| Accueil >> Sermons perdus

L'Homme-araignée contre l'Homme-athée

L'Homme-araignée Caravaggio. Médusa.
[...] unde Deus abest, ibi quoque deest rerum suprema ratio, deest lux prima humani intellectus,
deest inconcussa regula morum, qua recte composita hominum consortio carere non potest
Petrum et Paulum, Paulus VI, 1967. (L'Homme-araignée [Source]. Caravaggio. Méduse [Source])

1) Introduction

Les films avec des super-héros comme «l'Homme-araignée» (ou «Spiderman» en anglais) sont populaires de nos jours. Les cinéphiles aiment bien voir le «Bon» battre le «Méchant». Le problème, c'est que l'Homme-araignée (enfin, quelque soit le nom du Bon) a toujours la tâche facile. Le Bon n'a jamais à combattre un Méchant vraiment difficile, comme «l'Homme-athée».

2) Pourquoi l'Homme-araignée a la tâche facile

Pourquoi disons-nous que l'Homme-araignée a la tâche facile? Considérons quelques raisons:

2.1) Le Méchant a rarement besoin d'être converti. Tout ce que le Bon a besoin de faire avec le Méchant, c'est de le tuer, ou de le catapulter dans l'espace intersidéral, ou quelque chose du genre.

2.2) Le Bon n'a jamais besoin de pardonner le Méchant. Généralement, le Méchant va torturer un proche parent du Bon, ou souvent le Bon lui-même. Pendant qu'il se fait torturer, le Bon n'a pas besoin de pardonner le Méchant de tout son coeur. Au contraire, c'est généralement durant cette partie du film que le Bon se constitue des réserves de haine, qu'il utilisera par la suite quand viendra le temps de tuer le Méchant.

2.3) Le Méchant est presque toujours seul. Généralement, le Bon n'a qu'un seul adversaire méchant. Même si le Méchant a toute une armée à sa disposition, cette armée a toujours une faiblesse idiote, et le Bon n'a qu'à trouver cette faiblesse, et toute l'armée va exploser, ou quelque chose du genre.

2.4) La foule acclame toujours le Bon. Un des gros avantages d'être un Bon dans les films, c'est que la foule est de votre bord. Si jamais la foule encourage le Méchant, c'est toujours temporaire, et tuer le Méchant brise le sortilège, et la foule finit par acclamer le Bon.

2.5) Le Bon n'a à peu près jamais besoin de réprimander la foule. Les foules qui acclament le Bon sont elles-mêmes vertueuses. Le Bon n'a pas besoin de leur faire de la peine, il n'a pas besoin de condamner leurs mauvais comportements.

2.6) Le Méchant se sert presque inévitablement d'armes simples. Quand le Méchant veut faire une méchanceté, normalement il se sert d'armes très simples. En d'autres mots, n'importe quel ingénieur mécanique compétent pourrait repousser l'attaque du Méchant, étant donné suffisamment de temps et de ressources. Que ce soit un câble d'acier pour retenir ce que le Méchant veut jeter au fond d'un précipice, ou une structure de confinement en béton armé pour absorber l'énergie électromagnétique d'une quelconque bombe à retardement, ou même un petit morceau de ruban à-tout-faire («duck tape» en anglais) pour empêcher le Méchant d'actionner un commutateur juste avant de mourir, n'importe quel ingénieur pourrait stopper le Méchant (mais il n'aurait pas un beau costume, ou une musculature finement ciselée).

2.7) Le Bon mérite rarement ses super-pouvoirs. Normalement, le Bon a un quelconque avantage supra-humain. Le Bon n'a pas travaillé pour cet avantage, mais l'a obtenu soit par naissance (par exemple, il est né sur une planète où tout le monde a la vision radiographique, et où tout le monde peut voler plus vite qu'une balle de fusil, etc.), ou il l'a obtenu suite à un incident fortuit (par exemple, il a été piqué par une araignée bizarre, ce qui lui confère une force supra-humaine, etc.).

3) De quoi aurait l'air un adversaire vraiment difficile pour l'Homme-araignée?

Quelqu'un devrait envoyer une lettre aux scénaristes d'Hollywood, afin de leur donner des suggestions pour un épisode plus réaliste: «L'Homme-araignée contre l'Homme-athée»! Dans cet épisode, l'Homme-araignée devrait combattre un ennemi vraiment difficile: le québécois typique. Pourquoi ceci serait-il beaucoup plus difficile pour l'Homme-araignée? Voyons un peu:

3.1) Le Bon ne peut pas tuer, blesser, ni même haïr les Méchants. Dans la vraie vie, les problèmes sont beaucoup plus compliqués. Vous ne pouvez pas tout simplement cribler de balles le Méchant. Il faut l'aimer et le convertir en Bon!

3.2) Le Bon doit pardonner aux Méchants. Dans la vraie vie, quand le Bon est torturé à mort, le Bon doit pardonner aux Méchants, et même prier pour que Dieu leur pardonne leurs péchés!

3.3) Le Bon n'est jamais vraiment complètement bon. Dans les films, l'Homme-araignée n'a pas besoin de se repentir de ses anciens péchés, ou être humble parce qu'il pourrait retomber n'importe quand, ou même faire attention parce qu'il est en ce moment un pécheur. De la même manière, les «Méchants» ne sont jamais complètement mauvais, et même souvent sont meilleurs que l'Homme-araignée à bien des points de vue!

3.4) Le Bon ne peut pas être trop familier avec la foule. Au Québec, l'Homme-araignée ne pourrait pas être copain-copain avec la foule. Pourquoi? Parce que les Bons doivent condamner le mal, et essayer de l'arrêter. Si l'Homme-araignée voit quelqu'un qui triche sur son rapport d'impôt, il doit parler. Si l'Homme-araignée voit quelqu'un jeter un mégot de cigarette par terre, il doit dire à cette personne qu'il ne faut pas jeter des ordures. Si l'Homme-araignée entend des calomnies durant une pause-café, il doit défendre l'absent. Et bien sûr, lorsque le québécois moyen dégorge une pluie de blasphèmes, l'Homme-araignée ne peut pas en rire et simplement commander une autre bière!

3.5) La foule n'aime pas automatiquement le Bon. L'Homme-araignée au Québec serait probablement une sorte de réprouvé, de paria. Oubliez les acclamations de la foule!

3.6) Les armes utilisées par les Méchants ne sont jamais simples. L'arme typique utilisée par les Méchants est l'athéisme. Mais les horribles effets de l'athéisme ne peuvent pas être arrêtés avec un bête morceau de ruban à-tout-faire. On parle ici d'une arme maléfique catastrophiquement puissante. Cette arme détruit la notion même de vérité, l'idée même qu'il y a une différence entre le bien et le mal, et l'inclination même d'agir bien. Une fois infecté par cette arme, le québécois moyen devient un autre Homme-athée.

3.7) Les Bons sont en sérieux désavantage numérique. Au Québec de nos jours, la plupart des gens sont soit des athées qui s'affichent, ou alors leur relation à Dieu est si ténue et dissociée de leur quotidien que, en pratique, ils sont aussi athées. Le Bon est entouré de Méchants!

3.8) Les Méchants sont généralement convaincus qu'ils sont les Bons. Voilà un des plus grands défis pour l'Homme-araignée: l'Homme-athée s'imagine souvent être bon! D'abord, parce que l'athéisme est pas «binaire» (zéro ou un, blanc ou noir, etc.), mais bien une question de degrés. On peut être plus ou moins athée, un peu comme un chalet en bois peut être plus ou moins rongé par la pourriture. Deuxièmement, de nombreux athées vont à la messe le dimanche, et sont stupéfaits lorsqu'on leur fait remarquer jusqu'à quel point leur vie est en fait rongée par l'athéisme. Troisièmement, parce que (heureusement dans ce cas-ci), les hommes ne sont pas uniquement des êtres de raison. Les conséquences horribles de l'athéisme, chez le québécois typique, sont souvent atténuées par la beauté et l'amour de ses enfants, de son épouse, du souvenir de sa mère, etc. Quatrièmement, parce que l'athéisme utilise surtout le mensonge pour se propager et infecter les gens. Il est donc tout à fait normal que l'Homme-athée se raconte à lui-même des mensonges. Cela fait partie de sa maladie spirituelle.

4) De quelles armes dispose l'Homme-araignée?

La principale arme dont dispose l'Homme-araignée n'est pas un fil d'araignée super-résistant qu'il peut projeter de ses poignets, avec lequel il peut attraper et ligoter les méchants. L'arme de l'Homme-araignée est plutôt le fil super-résistant de la vérité, avec lequel il peut attraper et ligoter les mensonges de l'Homme-athée.

La première série de mensonges généraux de l'Homme-athée est exposée dans «Une liste de lecture pour les athées». Mais l'Homme-athée a une deuxième série de mensonges qui cible plus spécifiquement la religion catholique.

5) Quelques arguments de l'Homme-athée

L'Homme-athée (qui au Québec est souvent un protestant libéral qui se prétend catholique) a toute une série de mensonges avec lesquels il attaque l'Église. En voici quelques-uns:

5.1) «Les catholiques qui sont strictement fidèles au Pape croient en un Dieu méchant, sanguinaire et sadique!» L'Homme-athée ne commence jamais par admettre que les catholiques sont aussi des athées, d'une certaine manière. Les catholiques ne croient pas en «Dieu», si vous définissez «Dieu» comme un Être méchant, sanguinaire et sadique. L'Homme-athée est toujours prompt à parler de l'Inquisition, des Croisades et de Galilée, pour ensuite prétendre que tout le mal dans le monde est causé par la religion catholique. L'Homme-athée n'utilise jamais de recherches historiques pour appuyer ses affirmations, seulement des romans niaiseux. De plus, l'Homme-athée ne mentionne pas que les catholiques croient en Jésus-Christ, Vrai Homme et Vrai Dieu, pas aux péchés de certains prêtres (Voir entre autres FAQ No. 2). Et en plus de tout cela, l'Homme-athée ne mentionne jamais les Évangiles, parce que tous verraient Jésus en train de guérir les malades, Jésus en train de nourrir les affamés, Jésus renvoyant la foule qui voulait lapider la femme adultère, Jésus pardonnant à ses bourreaux pendant qu'ils le crucifiaient, et ainsi de suite.

5.2) «Toutes les croyances sont irrationnelles!» L'Homme-athée tente toujours de dissocier, de séparer, de proclamer comme étant complètement incompatibles, d'un côté les croyances religieuses, et de l'autre la raison. L'Homme-athée ne commence jamais par expliquer ce qu'est une «croyance», sinon tout le monde verrait que l'Homme-athée croit aveuglément que la foi et la raison s'excluent nécessairement. Voir entre autres «100% des religions sont fausses (à ± 1%)».

5.3) «Puisque les croyances sont nécessairement dissociées de la raison, il est impossible qu'une croyance soit vraie!» Remarquez que l'Homme-athée a peut être tort, mais il n'est pas du tout illogique. Au contraire, si vous concédez quelques suppositions, tout ce que dit l'Homme-athée est logique. Le problème, bien sûr, sont ses quelques suppositions de départ, qu'il cache autant que possible, puisque leur fausseté se manifeste facilement. Si vous manquez de formation ou que vous êtes paresseux, vous ne remarquerez probablement pas l'Homme-athée en train d'installer ses suppositions cachées au début de sa réflexion, alors vous devrez accepter tout ce qu'il va affirmer à partir de là.

5.4) «Puisque par définition les croyances ne peuvent pas être vraies, la seule manière de les juger est en considérant leur utilité!» C'est la mauvaise vieille erreur philosophique du «Pragmatisme». Selon cette erreur, la vérité n'existe pas, alors il n'y a que des croyances, et les croyances sont plus ou moins «vraies» selon leur utilité. Voir entre autres «La vérité, c'est ce qui nous est utile maintenant!».

5.5) «Les catholiques fidèles au Pape ne sont pas vraiment des catholiques, mais des fondamentalistes!» L'Homme-athée aime bien détourner l'attention des gens, pour qu'ils ne voient pas son athéisme. Une des manières qu'il s'y prend, c'est de faire semblant qu'il est une sorte de «catholique modéré et libre-penseur», et que les vrais catholiques sont, d'une certaine manière, pas vraiment catholiques. Voir entre autres «Le «fondamentaliste» catholique, et la pelle à neige».

6) Conclusion

Si Dieu n'existe pas, ou si Jésus-Christ n'est pas Dieu, ou si Jésus-Christ n'a pas fondé l'Église catholique, alors l'Homme-athée a raison. Sinon,

ATTENTION!

Voici l'Homme-araignée!

| Accueil >> Sermons perdus