| Accueil >> Politique

Petite plainte au CRTC à propos de CHOI-FM

Joseph Goebbels, Ministre de la propagande.
Comment obtient-on de la grosse propagande? En commençant avec de la petite!
(Joseph Goebbels, Ministre de la propagande. Source)

1) Introduction

Nature de la plainte: Commencement de propagande haineuse envers les opposants au Projet Rabaska?
No. de référence de la plainte: 324843
Station radio: CHOI-FM à Québec
Date et heure de l'événement: 2006-nov-15 vers midi.
Nom de l'animateur: M. Stéphane Dupont

2) Ce que je n'apprécie pas dans l'émission originale

Je ne sais pas quelle est la définition légale de «propagande haineuse» au Canada, et je ne suis pas un expert en la matière. Par contre, j'ai écouté la trame sonore de l'émission en question (d'une durée de 21:21 minutes), et j'ai l'impression que c'est un commencement de propagande haineuse.

Voici quelques traits caractéristiques de la propagande haineuse (selon moi), mis en rapport avec des extraits de l'émission:

2.1) Attribution d'intentions maléfiques à un groupe de citoyens. Traditionnellement, la propagande haineuse invente des intentions horribles, et les attribue au groupe de citoyens qu'elle veut faire haïr.

Exemples: «il y a des groupes de pression prêts à tout faire [...] ils me font craindre pour la vie de mes enfants»; «Les opposants à Rabaska [...] sont prêts [...] à ce que la ville soit anéantie»; etc.

2.2) Projection des méfaits d'un individu à tout une groupe de citoyens. Une des techniques préférées de la propagande haineuse est de prendre les crimes d'un individu, et de les attribuer à tout un groupe. Si un haïtien est pris à faire du vol à l'étalage, par exemple, on accusera tous les gens à la peau noire d'être des voleurs, etc.

Exemples: Quelques criminels font une alerte à la bombe, et cette mentalité criminelle (et pire) est attribuée à la majorité des opposants à Rabaska. Le FLQ assassine le ministre Pierre Laporte, et on «se questionne» à savoir si les opposants à Rabaska iront jusque là, ou pire.

2.3) Attribution d'épithètes dérogatoires à un groupe de citoyens. La propagande haineuse se sert traditionnellement d'épithètes dérogatoires comme «sale nègre», «juif radin», etc.

Exemples: «Beaumont [est une ville] où la majorité des citoyens sont des crétins»; «[ces gens] me terrorisent»; «manque de jugement incroyable et dangereux»; «hystériques», etc.

2.4) Pénurie de faits, de citations, de références. Un peu comme les microbes qui peuvent se multiplier là où il n'y a pas d'eau de Javel, ainsi la propagande haineuse se multiplie dans un environnement où on ne se réfère pas aux documents originaux, aux citations textuelles, aux faits.

Exemples: Aucun passage de lettre envoyée au port de Québec n'est cité, mais son contenu est attaqué. La position des opposants au projet terminal méthanier de Rabaska est présentée comme sans fondements, mais aucun des chiffres, ou arguments, ou références de cette position n'est donnée, etc.

Le dernier point ne fait pas partie de la propagande haineuse, mais il est quand même déplorable:

2.5) L'animateur s'exprime mal en français. La langue parlée par plusieurs jeunes Canadiens-français a été décrite comme étant composée à 33% de mots anglais, 33% de sacres, et 33% de mots français mal prononcés. Les animateurs radio comme M. Stéphane Dupont ne sont pas une force positive pour l'éducation de nos jeunes.

Exemples: anglicismes comme «entertainer» plutôt que «divertir», «joke» plutôt que «blague», «ride» plutôt que «croisière», «truck» plutôt que «camion»; prononciation «jouale» de la plus basse qualité; fautes de français comme «tous les étapes» (toutes les étapes); vulgarités comme «maudit»; etc.

3) Ce que je n'apprécie pas dans la réponse de Me René Dion

Suite à la plainte au CRTC, Me René Dion (l'avocat de CHOI-FM) nous a fait parvenir une lettre. Bien sûr, je suis d'accord avec plusieurs de ses affirmations, mais pas toutes:

3.1) Me Dion semble prétendre que tous les plaignants s'opposent à Rabaska . Personnellement je suis, de bien des manières, en faveur du gaz naturel (par exemple, si toutes les centrales électriques qui fonctionnent au charbon aux USA pouvaient se convertir au gaz naturel, nous aurions beaucoup moins de pluies acides, etc.). Je ne me plains pas au CRTC parce que je suis contre Rabaska. Je me plains au CRTC parce que je suis contre la propagande haineuse. Si M. Stéphane Dupont avait dit ce qu'il a dit, mais contre un autre groupe de citoyens, je me plaindrais tout autant.

3.2) Me Dion ne semble pas faire la différence entre un commentaire éditorial, et de la propagande haineuse. Voir les extraits cités dans la section 2 ci-haut.

Exemple: «il est clair que les propos constituaient l'expression d'opinions, un commentaire éditorial», p. 3.

3.3) Me Dion ne semble pas faire la différence entre l'esthétique, et les insultes.

Exemple: «la titulaire convient que certains mots choisis ne sont pas esthétiquement acceptable [de traiter les gens de Beaumont de crétins]», p. 3.

3.4) Me Dion semble séparer la notion de liberté de la notion de vérité. Je suis le premier à défendre la liberté d'expression, et Me Dion a parfaitement raison de dire que nous devons défendre cette liberté comme la prunelle de nos yeux. Sauf que la liberté d'expression n'est pas un absolu. Sinon, Adolf Hitler n'aurait rien fait de mal durant les années 1930, lorsque la machine de propagande Nazi a enseigné aux Allemands à détester les juifs. Oui, il faut la liberté d'expression, mais cette liberté n'est pas quelque chose «qui flotte en l'air». C'est la liberté de dire la vérité. Pas la liberté de dire n'importe quoi.

Au point de départ de ces conceptions, on note l'influence plus ou moins masquée de courants de pensée qui en viennent à séparer la liberté humaine de sa relation nécessaire et constitutive à la vérité.
[Veritatis Splendor, #4]

Exemples: «le commentaire éditorial [...] doit demeurer sous la protection de la liberté d'expression car elle demeure un des fondements d'une société libre et démocratique». p. 3.

3.5) Me Dion ne semble pas comprendre à quoi servent les lois et le système judiciaire. Les lois et le système judiciaire ne sont pas ce qui détermine si oui ou non on agit bien. Même si le système judiciaire ne nous punit pas, cela ne veut pas dire qu'on a bien agi. Même les meilleurs lois ne peuvent être qu'une sorte de béquille pour aider les citoyens à acquérir la vertu. Il y a toute une différence entre s'efforcer d'être le plus vertueux possible, et s'efforcer de faire le plus d'argent possible tout en évitant la prison (et les amendes, à moins que ces amendes soient inférieures à l'argent que notre infraction nous fait gagner).

4) À qui la faute?

Tous les opposants à Rabaska sont-ils des enfants de choeur? Sûrement pas! Statistiquement, on peut affirmer que dans tout groupement d'hommes suffisamment grand, il y aura toujours quelques imbéciles et quelques criminels.

M. Stéphane Dupont est-il un Nazi? Sûrement pas! Par contre, il ne faut pas oublier que, d'une certaine manière, nous naissons tous avec «un petit Nazi dans notre coeur» (les théologiens catholiques utilisent l'expression «péché originel» pour parler de la même chose). Vous comme moi sommes venus au monde avec le potentiel de devenir un Nazi, ou un saint (ou quelque chose entre les deux). Il ne faut pas sombrer dans le racisme, et croire que seuls les Allemands des années 1930 peuvent devenir des Nazis! C'est malheureusement une menace constante, pour tous les hommes, à toutes les époques.

C'est parce que nous naissons tous avec «un petit Nazi dans notre coeur» que l'éducation est si importante. Notre pays a besoin de familles stables et aimantes pour bien élever nos futurs citoyens. Notre pays a aussi besoin de bonnes écoles pour donner une bonne formation au peuple. Enfin, notre pays a besoin de bons médias pour édifier les jeunes citoyens et les encourager à acquérir la sagesse.

M. Stéphane Dupont est-il coupable d'avoir prononcé des propos haineux? Primo, je ne suis pas un juge. Secundo, même si M. Dupont était reconnu coupable, il demeure que M. Dupont n'est qu'un pion. S'il peut gagner sa vie en disant les choses qu'il dit, c'est que son patron l'a embauché, et que son patron lui a donné une tâche à faire.

Le propriétaire de CHOI-FM est-il le plus coupable dans cette affaire? Sûrement pas! On a les hommes d'affaires qu'on mérite. À un moment donné, CHOI-FM offre un produit parce qu'il y a une demande pour ce produit. Les propriétaires de médias sont en partie responsables pour l'état plus ou moins civilisé de leurs lecteurs et leurs auditeurs, mais en retour, le peuple aussi est responsable pour le genre de médias qu'il tolère et même encourage.

Alors qui est le plus coupable? J'ai déjà répondu à cette question ailleurs.

5) Conclusion

Le dossier Rabaska est presque insignifiant, lorsqu'on le compare à la gravité de la pollution spirituelle. Il ne faut pas oublier que les guerres ne sont pas essentiellement causées par les bombes et les fusils. Si vous ne me croyez pas, allez mettre un gros tas de bombes et de fusils au milieu d'un champ, et attendez. Les bombes et les fusils vont rouiller doucement, l'herbe va pousser, les lapins et les marmottes vont venir gambader, etc.

Les guerres sont causées par la propagande (voir entre autres «Les lunettes à double foyer de l'artisan de guerre»). Une société civilisée doit veiller à ce que ses médias (radios, journaux, télévision, etc.) ne travaillent pas encourager la haine et la discorde, mais bien à faire la promotion de débats démocratiques et bien informés.

(Et bien sûr, si vous n'êtes pas d'accord avec moi, je me ferai un plaisir d'afficher ici vos courriels!)

| Accueil >> Politique