| Accueil >> Sermons perdus

Déclaration des évêques canadiens sur l'encyclique «Humanae Vitae»

Yves Tanguy. Mains et gants.
Si vous comprenez la signification du dessin ci-haut,
ou de la déclaration ci-bas, SVP me téléphoner!
(Yves Tanguy. Mains et gants. Source)

Notes: Ce texte est grandement redevable à Monseigneur Vincent Foy, qui pendant de nombreuses années fut «la voix qui criait dans le désert» pour nous mettre en garde contre la «Déclaration de Winnipeg». En fait, au 22 octobre 2004, cette Déclaration de Winnipeg n'était pas disponible sur le site de la CECC (ce qui semble bizarre, étant donné son importance). J'ai numérisé la version papier que l'archiviste de la CECC m'a envoyé.

Remarquez que je n'essaie pas ici de montrer le bien-fondé des enseignements officiels de l'Église catholique sur la contraception, mais seulement de voir si les évêques canadiens sont cohérents avec eux-mêmes. Après tout, personne de les oblige à être dans l'Église catholique, et ils ont tous fait devant Dieu et la société leur profession de Foi et leur serment de fidélité au Pape.

Pour l'explication des couleurs, voir «Le feu de circulation critique».

Assemblée Plénière de St-Boniface - Winnipeg

27 septembre 1968

[Vert] 1. Dans son encyclique «Humanae Vitae», le pape Paul VI a traité d'un problème si profondément humain que nous ne devons pas être surpris de la réaction immédiate, universelle, provoquée par son message. Cette lettre traduit bien la sollicitude, l'amour et l'esprit de service que le Pape porte à l'humanité.

[Vert] Conscients de la controverse actuelle et des profondes divergences d'opinions sur la façon d'accorder l'amour conjugal avec la responsabilité de transmettre la vie, les Évêques canadiens désirent apporter toute leur aide aux prêtres et au peuple catholique, voulant ainsi accomplir leur tâche de pasteur.

I - SOLIDARITÉ AVEC LE PAPE

[Vert] 2. Nous faisons nôtre l'enseignement du Saint-Père touchant la haute dignité du mariage et la nécessité d'un lien vraiment chrétien entre l'amour conjugal et la paternité responsable. Nous partageons la sollicitude pastorale qui a incité le pape à prodiguer ses conseils et ses directives sur un sujet qui, tout en étant objet de controverse, intéresse au plus haut point le bonheur humain.

[Vert] 3. De par son mandat divin, le Magistère de l'Église se doit d'apporter la lumière sur ces difficiles problèmes d'ordre moral (1). Nous nous efforcerons donc de nous acquitter au mieux de la responsabilité qui nous incombe. Ce faisant, nous sommes conséquents avec la prise de position que nous avons adoptée lors de nos interventions auprès du gouvernement fédéral sur la contraception, le divorce et l'avortement.

[Jaune] Il n'y a rien d'ailleurs dans la récente encyclique qui aille à l'encontre de ce que nous avons affirmé dans ces circonstances.

N'ayant pas lu soigneusement tout ce que les évêques canadiens ont écrit, je ne peux pas me prononcer.

Il - SOLIDARITÉ AVEC LES FIDÈLES

[Jaune] 4. Dans le même esprit de solidarité, nous nous déclarons unis au peuple de Dieu et nous vivons avec lui les difficultés que plusieurs éprouvent à comprendre cet enseignement, à l'assimiler et à le mettre en pratique.

L'expression «vivre» avec les laïcs la difficulté d'éviter les contraceptifs semble un peu déplacée, pour des gens ayant promis la continence absolue. De plus, on semble insinuer que les évêques ne comprennent pas pourquoi le Pape a condamné les contraceptifs.

[Vert] 5. Tout comme Vatican II, la récente encyclique (2) a reconnu la noblesse de l'amour conjugal qui trouve «sa manière particulière de s'exprimer et de s'accomplir par l'oeuvre propre du mariage» (3).

[Jaune] Cependant bon nombre d'époux n'arrivent que difficilement à concilier le besoin d'exprimer leur amour conjugal avec la paternité responsable (4).

Si Dieu existe, s'Il est Tout-puissant et qu'Il nous aime, à un moment donné, Il va nous aider. Voir entre autres «Aller au Ciel, c'est facile et amusant!».

[Vert] 6. Les évêques et les prêtres reconnaissent ces difficultés avec une profonde sympathie; à titre de conseillers et de confesseurs, ils les partagent dans l'exercice de leur ministère auprès des fidèles.

[Jaune] Nous sommes bien conscients de ne pouvoir apporter des solutions faciles à des problèmes en eux-mêmes si complexes, problèmes rendus encore plus ardus au sein d'une société où s'expriment une grande variété d'opinions.

Il ne faut pas exagérer la difficulté de ces problèmes, ni se laisser étourdir par le tourbillon des fausses doctrines énoncés par les mauvais bergers. Un bon berger, appuyé solidement sur le Roc Éternel et éclairé par le Prince de la Lumière (Jésus-Christ), ne devrait pas être souffleté par les difficultés et les obscurités envoyées par Satan.

N'oublions pas non plus que:  «Celui qui vit "selon la chair" ressent la Loi de Dieu comme un poids, et même comme une négation ou, en tout cas, comme une restriction de sa propre liberté.» [Veritatis Splendor, No. 18]

[Jaune] 7. Un commun effort de dialogue, de recherche et d'étude de la part de tous, laïcs, prêtres et évêques, guidés par la foi et soutenus par la grâce, favorisera une meilleure compréhension de ces problèmes et en facilitera l'heureuse solution. Les évêques canadiens s'engagent eux-mêmes à suivre cette voie.

On parle comme si la solution n'existait pas encore. Un peu bizarre comme attitude! Le Pape n'a pas écrit une encyclique où il disait: «On n'a pas de solution, donc allez partager votre vécu et votre tendresse entre vous pour en trouver une»!

III - CONSCIENCE CHRÉTIENNE ET LOI DIVINE

[Vert] 8. Au cours de ces dernières années, plusieurs ont entretenu des doutes sur la validité des arguments invoqués pour interdire toute intervention positive susceptible d'empêcher la transmission de la vie humaine. Tout ceci a conduit à une façon de voir et d'agir contraire à la théologie morale traditionnelle. Pour cette raison, nombreux sont ceux qui attendaient une approbation officielle de leur opinion. Voilà qui aide à expliquer la réaction défavorable qu'en plusieurs milieux l'encyclique a provoquée.

[Jaune] En conséquence, un grave problème de conscience s'est posé à plusieurs catholiques.

Si leur manière de voir est «contraire à la théologie morale» comme les évêques disent trois phrases plus haut, les détracteurs de Humanae Vitae n'ont pas un problème de conscience, mais bien de théologie morale!

[Vert] 9. L'enseignement de la théologie chrétienne touchant la conscience trouve ses racines dans saint Paul (5). De nos jours, Vatican II y a fait écho: «La conscience est le centre le plus secret de l'homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre» (6). «Mais c'est par la médiation de sa conscience que l'homme perçoit les injonctions de la loi divine; c'est elle qu'il est tenu de suivre fidèlement en toutes ses activités pour parvenir à sa fin qui est Dieu» (7).

[Jaune] La dignité de l'homme consiste précisément dans son aptitude à rechercher son épanouissement en Dieu par l'exercice d'un choix libre et raisonnable.

Oui, d'abord que son choix soit selon la droite raison, et non pas simplement selon sa raison.

[Vert] 10. Toutefois, cela n'exempte personne de la responsabilité de former sa conscience selon ...

[Rouge] les valeurs

Le mot «valeur» est souvent dangereux de nos jours. Voir entre autres: «Les bons scouts n'ont pas de valeurs». L'Église catholique ne «propose pas des valeurs», elle proclame la vérité sur le Christ, vrai homme et vrai Dieu, et Jésus nous enseigne toute la vérité morale.

[Vert] ... et les principes vraiment chrétiens. Est requis dès lors un esprit d'accueil à l'enseignement de l'Église qui découle essentiellement de la vocation baptismale du chrétien. Est également requise une authentique motivation personnelle libre de tout égoïsme, de toutes contraintes extérieures indues qui seraient incompatibles avec l'esprit du Christ. Personne ne saurait réussir cette tâche difficile sans l'aide du Seigneur. L'homme est en effet enclin au mal et au péché, et, à moins de demander avec humilité et de recevoir avec gratitude la grâce de Dieu, cette liberté fondamentale le conduira inévitablement à des abus.

IV - MAGISTÈRE DE L'ÉGLISE

[Vert] 11. La foi dans l'Église qui est le prolongement du Christ sur terre, la foi dans l'Incarnation, exigent qu'on accueille de bon coeur l'enseignement de cette Église. Car c'est à ses premiers apôtres que le Christ a dit: «Qui vous écoute, m'écoute» (8).

[Vert] 12. La vraie liberté de conscience ne consiste pas à agir à sa guise, mais à suivre la dictée d'une conscience bien formée. Le Concile Vatican II insiste fortement sur ce principe: que les époux chrétiens sachent bien «qu'ils ont l'obligation de toujours suivre leur conscience, une conscience qui doit se conformer à la loi divine; et qu'ils demeurent dociles au magistère de l'Église, Interprète autorisée de cette loi à la lumière de l'Évangile. Cette loi divine manifeste la pleine signification de l'amour conjugal, elle le protège et le conduit à son achèvement vraiment humain» (9).

[Jaune] 13. Aujourd'hui, le Saint-Père vient de se prononcer sur les moyens qu'il juge moralement bons pour harmoniser l'amour conjugal avec la paternité responsable.

Pourquoi dire «Il»? Pourquoi pas «Nous»? Pourquoi se distancier du Pape, alors que les évêques canadiens disent quelques paragraphes plus tôt [No. 2 ci-haut] que «Nous faisons nôtre» cet enseignement? Si on fait sien les paroles de quelqu'un d'autre, alors c'est tout comme si c'est nous qui l'avions dit.

Ceci me fait penser aux mauvais pères qui se vantent de LEUR beau bébé, mais que dès que celui-ci remplit sa couche, ils changent soudainement leur manière de parler pour dire: «Chérie, TON bébé a besoin d'être changé».

On peut se demander aussi pourquoi dire "Aujourd'hui", alors que le Pape Paul VI n'a fait que répéter l'enseignement de l'Église à ce sujet. De nombreux Papes avant lui avaient déjà condamné ces pratiques (même si la pilule n'existait pas encore).

[Rouge] Les chrétiens doivent examiner en toute loyauté leur réaction sur ce qu'il a dit.

Bien sûr, dans certaines circonstances, vous pouvez regarder quelles sont vos envies, vos émotions, vos sentiments! Mais le devoir des chrétiens dans ce cas-ci n'est pas d'abord d'examiner leurs émotions et leurs envies. Si votre mère vous demande gentiment de sortir les vidanges, allez-vous examiner votre réaction émotive à sa demande, ou sortir les vidanges? Le devoir des chrétiens est d'abord d'examiner ce qu'enseigne le Pape. Ensuite, le devoir des chrétiens est d'obéir au Pape, parce que Jésus a dit: «Ceux qui vous écoutent, m'écoutent» [Lc 10:16].

[Vert] 14. L'Église est compétente pour transmettre la vérité contenue dans la révélation divine et pour en interpréter le sens. Mais son rôle ne se limite pas à cette mission. Dans sa marche vers le salut, l'homme parvient à son bonheur final à travers toutes ses activités terrestres, y compris son comportement moral. Parce que l'Église guide l'homme dans cette marche, il lui incombe d'assumer son rôle d'éducatrice,

[Jaune] même dans ces matières qui n'exigent pas un assentiment de foi absolu.

Bizarre. Le «dans ces matières» semble bien avoir rapport aux «activités terrestres, y compris son comportement moral». Le texte semble dire qu'un chrétien doit croire ce que l'Église enseigne concernant les dogmes de foi, comme la divinité du Christ, ou l'Immaculée-Conception, etc., mais pas les choses «terrestres», comme l'avortement ou la pilule contraceptive.

L'assentiment de foi d'un catholique ne se limite pas aux dogmes de foi, mais aussi aux vérités morales que l'Église enseigne comme devant être tenues [Denzinger, No. 4877]. Le Magistère a autorité de se prononcer même sur des questions de morale naturelle: «Le Christ a institué l'Église comme "colonne et support de la vérité". Avec l'assistance du Saint-Esprit, elle garde sans cesse et transmet sans erreur les vérités de l'ordre moral, et elle interprète de façon authentique, non seulement la Loi divine révélée, mais également les principes de l'ordre moral qui découlent de la nature même de l'homme» [Denzinger, No. 4581].  Ceci s'explique par le lien intime entre notre comportement moral «terrestre», et le Salut éternel (voir entre autres «Qu'est-ce que la morale?»). Si l'Église n'était pas infaillible dans son interprétation de la Loi naturelle, elle ne pourrait pas avoir été fondée par Dieu (voir entre autres «L'Infaillibilité papale, et les dieux stupides»).

[Vert] 15. A propos de cet enseignement, Vatican II nous dit: «Cette soumission religieuse de la volonté et de l'intelligence, on doit tout particulièrement l'offrir au magistère authentique du Pontife romain, même quand il ne parle pas ex cathedra, de telle sorte que son suprême magistère soit respectueusement accepté et qu'avec sincérité l'on adhère aux décisions qui émanent de lui, selon sa propre pensée et sa volonté manifeste» (10).

[Jaune] 16. En conséquence, ceux qui ont reçu la mission d'enseigner au nom de l'Église doivent reconnaître leur responsabilité de s'abstenir de toute opposition ouverte à l'encyclique.

Hilarant! L'enseignement officiel du concile de Vatican II  parle dans la phrase précédente  de «soumission religieuse de la volonté et de l'intelligence», pas «d'absence d'opposition ouverte!».

[Vert] Cette manière d'agir engendrerait la confusion et serait une cause de scandale pour le peuple de Dieu.

[Jaune] Cependant, ceci ne doit pas être interprété comme une mesure restrictive de la liberté reconnue et légitime des théologiens à poursuivre, en toute loyauté et conscience, leurs recherches en vue d'approfondir et de clarifier l'enseignement de l'Église.

Délicat. La liberté des théologiens est réelle, mais pas absolue. Lorsque l'Église déclare qu'une question n'est plus ouverte, alors la liberté des théologiens cesse pour cette question. Par exemple, les théologiens catholiques n'ont pas la liberté de considérer l'ordination des femmes [Denzinger, No. 5040]. Idem pour l'immoralité de la contraception [Voir entre autres Humanae Vitae, No. 14; CÉC, No. 2370; Veritatis Splendor, Nos. 80, 110 et 113; Etc., etc.]. Un théologien a pleine liberté pour trouver de meilleures manières d'expliquer pourquoi l'usage de contraceptifs est immoral, mais il n'a pas la liberté de remettre en question cette immoralité.

[Rouge] 17. C'est un fait qu'un certain nombre de catholiques, bien que se reconnaissant tenus à l'enseignement de l'encyclique, trouvent extrêmement difficile, voire impossible, de faire leurs tous les éléments de cette doctrine.

Voir mon commentaire au No. 5 ci-haut.

[Jaune] En particulier, les arguments et les fondements rationnels de l'encyclique, qui ne sont que brièvement indiqués, n'ont pas réussi, dans certains cas, à entraîner l'assentiment d'hommes de science et de haute culture, formés au mode de pensée empirique et scientifique de notre époque.

On semble dire que si on est cultivé et fort en science, on ne verra pas que le Pape a raison. C'est précisément le contraire: plus on approfondit la science qui étudie la moralité des actes humains (l'Éthique ou la Morale), plus on voit que le Pape a raison.

[Vert] A nous de reconnaître la difficulté qu'éprouvent ces hommes à comprendre et à accepter une assertion ou l'autre de la présente encyclique. À nous de faire effort pour connaître les points de vue de ces catholiques qui,

[Rouge] à n'en pas douter, sont loyaux envers la vérité chrétienne, l'Église et l'autorité du Saint-Siège.

Vraiment? S'ils rejettent l'autorité du Pape sur même un seul point où leur assentiment est requis (comme au sujet de la contraception), ils ne sont précisément pas loyaux à l'autorité du Saint-Siège!

[Rouge] Et puisque les uns et les autres ne rejettent aucun point de foi divine ou catholique, ni le principe de l'autorité dans l'Église, ils ne devraient pas être considérés ni se considérer comme séparés de l'ensemble des fidèles.

Nul besoin de nier un dogme de foi pour être excommunié. Même rejeter une vérité de morale déclarée ex cathedra, c'est se couper de l'Église (comme pour l'immoralité de l'avortement, par exemple).

[Rouge] Mais ils devraient se rappeler qu'ils demeureront de bonne foi à condition d'examiner soigneusement les motifs qui les portent à suspendre leur assentiment et de continuer leur recherche pour comprendre et approfondir l'enseignement de l'Église.

Si cet énoncé était vrai, Adolf Hitler pourrait «suspendre son assentiment» à la condamnation des camps de concentration, tout en continuant à examiner ses motifs! En soi, «continuer ses recherches» n'est pas une sorte de «Poudre de Perlimpinpin» qui nous disculpe de tous nos péchés automatiquement!

[Vert] 18. Les difficultés de cette situation ont été particulièrement ressenties par des prêtres et des laïcs. Plusieurs nous ont demandé de leur donner des directives qui les éclairent. Nous répondrons à cette attente dans un document subséquent, assurés d'avance qu'il nous faudra poursuivre l'étude, la réflexion et le dialogue pour que toute l'Église du Canada puisse parvenir à une meilleure intelligence de problèmes aussi complexes.

[Vert] 19. Pour le moment, nous prions de noter que toute norme particulière serait de peu de valeur si on ne l'intégrait dans la perspective générale de la vocation humaine et surnaturelle de l'homme et des valeurs du mariage chrétien. Pour parvenir à cette formation générale de la conscience et à cette éducation de l'amour, une pastorale adéquate insistera sur l'importance primordiale d'un amour pleinement humain, total, fidèle et exclusif, en même temps que fécond (11).

V. ORIENTATIONS PASTORALES PRÉLIMINAIRES

[Vert] 20. Dès maintenant, selon la morale chrétienne traditionnelle, nous demandons aux prêtres et à tous ceux qui peuvent être appelés à devenir les guides ou les conseillers des consciences, de porter attention aux considérations suivantes.

[Vert] 21. A travers les directives pastorales données par Paul VI dans Humanae Vitae se dégage une approche sacramentelle positive. L'Eucharistie a toujours été une profonde expression d'amour et d'union chrétienne. Les époux trouveront toujours dans cette célébration un lieu de rencontre avec le Seigneur qui ne manquera jamais de renforcer leur amour mutuel. En ce qui regarde le sacrement de pénitence, ressort également de l'encyclique un esprit d'encouragement à la fois pour les pénitents et pour les confesseurs, situé à égale distance du laxisme et du rigorisme.

[Rouge] 22. L'encyclique suggère en effet une démarche pénitentielle moins juridique, plus pastorale, plus respectueuse des personnes et de leur croissance, lente parfois, dans les voies du bien, plus soucieuse d'organiser l'avenir.

Ah oui? Nulle part dans l'encyclique «Humanae Vitae», ni d'ailleurs dans la Bible ou dans les enseignements de l'Église trouve-t-on un encouragement à être «lent dans les voies du bien». Agir bien, c'est agir bien ici et maintenant. «Faire le mal ici et maintenant en vue d'agir bien dans l'avenir», c'est un dicton du Diable, pas un enseignement de l'Église.

[Vert] 23. La confession ne doit pas être faite sous le signe de la peur angoissée et de la sévérité, mais de la confiance et du respect des consciences. Paul VI invite les époux à «recourir souvent, sans jamais se laisser décourager par leur faiblesse, à la miséricorde de Dieu qui leur est accordée dans le Sacrement de Pénitence» (12). La confession est donc une rencontre entre la conscience sincèrement formée et le Seigneur qui «fut certes intransigeant avec le mal, mais miséricordieux envers les personnes» (13).

[Vert] 24. Tel est le climat général dans lequel confesseur et conseiller doivent travailler. Nous complétons ces orientations par quelques applications particulières.

[Jaune] 25. Dans la situation que nous avons décrite plus haut (numéro 17), le confesseur et le conseiller doivent manifester une compréhension sympathique et un respect pour la bonne foi sincère de ceux qui échouent dans leur effort pour accepter certains points de l'encyclique.

Oui, les confesseurs doivent être miséricordieux et empathiques avec ces gens, mais là ne s'arrête pas leur travail! Les confesseurs doivent aussi expliquer gentiment à ces gens qu'ils sont dans l'erreur! Les confesseurs doivent expliquer le bien-fondé des enseignements de l'Église! Les confesseurs doivent, enfin, proclamer courageusement la vérité en contradiction avec l'esprit du monde: l'utilisation de contraceptifs constitue un péché mortel, et un seul péché mortel nous rend dignes des peines de l'Enfer.

Si un prêtre rejette obstinément des enseignements officiels de l'Église catholique, alors ce dont il a besoin n'est pas de diluer l'Évangile du Christ. Ce dont il a besoin, c'est de se demander pourquoi il dit aux gens qu'il est un prêtre catholique. Est-ce que c'est parce qu'il est d'accord avec tous les enseignements de l'Église catholique (comme il est tenu de le faire, et comme il a promis de le faire)? Ou est-ce parce qu'il préfère le chèque de paie du prêtre catholique à celui, disons, d'un pasteur de l'Église unie du Canada?

[Vert] 26. Des conseillers peuvent rencontrer d'autres personnes qui, tout en acceptant l'enseignement du Saint-Père, estiment, par suite de circonstances particulières, qu'ils se trouvent en présence de ce qui leur semble être un conflit de devoirs, par exemple, accorder les impératifs de l'amour conjugal avec ceux de la paternité responsable, de l'éducation des enfants déjà nés ou encore de la santé de la mère.

Oui, mais dans ce cas-là, les conseillers devront expliquer à ces gens pourquoi ils sont dans l'erreur. Voir mon commentaire ci-haut au No. 25.

[Rouge] [Rouge] Selon les principes reconnus de la théologie morale, dans la mesure où ces personnes auraient fait un effort sincère pour se conformer aux directives données, sans toutefois y parvenir, elles peuvent avoir la certitude qu'elles ne sont pas coupées de l'amour de Dieu, dès lors qu'elles choisissent honnêtement la voie qui leur semble la meilleure.

Voilà le passage le plus discutable de cette «Déclaration de Winnipeg»! Voir «Pour agir bien, il suffit d'obéir à sa conscience!».

Remarquez aussi le côté drôle de la situation: nous sommes ici au coeur même du débat, dans la partie la plus importante de cette «Déclaration de Winnipeg». C'est ici que les évêques canadiens, selon certains auteurs, semblent bien se couper de Rome et rejeter un enseignement officiel de l'Église catholique. Et quelle est leur justification? Quel document officiel de l'Église citent-ils pour appuyer leur position? Quel passage de la Bible? Rien!

Les évêques font un petit tour de prestidigitation rhétorique, en affirmant que tout le monde sait de quel document officiel de l'Église ils parlent, donc ils n'ont pas besoin de le citer! Bien sûr qu'ils ne le citent pas, un tel document n'existe pas!

[Jaune] 27. Une sage attitude pastorale pour régler d'autres cas encore plus difficiles peut-être s'élaborera en poursuivant le dialogue entre les évêques, les prêtres et les laïcs.

Assurément, «une sage attitude pastorale» est en soi une bonne chose, mais cette histoire de «dialogue entre les intervenants à tous les niveaux», pour reprendre l'expression à la mode, doit s'accompagner de la fidélité au Magistère. Le dialogue, lorsqu'il se coupe de la Roche sur laquelle Jésus-Christ a fondé son Église, n'est plus qu'une usine à air chaud qui travaille pour le compte du Diable.

Remarquez aussi la ressemblance entre ce passage, et l'extrait suivant, dans lequel le Pape semble bien condamner de telles sottises:

«Pour justifier de telles positions [contraires aux enseignements explicites du Magistère], certains ont proposé une sorte de double statut de la vérité morale. En plus du niveau doctrinal et abstrait, il faudrait reconnaître l'originalité d'une certaine considération existentielle plus concrète. Celle-ci, compte tenu des circonstances et de la situation, pourrait légitimement fonder des exceptions à la règle générale et permettre ainsi d'accomplir pratiquement, avec une bonne conscience, ce que la loi morale qualifie d'intrinsèquement mauvais. Ainsi s'instaure dans certains cas une séparation, voire une opposition, entre la doctrine du précepte valable en général et la norme de la conscience de chacun, qui déciderait effectivement, en dernière instance, du bien et du mal. Sur ce fondement, on prétend établir la légitimité de solutions prétendument «pastorales», contraires aux enseignements du Magistère, et justifier une herméneutique «créatrice», d'après laquelle la conscience morale ne serait nullement obligée, dans tous les cas, par un précepte négatif particulier.»  [Veritatis Splendor, No. 56] .

[Vert] Le document, que nous avons promis de préparer, contribuera aussi à cette élaboration. Entre-temps, nous faisons un pressant appel aux médecins et aux biologistes à poursuivre leurs travaux sur la fécondité humaine. Ce serait certes une grave erreur d'attendre de la science une solution à toutes les angoisses humaines. Ses découvertes, toutefois, pourront fournir une aide efficace pour alléger ou résoudre les problèmes de conscience.

VI - PASTORALE ET ACTION FAMILIALE

[Vert] 28. Les actions, les paroles et même les pensées de tous les hommes ont aujourd'hui une répercussion mondiale. Tous en prennent de plus en plus conscience. La sexualité, sous tous ses aspects, est évidemment un domaine d'un grand intérêt humain et social. Les normes ...

[Rouge] et les valeurs

Voir mon commentaire au No.10 ci-haut.

[Vert] ... qui régissent ce secteur humain si vital méritent l'attention et la coopération de tous. Notre monde croît à un rythme effarant, créant sur-le-champ un vif sentiment d'unité et un ensemble de forces rivales qui pourraient nous détruire.

[Vert] 29. Cette préoccupation ne saurait être fructueuse que si elle nous conduit tous à reconnaître notre dignité d'homme qui se traduira par la maîtrise de nos puissances internes. Grâce à celle-ci nous sommes vraiment nous-mêmes, reconnaissant pleinement nos différences sexuelles complémentaires, tant sur le plan physique que psychologique et spirituel. Dans cette seule perspective, se réaliseront des mariages qui seront de vraies unions au service de l'amour et de la vie.

[Vert] 30. À cette fin, on devra mettre en jeu toutes les ressources vives de la famille, de l'école, de l'État et de l'Église. I1 n'est permis à personne de s'isoler; il n'y a pas non plus de frontières nationales dans un domaine aussi universel. Aussi bien invitons-nous tous les membres de l'Église à se rendre compte de l'importance de l'éducation au mariage à tous les niveaux depuis l'âge le plus tendre jusqu'aux différentes formes de l'éducation des adultes.

[Vert] 31. Sans vouloir entrer dans les détails, nous voulons mentionner quelques moyens dotés d'une plus grande efficacité. Pour plusieurs raisons, nous plaçons en premier lieu deux réalités pleines de promesses: le dialogue et l'entraide au sein de l'Église elle-même

[Jaune] et avec les autres Églises par la voie du mouvement oecuménique.

Bien sûr, en soi, le dialogue et l'entraide sont de grands biens. Par contre, on peut se demander quel rapport il pourrait bien y avoir entre l'oecuménisme et la contraception! C'est probablement parce que l'oecuménisme était à la mode à ce moment-là. En soi, la contraception n'est précisément pas un problème de croyances, mais de science.

[Vert] 32. Nous soulignons avec une profonde satisfaction le développement et l'heureuse influence de tant d'activités déployées pour préparer les époux au mariage et pour leur faire apprécier davantage leur sublime vocation, v.g., cours de préparation au mariage, service d'orientation des foyers, etc.

[Vert] 33. Nous recommandons aussi aux éducateurs d'apporter une attention croissante au problème de l'éducation sexuelle et de la vie familiale. La recherche scientifique a approfondi cette éducation et l'emploi inventif des moyens de communication sociale l'a heureusement généralisée. Rien moins que la mobilisation de toutes les énergies humaines pourra suffire à relever le défi des puissances pernicieuses et désordonnées qui ont leur source lointaine dans l'égoïsme volontaire de l'homme et qui empêchent l'expression authentique de son amour. Nous nous engageons donc à considérer comme une priorité pastorale l'encouragement donné en tout temps et en tous lieux à ces objectifs.

VII - CONCLUSION

[Vert] [Vert] 34. En conclusion, nous demandons à tous de prier avec ferveur le Saint-Esprit de continuer de guider son Église à travers les obscurités et les souffrances du temps présent. Nous, le Peuple de Dieu, ne pouvons échapper à cette heure de crise, mais il n'y a aucune raison de croire qu'elle puisse conduire à la division et au désespoir.

[Rouge] L'Unité de l'Église ne consiste pas dans une simple conformité sur tous les points, mais plutôt dans une union de foi et de coeur, une soumission à la volonté de Dieu et une humble, loyale et continuelle recherche de la vérité.

La conformité sur tous les points de foi et de morale est nécessaire pour être catholique. Voir «L'Excommunication, ce geste d'amour!». Certains Protestants considèrent que l'unité de l'Église est fondée sur une communauté d'émotivité, et une quête sans fin d'une vérité toujours un peu hors de notre portée. L'Église catholique, au contraire, enseigne qu'elle est l'unique dépositaire actuel de toute la vérité transmise aux hommes par Jésus-Christ [Dignitatis Humanae, No. 1].

D'ailleurs, il est impossible d' être «soumis à la volonté de Dieu» sans en même temps être conforme en tout points aux enseignements de l'Église. Si Dieu existe, et si Dieu a fondé l'Église catholique, alors la volonté de Dieu est clairement qu'on se conforme à tous les enseignements officiels de l'Église. Si l'Église enseigne des sottises, alors ce n'est pas l'Église de Dieu!

[Vert] Cette unité d'amour et de foi a son fondement dans le Christ et aussi longtemps que nous lui serons fidèles, rien ne saurait nous en séparer. Nous demeurons fermement unis à l'évêque de Rome, le successeur de Pierre, signe et principe efficace de notre unité avec le Christ et entre nous. Mais cette union exige un tel amour de l'Église que nous ne puissions rien faire de moins que de mettre à son service toute notre intelligence et tout notre coeur.

[Jaune] Et si parfois cela signifiait que, malgré notre désir de rendre l'Église plus intelligible et plus belle, nous devions, tels des pèlerins, trébucher sur la route ou même différer quant à la voie à suivre, nul ne devrait conclure que notre foi commune soit perdue ou que notre volonté d'amour soit émoussée.

«Trébucher» ou «différer quant à la voie à suivre» n'est pas nécessairement une hérésie ou un schisme, parce que ce sont des métaphores dans le contexte ci-haut. Par contre, il est faux de dire que les évêques canadiens sont incapables de proférer des hérésies ou de causer un schisme. Malheureusement, n'importe quel évêque peut causer un schisme n'importe quand.

 Pour en juger, il ne faut pas regarder leur belle métaphore, mais bien le «trébuchement» en question, pour pouvoir dire si oui ou non ces évêques sont encore catholiques, et s'ils ont manqué d'amour pour l'Église et son chef Jésus-Christ.

Ce qui est plus grave dans ce passage, c'est que les évêques canadiens ne réitèrent pas l'enseignement éternel de l'Église selon lequel ils, les évêques canadiens, sont infaillibles en matière de dogme et de morale, à condition de rester unis au Pape! «Les évêques [en communion avec le Pape], lorsque dans leur enseignement authentique concernant des questions de foi et de morale, déclarent d'un commun accord qu'il faut soutenir sans hésiter tel point de doctrine, énoncent alors infailliblement l'enseignement du Christ» [Lumen Gentium, No. 25]. C'est presque hilarant de les voir ainsi parler de «trébucher» en tant que pasteurs de leurs églises locales, dans le même document où certains auteurs disent qu'ils semblent bien se couper du Pape, le Roc sur lequel Jésus à fondé son Église!

[Jaune] «Au contraire, nous croyons que, même à travers les brouillards, une lumière bienveillante nous conduira à une meilleure compréhension des voies de Dieu et de l'amour humain» (14).

Le pauvre Cardinal Newman n'a jamais insinué que la lumière de Dieu guiderait les gens qui se coupaient de Rome! Au contraire, toute la vie du Cardinal Newman est précisément l'histoire d'un anglican qui découvre qu'il ne peut pas être vraiment chrétien, qu'il ne peut pas aller au Ciel, tant qu'il n'est pas en pleine communion avec le Pape. (Détail comique: le poème cité date de sa maladie grave en Sicile, donc avant sa conversion au catholicisme!).

Conclusion? Les évêques canadiens ont-ils créé une nouvelle église non-catholique le jour où ils ont signé cette «Déclaration de Winnipeg»? SVP voir la Considération juridique No. 3.

Disons que, selon moi, les évêques canadiens feraient bien de se rencontrer ici au Château Frontenac, pour signer une «Déclaration de Québec» plus ouvertement compatible avec Veritatis Splendor, que cette «Déclaration de Winnipeg»!


Notes de bas de page

(1) Humanae Vitae, No. 4 et No. 18.
(2) Humanae Vitae, No. 8.
(3) Gaudium et Spes, No. 49.
(4) Gaudium et Spes, No. 51.
(5) Rom. 14,23; I Cor. 10.
(6) Gaudium et Spes, No. 16.
(7) Dignitatis Humanae, No.3; Gaudium et Spes, Nos. 16 et 17.
(8) Luc 10, 16.
(9) Gaudium et Spes, No. 50.
(10) Lumen Gentium, No. 25.
(11) Humanae Vitae, No. 9.
(12) Humanae Vitae, No. 25.
(13) Humanae Vitae, No. 29.
(14) J. H. Newman.

| Accueil >> Sermons perdus