| Accueil >> Politique

Bribes de débats à propos des attirances homosexuelles

Thomas Rowlandson. Le duel d'escrime.
(Thomas Rowlandson. Le duel d'escrime. Source)

Note: Cet article n'a pas vraiment de sens en lui-même. C'est plutôt un fourre-tout pour des réponses à des arguments que j'entends durant des débats à propos des attirances homosexuelles. Aussi, vous devriez d'abord lire Une liste de lecture pour les personnes ayant des attirances envers le même sexe.

Table des matières

1) «Je suis gai ou lesbienne, pas homosexuel»
2) «Moi aussi, je suis un chrétien pratiquant»
3) «Comment osez-vous refuser le statut de famille à un couple de même genre aimant et empathique?»
4) «Être gai est tout-à-fait normal»
5) «Les mariages du même genre n'auront pas d'impact sur les autres mariages»
6) «Le mariage du même genre est maintenant la loi au Canada aujourd'hui»
7) «La sodomie n'est pas la même chose que l'homosexualité!»
8) «L'Église Elle-même enseigne qu'on naît homosexuel!»


1) «Je suis gai ou lesbienne, pas homosexuel»

Dans tout débat, un des premiers problèmes est souvent «quelle étiquette va-t-on employer»? Et souvent, le choix de l'étiquette peut être très litigieux, puisque d'une certaine manière, le simple fait d'accepter une étiquette peut être considéré comme une capitulation.

Par exemple, dans la guerre actuelle en Iraq, comment va-t-on nommer un citoyen iraquien, qui tire sur un soldat étranger occupant l'Iraq sans mandat des Nations-unies? Certains utilisent l'étiquette «combattant illégal» ou «terroriste». D'autres utilisent l'étiquette «Défenseur de la patrie»! Alors, qui a raison? Bien, pour le savoir, il faut parler! Alors un certain niveau d'inconfort terminologique est probablement inévitable.

J'utilise l'expression abrégée «personne homosexuelle» comme un synonyme de «personne qui ressent des attirances homosexuelles». Cette expression a l'avantage d'être bien connue, donc les gens la comprennent. Elle a aussi l'avantage d'être conforme aux faits, car les personnes qui ne ressentent jamais d'attirances homosexuelles ne se disent jamais «gaies», ou «lesbiennes», etc.

Remarquez aussi que j'essaie de toujours mettre le mot «personne» avant le mot «homosexuelle», pour montrer que nos organes génitaux et nos désirs sexuels ne sont pas notre partie la plus importante. Si quelqu'un me forçait à choisir entre garder mes désirs sexuels, ou garder ma raison et mon libre-arbitre, je lui dirais de prendre mes désirs sexuels. Mon identité est d'abord et avant tout d'être une personne humaine. Les ratons-laveurs, les chiens, même les crapauds ont des désirs sexuels, mais ils n'ont pas la raison et le libre-arbitre.

1.1) La personne humaine, faite à l'image et à la ressemblance de Dieu, ne peut pas être adéquatement décrite par une référence réductioniste à son orientation sexuelle . [...] Aujourd'hui, l'Église donne un contexte, dont on a bien besoin, pour prendre soin de la personne humaine, lorsqu'Elle refuse de considérer la personne comme un «hétérosexuel» ou un «homosexuel», et qu'Elle insiste sur le fait que chaque personne a une Identité fondamentale: une créature de Dieu, et par la grâce, Son enfant et héritier de la vie éternelle.
[Lettre sur la pastorale à l'égard des personnes homosexuelles, No. 16]


2) «Moi aussi, je suis un chrétien pratiquant»

Bon, alors vous allez à l'église à tous les dimanches. Mes souliers aussi. (Et parfois mes souliers semblent être de bons chrétiens, comparés à moi! Mais c'est avant qu'ils me fassent voyager jusqu'au confessional.) Nous savons tous qu'il y a toutes sortes de gens qui se disent chrétiens, et qui se comportent de manière incompatible avec les enseignements du Christ. (Devrais-je mentionner des exemples? Georges Bush peut-être?)

En tout cas, si vous priez, que vous lisez la Bible, que vous allez à l'église et que vous essayez de suivre le Christ, je ne peux que vous encourager à continuer! Cela étant dit, le Christ a enseigné que si nous L'aimons vraiment, nous allons respecter Ses commandements [Rm 13:9-10; 1Co 7:19; Jc 2:10; 1Jn:2-3; etc.]. Et bien sûr, le Christ a aussi enseigné que la Parole de Dieu ne se trompait pas.


3) «Comment osez-vous refuser le statut de famille à un couple de même genre aimant et empathique?»

Savez-vous qui m'a élevé? Pas mon père, il a été absent pour la plus grande partie de ma vie. J'ai été élevé par «un couple de même genre aimant et empathique»: ma mère et ma grand-mère. Est-ce que c'était ma famille? Bien sûr! Est-ce que ma mère aimait ma grand-mère? Bien sûr! Ma grand-mère, sur son lit de mort, tenait ma mère d'une main et ma tante de l'autre. Ma mère n'a pas trouvé drôle le décès de ma grand-mère, parce qu'elle l'aimait beaucoup. Et bien sûr, ma grand-mère aimait beaucoup ma mère. (Et bien sûr les deux m'aiment, ce qui prouve, sans l'ombre d'un doute, que ce sont des martyres de la Foi! ;-)

Et maintenant, est-ce que ma mère copulait avec ma grand-mère? Bien sûr que non! «L'amour» n'est pas la même chose que la «copulation»! En fait, le vrai amour est beaucoup plus grand et beau que n'importe quelle émotion, même les émotions les plus douces et agréables. Voir Vive La Différence entre la charité et les émotions amoureuses!

Malheureusement, la «propagande gaie» existe, et cette propagande prétend que les catholiques sont contre l'amitié et l'amour. Bien que je sois sûr qu'on puisse trouver des gens méchants qui se prétendent «catholiques» et qui sont contre l'amitié et l'amour, je vous garantis que vous ne trouverez pas le moindre appui pour de telles erreurs dans les enseignements officiels de l'Église catholique.

La question n'est pas à savoir si l'amour et l'amitié sont bons, mais si la sodomie et les autres actes homosexuels sont bons, et s'ils sont bons, si oui ou non on devrait les glorifier juridiquement et les encourager socialement. Ceci nous ramène au bon vieux sujet de: Qu'est-ce que la morale? En d'autres mots, nous devons étudier ce qui rend un acte bon ou mauvais. Or, on peut prouver que les actes homosexuels, parce qu'ils sont privés de leur finalité essentielle et indispensable, sont mauvais.

Avant de vous mettre à hurler, n'oubliez pas que l'Église catholique, pour exactement les mêmes raisons, condamne la masturbation comme étant contre nature. C'est quelque chose fait avec les organes génitaux, et cela peut être fait par deux personnes, mais c'est quelque chose d'essentiellement sans rapport à la reproduction humaine. Les raisons pour condamner la pilule anti-conceptionnelle sont aussi très ressemblantes. Dans tous ces cas, la sexualité est sortie de son contexte indispensable, et utilisée pour les mauvaises raisons et de la mauvaise manière.


4) «Être gai est tout-à-fait normal»

Eh bien, d'une manière, je suis d'accord avec vous, puisque une des significations de «gai» est «Qui a de la gaieté, par exemple: gai comme un pinson» [Petit Robert]. Dans ce sens, je suis d'habitude gai le matin (pour une raison ou une autre, j'ai tendance à être un peu tristounet le soir).

Mais vous essayez probablement de parler de la «sodomie», définie par le même dictionnaire comme étant «Pour un homme, pratique du coït anal avec un homme». La sodomie est-elle normale? Je ne suis pas un médecin, alors écoutons quelqu'un qui l'est:

Le coït génital-anal est l'acte sexuel le plus souvent associé avec le style de vie gai. C'est un comportement habituel accepté par essentiellement tous les gais, néanmoins c'est mauvais pour la santé, c'est non-naturel, et la plupart des gens le considèrent offensant.

Le sexe anal n'est pas bon pour la santé. À part les maladies transmises sexuellement, ces actes mènent à plusieurs autres conditions médicales incluant le syndrome digestif des sodomites, l'hépatite A, les infections inhabituelles de l'épididyme, et d'autres troubles de l'anus et des muscles voisins comme les fissures. Les homosexuels qui pratiquent le coït anal ont près de quatre-vingt quatre fois plus de chances de développer le cancer anal que la population en général.

Le sexe anal n'est pas naturel. Il est manifestement traumatisant pour l'anus, qui n'est tout simplement pas fait pour accomoder l'organe mâle. Non seulement l'anus n'a pas de lubrification naturelle, mais il est manifestement de la mauvaise taille pour le contact génital. Comme preuve, considérez la différence en taille du spéculum et de l'anuscope. Le spéculum, que le médecin place dans la femme durant un examen gynécologique, est environ de la même taille et de la même forme que l'organe mâle en érection. L'anuscope, utilisé pour examiner l'anus, est la moité du diamètre du spéculum - plutôt de la taille d'un majeur adulte. [...]

La plupart des non-gais considèrent le sexe anal comme offensant. C'est une question d'opinion, et cela dépend surtout de si oui ou non une personne trouve repoussants les excréments. L'acte du sexe anal est analogue à nettoyer un bassin de lit rempli, avec ses mains nues - le contact direct avec les excréments, ou le canal où ils ont récemment passé - et est donc raisonnablement considéré comme offensant. [...]

Le sexe anal est comme boire par son nez. Avec une préparation adéquate, c'est faisable, mais ce n'est vraiment pas la méthode naturelle. Le sexe anal n'est pas normal ou sain - ni pour les homosexuels, ni pour les hétérosexuels, ou qui que ce soit d'autre - et il n'y a pas non plus de justification à l'accusation «d'homophobie» simplement parce qu'on tient une telle opinion raisonnable.
[WETZEL, Richard, MD. Sexual Wisdom, Ann Arbour, MI, Proctor Publications, 2000. chap. 10, p. 145-147]

Peut-être ce type Wetzel est complètement dans les patates, mais si oui, quelqu'un va devoir m'expliquer bien des choses. Il semble énoncer des faits (et le livre d'origine a de nombreuses références de bas de page vers des études scientifiques pour appuyer ses dires).


5) «Les mariages du même genre n'auront pas d'impact sur les autres mariages»

Si vous donnez un coup de pied à votre chien, allez-vous lui faire mal? Oui, bien sûr! Mais pourquoi? Parce que votre chien est un être matériel, et que votre botte est un être matériel aussi. Alors lorsque votre botte se déplace à haute vitesse vers votre chien, et entre en contact avec lui, votre chien va décélérer votre botte, absorbant donc beaucoup d'énergie cinétique, qui peut endommager les organes internes de votre chien (et le faire glapir).

Les unions du même sexe peuvent-elle avoir un «impact» sur les mariages entre un vir et une femme? Strictement parlant, non, car l'expression «avoir un impact» exige des être matériels qui entrent en collision, et le mariage n'est pas un être matériel. Le mariage est une sorte de société, et les sociétés sont ce que les philosophes appellent des êtres «moraux». En d'autres mots, ce sont des êtres qui existent dans les volontés et les raisons des hommes. C'est une distinction d'une importance capitale.

En d'autres mots, pour «avoir un impact» sur le mariage, vous devez «donner un coup de pied» sur les raisons et les volontés des hommes. Voici un exemple. Un pays, pour exister, doit défendre ses frontières, et pour défendre vos frontières, vous avez besoin de plus que des soldats, vous avez besoin de soldats qui veulent se battre contre l'ennemi, plutôt que de fuir comme des poltrons. Alors plusieurs pays donnent des médailles pour honorer les soldats les plus braves. En d'autres mots, les pays prennent des mesures actives pour glorifier juridiquement les comportements requis pour leur survie. Lorsque les citoyens voient les soldats braves être honorés, ils apprennent que défendre la patrie est essentiel (un «bon impact» sur leur raisons), et ils deviennent attirés vers l'imitation de tels comportements (un «bon impact» sur leurs volontés). De telles actions «bâtissent» cette société, par la bonne influence qu'elles ont sur les raisons et les volontés des citoyens.

Maintenant, qu'arriverait-il si un pays se mettait à donner d'autres médailles de bravoure, mais à des poltrons qui auraient fui devant l'ennemi? Est-ce que de telles médailles auraient un «impact» sur les héros existants qui on reçu des médailles pour leur courage? Strictement parlant, Non. Est-ce que de telles médailles empêcheraient des futurs braves soldats d'obtenir eux aussi des médailles? Non. Mais, honorer les poltrons de la même manière que les héros commencerait à détruire cette société, en jetant la confusion dans les intelligences et les volontés des citoyens. En d'autres mots, cela aurait un «impact moral» très nocif. Éventuellement, si de telles actions nocives devenaient répandues, cette société serait détruite.

Le mariage n'est pas une union quelconque entre personnes humaines. Il a été institué par le Créateur avec sa propre nature, doté de finalités et de propriétés essentielles. Aucune idéologie ne peut effacer de l'esprit humain cette certitude: le mariage n'existe qu'entre un vir et une femme, qui par le moyen de la donation personnelle réciproque, propre et exclusive, tendent à la communion de leurs personnes. Ainsi, elles se perfectionnent mutuellement pour collaborer avec Dieu à la génération et à l'éducation de nouvelles vies.
[Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, No. 2]

Choisir une personne du même sexe pour son activité sexuelle annule le riche symbolisme et la signification, sans parler des buts, du dessin sexuel du Créateur. L'activité homosexuelle n'est pas une union complémentaire, capable de transmettre la vie; et ainsi elle frustre l'appel à une vie de donation de soi qui est l'essence même de la vie chrétienne. Ceci ne signifie pas que les personnes homosexuelles ne sont pas souvent généreuses et qu'elle ne donnent pas d'elles-mêmes; mais lorsqu'elles participent à des activités homosexuelles, elles confirment en elles-mêmes une inclination sexuelle désordonnée qui est essentiellement complaisante.
[Lettre sur la pastorale à l'égard des personnes homosexuelles, No. 7]

Les prétentions, que les «mariages» du même sexe ne vont pas faire de tort à notre société, ne peuvent être expliquées que par l'ignorance de la nature de la société, du mariage et des hommes.


6) «Le mariage du même genre est maintenant la loi au Canada aujourd'hui»

Croyez-vous que le Pape est infaillible en matière de dogme et de morale, lorsqu'il parle ex cathedra? Je présume que votre réponse est «Non». Croyez-vous que le parlement canadien, ou que la Cour suprême du Canada, sont infaillibles? Hum, si vous répondez «Oui» maintenant, vous aurez l'air fou!

Les politiciens sont humains, et ils peuvent se tromper. Prétendre que deux gars qui commettent la sodomie sont l'équivalent d'un gars et d'une fille qui se marient et qui font des enfants, est, eh bien, une prétention! En gros, les politiciens n'ont pas l'autorité sur la Loi naturelle. Si le parlement canadien «légalisait» le viol, le viol serait encore mauvais, et le parlement canadien serait dans l'erreur. Si la Cour suprême du Canada décidait que les juifs étaient des sous-humains qu'on pouvait exterminer, la Cour suprême du Canada serait suprêmement injuste et irrationnelle.

Le «mariage» du même sexe est une triste erreur:

Il n'y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille. Le mariage est saint, alors que les relations homosexuelles vont à l'encontre de la loi morale naturelle. Les actes homosexuels, en effet, ferment l'acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d'une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d'approbation en aucun cas.
[Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, No. 4]


7) «La sodomie n'est pas la même chose que l'homosexualité!»

Je fais de gros efforts pour utiliser les mots correctement. J'essaie de bien définir mes termes, et de choisir le mot le plus précis pour signifier le concept que je veux transmettre. Quand j'utilise le mot «sodomie», ce n'est pas parce que je le prends comme synonyme de «homosexualité», mais bien parce que je veux parler de la sodomie.

Ne vous inquiétez pas. Je sais que la sodomie se pratique parfois entre personnes de sexe opposé. Je sais aussi qu'il y a des gens qui ont des attirances envers le même sexe et qui ne pratiquent pas la sodomie. Je suis aussi bien au courant que certaines femmes ont des attirances envers le même sexe, pas seulement des virs.

Comme j'explique ailleurs, le mot «homosexualité» est récent, scientifiquement vague et de plus il pose plusieurs questions fondamentales. Le mot «sodomie» par contre est vieux, bien documenté, et très précis. Je m'en sers normalement pour ramener le débat dans la réalité, ou à cause de raisons politiques sans rapport avec la sexualité. Par contre, quand je veux parler des «personnes qui ont des attirances envers le même sexe», je dis exactement cela!


8) «L'Église Elle-même enseigne qu'on naît homosexuel!»

Bonté Divine! Je perds rarement mes débats, mais cette fois-ci, j'étais sûr que j'étais foutu! Mon Catéchisme de l'Église catholique dit, noir sur blanc:

Ils ne choisissent pas leur condition homosexuelle.
[Catéchisme de l'Église catholique, paragraphe 2358, Centurion/Cerf/Fleurus-Mame, Paris, 1998.]

Ensuite j'ai vérifié les versions anglaise, française et latine officielle du Catéchisme sur le site web du Vatican. Cette phrase a disparu! D'après ce que j'ai pu trouver sur Google, la version officielle latine promulguée par Jean-Paul II le 8 septembre 1997 a retiré cette phrase, car elle était erronée. Attention! Même mes nouvelles copies imprimées en 2005, et supposément «Nouvelle édition revue et corrigée» contiennent encore cette erreur! (Mais mes copies anglaises sont OK.)

 

| Accueil >> Politique