le parti conservateur est le wagon de queue, pas la locomotive de ce mouvement.

Quant aux «factions de la droite religieuse états-unienne», je ne les connais pas assez pour me prononcer.

[Vert] Nous voulons plutôt une Église qui ne manque pas une occasion de condamner -- d'abord en son propre sein -- l'homophobie, le sexisme et la xénophobie sous toutes leurs formes.

Moi aussi je suis contre l'homophobie. Voir entre autres le No. 4 de Une liste de lecture pour les personnes homosexuelles.

[Vert] Nous représentons un visage du catholicisme qui veut cesser d'entretenir l'ostracisme à l'endroit des personnes homosexuelles et surtout soutenir, au lieu d'accabler, les jeunes qui se découvrent de cette orientation affective. Nous voulons une Église qui leur offre -- ainsi qu'à leurs proches -- une authentique sollicitude

Tout à fait d'accord avec vous, à condition de définir «soutenir» correctement. Voir entre autres l'excellent:

Harvey, John F. The Truth About Homosexuality; The Cry of the Faithful, San Francisco, Ignatius Press, 1996.

[Rouge] au lieu des condamnations cruelles qui attisent la violence et le mépris.

Justement, avez-vous des citations de «condamnations cruelles» provenant de documents officiels de l'Église catholique?

Les hyperliens vers tous les enseignements de l'Église sur les attirances homosexuelles se trouvent sur la page suivante: «Quelques bons livres», que ce soit le CÉC, ou les «Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles», ou «Homosexualitatis problema», etc.

Si vous avez de telles références, ça m'intéresse. Sinon, SVP cessez d'«attiser la violence et le mépris» envers les catholiques avec vos affirmations sans preuves.

Diversité et liberté dans l'Église

[Vert] Ce modèle d'Église dont nous ne voulons pas, enfin, c'est celui que vous incarnez dans votre dernière lettre pastorale sur la pratique du sacrement de la pénitence et de la réconciliation.

Je suis tout à fait d'accord avec vous que vous ne voulez pas d'un tel modèle d'Église. C'est celui de l'Église catholique, après tout!

[Jaune] Contre une opinion largement partagée,

J'avoue ne pas avoir de sondages scientifiques à ce sujet. En avez-vous?

[Vert] vous mettez fin aux célébrations avec absolution collective qui s'étaient développées dans votre diocèse.

[Jaune] Ces dernières avaient redonné pertinence et signification à un sacrement depuis longtemps déserté par une majorité.

Je ne suis pas sûr comment vous définissez «pertinent» et «signifiant», alors je ne peux pas me prononcer.

[Vert] Cette décision -- prise pour vous conformer à un diktat de Rome -- est reçue, par nombre de

[Rouge] vos

[Vert] prêtres et de

[Rouge] vos

[Vert] fidèles, comme un recul et un coup de force. Nous espérons que de nombreuses communautés chrétiennes, après avoir procédé à leur propre discernement, décideront de passer outre à cette directive romaine et poursuivront, avec liberté et courage, les expériences fécondes de renouvellement pastoral dont elles sont les riches détentrices.

Moi aussi, à condition qu'elles aient le courage de dire publiquement qu'elles ne veulent rien savoir du Pape. Je ne doute absolument pas que de nombreuses personnes détestent confesser leurs péchés. Moi, ça me dérange de moins en moins, au fur et à mesure que je deviens moins orgueilleux.

[Vert] À titre de croyants, nous rejetons ce type d'Église où les communautés chrétiennes doivent se soumettre servilement aux décrets brutaux d'une administration centrale, exactement à la manière des succursales de Wal-Mart par rapport au siège social de la multinationale.

Et on reprend le refrain, tous en coeur: «Nous savons que vous rejetez ce type d'Église!» Rejetez-le donc une fois pour toutes, et laissez les catholiques pratiquer leur religion en paix!

Sérieusement, la plupart des gens que je connais veulent embrasser les pieds du Cardinal pour sa courageuse lettre sur la Confession. Je ne dis pas que vous devez être d'accord avec nous, mais je dis que nos libertés religieuses doivent être respectées, tout comme les vôtres. C'est une question de paix sociale.

[Vert] Nous refusons ce centralisme et ce fonctionnement unilatéral

[Rouge] qui dénaturent le ministère des évêques tel qu'il a été défini au dernier concile.

J'imagine que le «dernier concile» dont vous parlez est Vatican II. Regardons ce que ce cher petit concile rigolo dit:

«Les évêques quand ils enseignent en communion avec le Pontife romain, doivent être respectés par tous comme les témoins de la vérité divine catholique; et les fidèles doivent accepter l'avis donné par leur évêque au nom de Jésus-Christ en matière de foi et de morale, et y adhérer avec un respect religieux. Mais cette soumission religieuse de la volonté et de l'intelligence, on doit tout particulièrement l'offrir au magistère authentique du Pontife romain»
[Lumen Gentium, No. 25, mes gras].

[Vert] Nous croyons en une catholicité qui, loin d'annihiler la légitime diversité et la capacité d'initiative des Églises locales, en fait plutôt la promotion, conformément à une vision dynamique et vivante de la communion ecclésiale.

Moi je dirais que vous êtes en train de définir exactement la notion Anglicane de la «catholicité». Il y a une très belle église Anglicane juste ici derrière chez nous, et la femme pasteur est très gentille (Mme Mia Anderson; c'est aussi une passionnée de jardinage).

[Vert] Bref,

[Rouge] à titre de catholiques québécois,

[Vert] nous disons non à une Église qui s'abaisse au niveau d'un vulgaire lobby de droite en s'associant publiquement aux positions les plus réactionnaires et les plus conservatrices de notre société.

[Vert] Comme le disait Fernand Dumont, «nous sommes devenus un objet de risée»

Effectivement, vous êtes assez drôles! Vous hurlez et vous criez que vous avez le droit d'être dans l'Église Anglicane, tout en restant assis sur un banc d'église catholique!

Vous n'êtes pas paralytiques. «Prends ton grabat et marche», comme dirait Jésus!

[Vert] et nous le refusons.

[Rouge] Ce catholicisme de la citadelle assiégée est une trahison de Vatican II

Peut-être le Vatican II imaginaire, qu'on peut «voir» après avoir fumé un ÉNORME joint de marijuana! (Voir aussi «L'esprit» satanique de Vatican II)

[Vert] de la commission Dumont et des synodes tenus dans de nombreux diocèses du Québec au cours des récentes années. Sachez que les baptisés que nous sommes ne laisseront pas le catholicisme québécois se faire kidnapper par l'intégrisme.

OK, on s'excuse de vous avoir «kidnappés»! Vous pouvez partir maintenant, la porte n'a jamais été barrée!

Sérieusement, SVP voir «Offre gratuite de catholicothérapie!»

***

[Vert] Ghislain Bédard, L'Ancienne-Lorette; Normand Breault, Montréal; Lorraine Bélanger, Sainte-Françoise; Sylvie Bélanger, Sainte-Françoise; Guy Bonin, Montréal; Hélène Chénier, Montréal; Jean Clermont-Drolet, Québec; Réjane Cliche, Stoneham; Louis Cornellier, Joliette; Louise Dallaire, Saint-Antonin; Diane Falardeau, Québec; Lise Gosselin, Québec; Marie Laberge, Boucherville; Julie Landry, Maria; Anne-Marie Larose, Cap-Rouge; Gaétan Nadeau, Montréal; Martin Parent, Québec; Stéphane Proulx, Boucherville; Jean-Philippe Perreault, Saint-Augustin-de-Desmaures; Marco Veilleux, Montréal; Nicole Villeneuve, Québec.

| Accueil >> Sermons perdus