| Accueil >> Politique

La Chaîne pour la Vie (2007-octobre-07)

Mme Fanny B. et ses enfants, donnant une leçon de courage aux pro-vie
Mme Fanny B. et ses enfants, donnant une leçon de courage aux pro-vie

Table des matières

1) Compte-rendu de la Chaîne pour la Vie
2) Lettre ouverte au diocèse de Québec concernant le racisme anti-chrétien
3) Poursuite judiciaire contre le parti politique Québec-Solidaire?
4) Quelques rétroactions (pro-vie et pro-choix)

4.1) Un membre du PHC

4.1.1) Anonyme, 2007-octobre-17
4.1.2) S. Jetchick, 2007-octobre-17
4.1.3) Anonyme, 2007-octobre-20
4.1.4) S. Jetchick, 2007-octobre-25

4.2) Un membre du Parti Québec-Solidaire

5) Défi lancé aux gens qui ne voient pas le fondement de la plainte contre QS

 


1) Compte-rendu de la Chaîne pour la Vie

Voir ici

 


2) Lettre ouverte au diocèse de Québec concernant le racisme anti-chrétien

Voir ici

 


3) Poursuite judiciaire contre le parti politique Québec-Solidaire?

Le parti politique provincial Québec-Solidaire
Le parti politique provincial Québec-Solidaire

3.1) Mise-en-garde

Pour l'instant (2007-octobre-12), il n'y a aucune poursuite intentée contre le parti politique provincial Québec-Solidaire. Dans une société civilisée, il faut d'abord réfléchir et dialoguer, et ensuite, dans certains cas seulement, intenter des poursuites devant les tribunaux.

Remarquez qu'il n'est nullement question de tenter de «museler» le Parti Québec-Solidaire, ou qui que ce soit d'autre. Au contraire, nous défendons la liberté d'expression, et nous encourageons le débat public et civilisé concernant l'avortement. C'est d'ailleurs précisément pourquoi nous nous plaignons! En effet, pour avoir un débat civilisé, il faut que Québec-Solidaire apprenne à être pro-choix, sans être anti-chrétien.

SVP envoyez vos commentaires, questions, conseils, à Stefan Jetchick.

3.2) Questions

Ce document est, pour l'instant, une réflexion publique à propos des questions suivantes:

3.2.1) Devrait-on poursuivre Québec-Solidaire devant les tribunaux, suite à leur endossement de la manifestation raciste anti-chrétienne s'étant déroulée à Québec le 2007-octobre-07?

3.2.2) Si oui, devant quel tribunal? Civil? Des droits de la personne?

3.2.3) Si oui, par qui? Le Parti de l'Héritage chrétien (National)? Le Parti de l'Héritage chrétien (Asso. de comté de Louis-Hébert)? La Ligue des droits civils des catholiques (CCRL)? Le Comité organisateur de Pro-Vie Québec? Une coalition ad hoc?

3.2.4) Si non, suite à quelles actions réparatrices de Québec-Solidaire devrait-on abandonner les poursuites? Une lettre publique d'excuses envoyée à tous les quotidiens de la province de Québec? Une promesse d'organiser eux-mêmes la contre-manifestation pro-choix de l'année prochaine, de manière à la rendre respectueuse et civilisée? Une promesse de participer au débat pro-choix/pro-vie qui devrait avoir lieu l'année prochaine, avant la Chaîne pour la Vie? Toutes ces choses? Plus? Moins?

3.3) Fondement de la plainte

Les éléments de la plainte sont tous décrits dans le rapport intitulé La Chaîne pour la Vie (2007-octobre-07). Pour mieux voir, il suffit de substituer un homosexuel, un juif ou un noir, partout où on parle d'un chrétien, et on voit tout-de-suite que la plainte est justifiée:

3.1) Affiche portant la mention: «Si Marie avait connue l'avortement, on aurait eu moins d'emmerdements», ce qui est sémantiquement la même chose que: «MORT À JÉSUS!» (clairement visible sur plusieurs photos, dont celles prises par les pro-choix eux-mêmes et placées libres de droits sur leur propre site web).

3.3.2) Circulaire avec un dessin explicite montrant un chrétien (portant une large Croix sur la poitrine) qui se fait frapper en bas de la ceinture. Cette circulaire a été distribuée par les pro-choix à tout le monde (autant pro-choix que pro-vie) durant la manifestation, incluant les automobilistes arrêtés au feu de circulation. (Nous avons un exemplaire de cette circulaire, et plusieurs témoins oculaires de leur large distribution et de leur contenu.)

3.3.3) Endossement par écrit de la manifestation par Québec-Solidaire, sur la dite circulaire. Confirmé aussi par des reportages sur l'Internet, comme: «Outre les libertaires, une bonne délégation de Québec solidaire, seule organisation politique non-associée à la gauche libertaire à avoir officiellement appuyé l'action, était présente» [«Chaîne de la vie»: cinq fois plus de pro-choix que d'anti-avortement!, téléchargé 2007-octobre-12 à 16h47], ou la copie Internet du libellé de la circulaire, incluant le dessin mentionné au Point 3.2 ci-haut [Appel à une contre-manifestation pro-choix, téléchargé 2007-octobre-12 à 16h51].

3.3.4) L'atmosphère générale de toute la contre-manifestation pro-choix, qui était clairement anti-chrétienne (voir n'importe quel témoin oculaire de l'événement).

3.4) Liste d'envoi

Québec solidaire
7105, St-Hubert bureau 304
Montréal, Qc
H2S 2N1
514-278-9014
quebecsolidaire.net
info (ajouter l'arobas) quebecsolidaire.net

Catholic Civil Rights League
120 Eglinton Ave. East, Suite 500
Toronto ON
M4P 1E2
(416) 466-8244

Christian Heritage Party (National)
P.O. Box 4958
Station E
Ottawa, ON
K1S 5J1

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
575, rue Saint-Amable
Bureau 4.31
Québec (Québec)
G1R 6A7
(418) 643-1872
www.cdpdj.qc.ca
quebec (ajouter l'arobas) cdpdj.qc.ca

 


4) Quelques rétroactions (pro-vie et pro-choix)

4.1) Un membre du PHC

4.1.1) Anonyme, 2007-Octobre-17

-----Original Message-----
From: [Membre du PHC]
Sent: 17 octobre 2007 12:34
To: Stefan Jetchick
Subject: Re: Devrait-on adopter cette cause: Poursuite contre le parti
Quebec-Solidaire?

Bonjour Stefan

J'ai réfléchi à ta questeion, et j'en suis venu à cette conclusion...
Si nous les traînons devant les tribunaux, nous sommes en train d'essayer
de les réduire au silence. Donc cette liberté d'expression que nous
recherchons, nous leur refuserions.

Que nous aimions ou pas le message, ils n'ont pas porté la main sur
qui que ce soit. C'est comme le bâillon imposé à Hugh Owens. Même
si le message de Hugh (2 mâles se tenant par la main, dans un cercle
rouge avec une diagonale, et une citation biblique) est manifestement
moins violent. Nous devons déterminer quelle liberté une personne
devrait avoir de parler. Quelles sont les limites? La diagonale au
travers de la pub de Hugh aurait-elle pu être une indication qu'il
voulait tous les exterminer? etc.

C'est un panier de crabes, à mon humble avis.

[Anonyme]

4.1.2) S. Jetchick, 2007-Octobre-17

Bonjour [Anonyme],

>> Si nous les traînons devant les tribunaux, nous sommes en train d'essayer
>> de les réduire au silence. Donc cette liberté d'expression que nous
>> recherchons, nous leur refuserions.

Distinguo.

Si c'est ce genre de «liberté d'expression» que veut le PHC,
alors je veux quitter le PHC à toute vitesse!


>> Nous devons déterminer quelle liberté une personne
>> devrait avoir de parler. Quelles sont les limites?

Amen! Et puisque nous prétendons que tous les Canadiens devraient
voter pour nous, parce que nous savons comment mieux gouverner
que les Conservateurs, les Libéraux, le NPD, le Bloc Québécois, etc.,
alors nous devrions savoir quelles sont ces limites!


>> C'est un panier de crabes, à mon humble avis.

Distinguo pour le «panier de crabes». Concedo pour
«C'est une question très difficile et très importante». Mais
Nego à «Nous n'avons pas les habiletés nécessaires pour
répondre à cette question».

Passer une circulaire avec une image de quelqu'un qui donne un
coup de pied à quelqu'un d'autre en-dessous la ceinture est
clairement, ... bien, en-dessous de la ceinture! Cela ne devrait
pas être considéré comme quelque chose qui est protégé par la
liberté d'expression, mais au contraire, quelque chose qui est
condamné par nos lois contre la haine. Montrer un tel dessin
n'aide aucun débat social. Cela ne change rien que ce dessin
représente un homme blanc qui donne un coup de pied à un noir,
ou un hétérosexuel qui frappe un homosexuel, etc. Selon moi,
cela outrepasse la limite.

Pour la pancarte qui dit l'équivalent de «Mort à Jésus», je
pense que la situation est la même. Oui, nous devons protéger
la liberté d'expression, et c'est pourquoi je ne me plains pas
de leurs affiches qui disaient des choses pertinentes et courtoises
comme: «L'avortement n'est pas un meurtre», ou «Nous ne voulons pas
de votre ordre moral», ou «Nous ne voulons pas retourner en arrière»,
etc. Je ne suis pas d'accord avec ces affiches, mais elles ne
font pas la promotion de la haine anti-chrétienne, elles ne font
que promouvoir la position pro-choix.

Mais les choses sont différentes pour une affiche qui dit: «Mort
à Mahomet», ou «Que le Dalaï-Lama soit embarré dans un contenant
hermétique rempli seulement de monoxide de carbone», ou «Si la
Vierge Marie avait connue l'avortement, on aurait eu moins
d'emmerdements». Il y a une différence entre affirmer une Foi
différente (ou une absence de Foi), et attaquer le Fondateur d'une
religion. Je n'ai rien contre une affiche qui dit: «Je crois que
Jésus n'est pas le Seigneur», ou «Mon Dieu s'appelle Science», etc.
Mais «Mort à Jésus» est clairement haïneux envers tous les chrétiens.


>> La diagonale au travers de la pub de Hugh aurait-elle pu être
>> une indication qu'il voulait tous les exterminer?

De tels problèmes sont une des raisons pour lesquelles j'ai
tendance à présenter mes opinions les plus controversées par
écrit, et non avec des images. Par exemples, mes Listes de lecture
pour les pro-choix ou les homosexuels
ne montrent pas d'images de pro-choix en train de se faire frapper
en-dessous de la ceinture, ou de personnes ayant des attirances
envers le même sexe qui se font «exterminer» graphiquement ou
autrement. Je recommande d'éviter des images qui peuvent être
mal interprétées.

Au plaisir!

Stefan

4.1.3) Anonyme, 2007-octobre-20

-----Original Message-----
From: [Anonyme]
Sent: 20 octobre 2007 15:50
To: Stefan Jetchick
Subject: Re: Devrait-on adopter cette cause: Poursuite contre le parti
Quebec-Solidaire?

Salut Stefan

[...]

Tu as dit que tu étais partiellement d'accord. Je demande que tu
esquisses les paramètres déterminant combien de liberté chaque
personne devrait avoir. [Je vois au moins trois possibilités]:

1) Les gens n'ont pas le droit de dessiner une image que
quelqu'un d'autre pourrait trouver offensante. SVP inclure comment
on va déterminer ce que chaque personne au Canada va trouver
offensant, c'est-à-dire que des gens ont déjà été accusés
de violations des droits de la personne pour avoir parlé contre
la pratique de l'homosexualité parce que cela faisait de la
peine à quelqu'un. Dois-je considérer dans toutes mes communications
jusqu'à quel point chaque personne au Canada est sensible?

2) Les gens ont le droit de dessiner des images qui peuvent
être jugées offensantes par certaines personnes. Toutefois, qui
décide ce qui est offensant? Est-ce un standard changeant fondé
sur des normes sociales? Si les normes sociales changent, est-ce
que la première personne, qui ne s'en est pas rendu compte et
qui a marché sur les orteils de quelqu'un d'autre, aura des
accusations portées contre elle?

3) Les gens peuvent dessiner toutes les images qu'ils veulent,
toutefois, il ne peuvent pas agir avec la même liberté. Il n'y
a aucun doute dans l'esprit de qui que ce soit ce qui est légal,
et ce qui ne l'est pas. Je peux dessiner, mais pas agir. Je peux
faire de la peine à quelqu'un, mais je ne peux pas physiquement
faire mal à quelqu'un. Il n'y a pas de subjectivité ici. Les
sentiments sont subjectifs, les actions ne le sont pas.

[...]

Les limites ne peuvent pas être subjectives, ça en laisse trop
à la discrétion de ceux qui font le jugement. Ce juge peut être
d'accord, mais un autre non. On ne peut jamais savoir ce qui
est bien et ce qui est mal. Si nous avons une norme objective,
alors tout le monde sait ce qui est légal et ce qui ne l'est pas.

[...]

Essayons de déterminer un peu plus alors... Est-ce que Superman
en train de tabasser le méchant serait acceptable ou non?
Pourquoi est-ce OK pour lui d'agresser quelqu'un dans un film,
mais pas pour moi d'agresser quelqu'un en images?

Est-ce que cela serait une violation des droits d'afficher une
image de l'holocaust? Ça montre des juifs morts, donc techniquement
ça pourrait être classé comme de la haine. Ou, les lois anti-haine
devrait-elles être seulement applicables si ça présente un côté
de la discussion? En d'autres mots, c'est OK pour les juifs de
montrer des images de l'holocaust, mais pas OK pour des néo-Nazis
de montrer des images de l'holocaust? Que faire si nous ne sommes
pas sûrs de l'intention d'un organisme qui montre des images de
l'holocaust? Faudrait-il exiger une déclaration écrite disant
qu'ils l'affichent historiquement, et pas comme endossement? Que faire
si je suis en désaccord avec leur déclaration, et que je crois
qu'ils sont en fait en train de se glorifier de la mort des juifs
dans cette image?

Tant qu'on laisse une loi être subjective, on ne peut jamais
être sûr quand on fait quelque chose d'illégal.

[...]

Bien que je sois d'accord qu'il est mal élevé de dénigrer verbalement
la foi que quelqu'un d'autre aime, d'en faire un crime est
mauvais. Par amour pour notre prochain, nous devrions développer
des inhibitions concernant l'affirmation de choses haineuses.
C'est le développement des bonnes manières qui est en question ici,
pas de savoir si on devrait permettre aux gens de dire ce qu'ils
souhaitent pour blesser leur prochain.

[...]

Certaines personnes n'ont pas la parole facile, mais ils sont
artistiques. Ils trouvent difficile l'expression verbale, et
dépendent des images. Cela pourrait inhiber leur capacité de
communiquer, si on exigeait l'expression écrite seulement. Nous
nous serions alors occupés seulement des gens à la parole facile,
dans notre société.

[...]

O_O Ceci est mon dernier courriel aux opinions arrêtés! O_O
Je fous le camp! O_O

Bien à toi pour les disputes joyeuses,

[Anonyme] :-)

4.1.4) S. Jetchick, 2007-octobre-25

Re-bonjour, [Anonyme],

En passant, merci encore de «ferrailler» avec moi, puisque tu
soulèves des questions très importantes et très fondamentales.

Je dois aussi commencer ce courriel avec un désistement: J'en
apprends encore. Je ne peux pas encore donner des réponses parfaites
à tes objections, puisque je n'ai pas encore assez étudié ce sujet.
Mais j'y travaille!


>> Je demande que tu esquisses les paramètres déterminant combien
>> de liberté chaque personne devrait avoir.

Manifestement, une demande tout-à-fait légitime, à laquelle je
vais tenter de donner une réponse avec empressement!


>> 1) Les gens n'ont pas le droit de dessiner une image que
>> quelqu'un d'autre pourrait trouver offensante.

Bien sûr, si c'est ça la loi, nous sommes tous foutus!

:-)

Par exemple, je pourrais dessiner une image d'un cheval, et un
membre d'une secte «adoratrice de chevaux» pourrait me traîner
devant les tribunaux pour avoir insulté son dieu!

La loi ne devrait pas dire: «Une image, que quelqu'un trouve
offensante, est illégale». Comme tu le signales correctement,
cela mène à des lois subjectives, qui sont un désastre pour
un pays.

La loi devrait dire: «Une image, que l'homme prudent (ou «butant»)
trouve offensante, est illégale». Cela peut sembler inoffensif,
ou évident, ou même ridicule, mais en fait, c'est un énoncé
très profond qui pourrait nous prendre des années à explorer
complètement.

L'expression «homme prudent (ou butant)» remonte à Aristote
(de nombreux siècles avant le Christ). Le mot «butant» à rapport
à la vertu de «butance», et la sorte la plus importante
de butance est celle qui donne de bonnes lois
[Summa Theologica, IIa-IIae, q. 50, a. 1 et 2; Aristote,
Éthique à Nicomaque, livre 6, 5; etc.].

Mais ne suis-je pas simplement en train de repousser le problème?
Comment allons-nous déterminer qui est un «homme butant»? N'est-ce
pas «subjectif»? C'est une bonne question, mais pas une question
juridique. Notre capacité de connaître la vérité, à propos de choses
non-physiques et non-mesurables, est une question philosophique.
Voir Erreur: «Docteur, ça fait mal ici, et ici, et ici!»


>> SVP inclure comment on va déterminer ce que chaque personne
>> au Canada va trouver offensant

C'est impossible, et sans rapport. Ce qui compte légalement n'est pas
ce que n'importe qui perçoit comme offensant, mais ce qui est
réellement offensant.


>> des gens ont déjà été accusés de violations des droits de la
>> personne pour avoir parlé contre la pratique de l'homosexualité
>> parce que cela faisait de la peine à quelqu'un.

Oui. D'abord, pour autant que je le sache, les Tribunaux des droits
de la personne sont une farce et doivent être éliminés. Ensuite,
ça dépend comment on a parlé contre cette «pratique de l'homosexualité».
Je sais que j'ai fait tout mon possible pour être traîné devant le
Tribunal des droits de la personne du Québec, sans succès jusqu'ici.


>> Est-ce un standard changeant fondé sur des normes sociales?

Oui, dans une société corrompue. Dans une société normale,
c'est une norme fondée sur la raison.


>> Il n'y a aucun doute dans l'esprit de qui que ce soit
>> ce qui est légal, et ce qui ne l'est pas.

Je comprends l'intention de ton Option No. 3. Tu veux
éliminer la subjectivité, grâce au matérialisme. En
d'autres mots, selon ton Option No. 3, la vérité ne peut
pas être connue avec certitude dans les choses
immatérielles, mais on peut connaître la vérité avec
certitude, dans les choses matérielles.

Sauf que, manifestement, les lois canadiennes actuelles
démontrent que c'est faux.
N'importe qui peut tuer n'importe quel enfant à naître
n'importe quand, pour n'importe quelle raison, de la
conception à l'accouchement.

Tu sous-estimes l'importance de la raison. Ce sont les
idées qui mènent le monde, pas la matière.


>> Les sentiments sont subjectifs, les actions ne le sont pas.

D'abord, comme je viens de le signaler, ceci n'évite pas
les abus dans le Système judiciaire.

Ensuite, nous ne parlons pas d'émotions, mais de faits moraux.


>> Les limites ne peuvent pas être subjectives [...] Si nous
>> avons une norme objective, alors tout le monde sait ce qui
>> est légal et ce qui ne l'est pas.

Bien sûr, nous sommes tous deux d'accord que les limites ne
doivent pas être subjectives, et que nous avons besoin d'une
norme objective. Mais je prétends que des choses non-physiques
peuvent aussi être parfaitement objectives.


>> Est-ce que Superman en train de tabasser le méchant serait
>> acceptable ou non?

Pas acceptable. Superman ne tabasse pas le méchant. Superman
arrête le suspect, lui lit ses droits, puis l'emmène en prison
où il lui tend le téléphone pour que le suspect puisse appeler
son avocat.


>> Pourquoi est-ce OK pour lui d'agresser quelqu'un dans un film

Ce n'est pas OK.

Si un film présente un homme méchant qui agresse quelqu'un,
puis montre cet homme méchant en train de se faire arrêter
correctement par Superman, c'est OK. Le mal est présenté
comme mal, et le bien comme bien.

Si un film présente le mal comme le bien, et le bien comme le
mal, alors il devrait être censuré.


>> Est-ce que cela serait une violation des droits d'afficher une
>> image de l'holocaust?

Ça dépend. Si on affiche cette image avec la légende: «Ces
gentils Nazis avaient vraiment le tour de se débarasser de la
vermine!», ce n'est pas acceptable. Si c'est un livre d'histoire
qui décrit ce qui s'est passé durant la Deuxième guerre mondiale,
c'est acceptable.


>> Que faire si nous ne sommes pas sûrs de l'intention d'un
>> organisme qui montre des images de l'holocaust?

La loi humaine ne régit pas ce qu'on appelle techniquement «le
for interne». Dieu punit les pensées et les intentions
méchantes et totalement privées, mais la loi humaine ne traite
que de ce qui peut être observé, directement ou indirectement.


>> Que faire si je suis en désaccord avec leur déclaration,
>> et que je crois qu'ils sont en fait en train de se glorifier
>> de la mort des juifs dans cette image?

Si tout ce que tu as est une «croyance», comme tu le dis, ça
ne vaut rien. Il faut des faits.


>> Bien que je suis d'accord qu'il est mal élevé de dénigrer
>> verbalement la foi que quelqu'un d'autre aime, d'en faire
>> un crime est mauvais.

C'est pourquoi je ne parle pas de ça. Je dis spécifiquement que
nous avons le droit d'être publiquement en désaccord avec la
foi de quelqu'un d'autre. Ce que nous n'avons pas le droit de
faire, c'est d'encourager la haine et la violence envers les
autres.


>> Certaines personnes n'ont pas la parole facile, mais ils
>> sont artistiques. Ils trouvent difficile l'expression
>> verbale, et dépendent des images.

Rien de mal à s'exprimer en images. Mais si vous encouragez
les gens à la haine et la violence avec vos images, c'est mal.
Si vous n'êtes pas sûr si vos images pourraient encourager la
haine et la violence, alors: «Dans le doute, abstiens-toi».


*     *     *     *     *

Maintenant, à propos de toute cette discussion, il faut
garder en tête:

	«Le Principe de la bouteille de bière».

Apparemment, il y a de nombreuses années, un célèbre avocat a
poursuivi le propriétaire d'un stade de baseball. Son client
avait été blessé durant un match, quand un spectateur assis loin
en haut dans les estrades avait lancé une lourde bouteille de
bière en vitre, qui était tombée sur la tête de son client.

Cet avocat avait gardé un sac de papier brun devant lui
durant tout le procès. À la fin du procès, le juge a demandé:
«Mais, qu'est-ce que vous avez dans ce sac de papier?» L'avocat
a sorti... un verre en papier ciré. Il a gagné, et aucun
stade aux USA ne vend de la bière dans des bouteilles de
vitre depuis ce temps.

Ce principe peut aussi être appliqué aux pancartes et aux
circulaires utilisées durant une manifestation. Si un homme
butant peut enlever la haine et la violence de ces
pancartes et circulaires, sans enlever la liberté d'expression,
alors conserver cette haine et cette violence est mauvais.

Comme tu peux le lire ailleurs dans cet échange de courriels,
soit avec toi ou avec le gars du Parti Québec-Solidaire,
c'est assez facile de garder le message pro-choix, tout en
éliminant la haine et la violence.

Tzigidou!

Stefan

4.2) Un membre du Parti Québec-Solidaire

-----Original Message-----
From: [Anonyme]
Sent: 17 octobre 2007 14:22
To: Stefan Jetchick
Subject: Re: Poursuite de Québec-Solidaire par le Parti de
l'héritage chrétien?

[...]

Je ne suis pas spécialiste de la chose juridique, du tout.
J'ai plus de questions que de réponses. Par exemple, en appuyant
cette manifestation, à quel point QS est-elle garante de
l'ensemble des activités y ayant eu lieu?

[...]

Il y a deux éléments apportés ici: la pancarte «Si Marie
avait connu l'avortement, on aurait eu moins d'emmerdements»
et l'image sur la circulaire. Je les traiterai à part.

La pancarte m'apparaît bénine. Dans le contexte de la
manifestation, les «emmerdements» mentionnés sont les
revendications des pro-vie, et Jésus le porteur de cette
idéologie. Il m'apparaît qu'on s'attaque non pas à l'homme,
ni à l'ensemble de sa symbolique, mais bien à cet aspect
précis qu'est la position qu'on lui reconnaît par rapport
à l'avortement. Autrement dit, je n'y lis pas «Mort à
Jésus», mais plutôt «Mort à l'idéologie pro-vie».

Par rapport à l'image de la circulaire maintenant. Mes
sentiments sont partagés. Je dénonce toute forme de violence,
dont la violence physique. Ainsi, le coup de pied porté
au prêtre catholique m'apparaît fortement inappropriée.
Toutefois, je nuance ton interprétation. Considérant que,
sur le dessin, le coup est donné à un prêtre catholique
(et non à un simple chrétien), et que le coup soit porté
en bas de la ceinture (et non ailleurs), et que ce
dessin est placé sur un tract pro-choix, alors je l'interprête
non pas comme étant une incitation à la violence envers
les chrétiens, mais bien comme un rejet de la position
de l'église catholique (symbolisé par le prêtre) sur le
débat sur l'avortement.

C'est ma vision des choses. Je suis peut-être biaisé dans
mon interprétation, et peut-être qu'il ne faut pas lire
ce type de dessin de la façon dont je le fais. Là encore,
sur le plan juridique, je ne sais pas comment «lire» ce
type de message.

Je me permets un commentaire sur la question de l'avortement.
J'ai dit précédemment que je dénonce toute forme de violence.
Eh bien, la position des pro-vie est à mes yeux très
violente! Le tort qu'elle cause à un pan entier de la
population est majeur - une perspective historique sur la
question nous permet de bien en prendre conscience.

À quel point cette prise de vue est comprise du côté des
catholiques pro-vie?


Je sais que ce n'est pas l'angle de vision considéré par
les pro-vie catholiques sur la question, les dogmes de
l'église catholique ayant prédominance sur ces considérations
sociales (je me trompe?). Et c'est ce que je déplore...

[...]

Et pour conclure, je fais écho au titre du livre: la
question n'est pas de savoir si la croyance en dieu est bonne,
mauvaise ou non pertinente, mais de savoir si elle est
utile ou non!

Oh, et qu'est-ce qui est «utile»?... On s'en sort jamais
de ces considération existentielles, Albert Camus l'a bien
compris d'ailleurs!

[Anonyme]

Québec solidaire
www.quebecsolidaire.net

 

Bonjour [Anonyme],


>> Par exemple, en appuyant
>> cette manifestation, à quel point QS est-elle garante de
>> l'ensemble des activités y ayant eu lieu?

J'ai envie de parler de «responsabilité antécédente», et
de «responsabilité conséquente».

Supposons que QS ne savait pas quels gestes allaient être
posés durant cette contre-manifestation pro-choix. (C'est
une supposition plutôt branlante, car même les policiers
de la Sûreté du Québec et de la Ville de Québec connaissaient
très bien la réputation des anarcho-communistes
qui ont organisé cette contre-manifestation. Non seulement
ils m'en ont parlé auparavant, mais les policiers se sont
tenus bien loin durant tout l'événement, par peur de se
faire blesser.) Comme QS ne savait pas avant l'événement,
selon notre hypothèse, QS ne peut pas avoir de «responsabilité
antécédente».

Par contre, QS a constaté comme nous ce qui s'est déroulé
durant l'événement. De plus, les témoins présents peuvent
tout confirmer, et j'ai même pris la peine de leur transmettre
mon Rapport de l'événement (grâce entre autres à toi).

Selon moi, QS a donc maintenant la «responsabilité conséquente»
de dénoncer les agissements anti-chrétiens qui se sont produits
durant la contre-manifestation qu'ils ont officiellement
endossé.

On peut arriver à la même conclusion différemment. Si, à notre
Chaîne pour la Vie, un groupe de manifestants pseudo-pro-vie se
mettait à gueuler «Mort aux avorteuses!», et à distribuer des
circulaires montrant une femme pro-choix en train de se faire
battre par des pro-vie, tu peux être certain que le lendemain,
j'enverrais une lettre publique d'excuses à tous les organisateurs
de la contre-manifestation pro-choix, avec copie conforme à
tous les médias, et que j'afficherais ça sur mon site web
personnel, et sur celui de Pro-Vie Québec.

Non seulement je ferais toutes ces choses le lendemain, mais
durant notre manifestation pro-vie, j'interviendrais avec toutes
les possibilités à ma disposition. D'abord, j'expulserais physiquement
ces gens de notre groupe. Ensuite, je ferais gueuler à l'unisson
toutes mes troupes quelque chose comme: «Dieu veut sauver tous les
pécheurs, mêmes les avorteurs!», pour tenter d'enterrer les
imbéciles pseudo-pro-vie. J'essayerais aussi d'aller voir le plus
vite possible des chefs pro-choix de l'autre côté de la rue,
pour leur dire que je condamnais ces pseudo-pro-vie, et qu'ils
ne faisaient pas parti de notre groupe, etc.

Mais attention! Ce n'est pas tout!

Non seulement je ferais toutes ces choses pendant notre
manifestation pro-vie, mais je fais déjà des choses avant nos
manifestations, pour éviter ce genre de dérapages. Nous
avons un Code de Conduite bien visible sur notre site web, et
distribué aux participants pro-vie. Ce Code énonce clairement
la nécessité d'être non-violent et courtois. De plus, les messages
sur nos pancartes sont «coulés dans le béton»; ce n'est pas nous
qui les choisissons, et nous devons les montrer tous, et nous
n'avons pas la permission d'en montrer d'autres. Nous collaborons
aussi autant que possible avec les forces de l'ordre autant provinciales
que municipales, ainsi que les services de sécurité du CHUL et du
centre d'achat Place Laurier.

En d'autres mots, un groupe de manifestants qui veut vraiment
être courtois, respectueux et démocratique, peut très facilement
l'être. Il suffit d'avoir un peu de bonne volonté, pour que les
moyens suivent naturellement.

Québec-Solidaire a le devoir civique d'avoir cette bonne
volonté.


>> La pancarte m'apparaît bénigne. [...] je n'y lis pas «Mort à
>> Jésus», mais plutôt «Mort à l'idéologie pro-vie».

Je suis tout-à-fait d'accord que cette pancarte signifie,
entre autres, «Mort à l'idéologie pro-vie». Je suis
aussi tout-à-fait d'accord avec toi qu'une pancarte qui
dit littéralement: «Mort à l'idéologie pro-vie», est une
pancarte parfaitement acceptable dans une société démocratique
et pluraliste.

Sauf qu'il faut rester en contact avec la réalité. Il n'était pas
écrit «Mort à l'idéologie pro-vie» sur cette pancarte.

Jésus est le seul enfant de Marie, alors souhaiter l'avortement
pour Marie, c'est souhaiter la mort de Jésus. Les pro-vie ne
considèrent pas que la personne humaine commence à exister seulement
après l'accouchement, comme nos lois canadiennes le prétendent.
Au contraire, et tout particulièrement dans le cas de Jésus,
c'est dès le premier instant de la conception qu'on a affaire à
une personne humaine. (Tu te souviens de «Je vous salue, Marie,
pleine de grâce»? Tu peux aller lire ces mots dans l'Évangile
selon saint Luc, chapitre 1, verset 28. C'est ce que les chrétiens
appellent l'Annonciation. Quelques moments plus tard,
la Vierge Marie dit qu'elle «désire cette grossesse» de tout son
coeur, et à ce moment Dieu-le-Fils vient prendre chair, c'est
l'Incarnation. Je te rappelle ces choses, non pas parce
que tu es d'accord avec la Bible, mais pour te prouver par A + B
que souhaiter l'avortement pour Marie, c'est souhaiter la mort de
Jésus.)

De plus, Jésus est le Fondateur de la religion chrétienne. Et
pour empirer les choses, dire «Mort à Mahomet» est moins pire que
dire «Mort à Jésus». Les musulmans ne considèrent pas que Mahomet
est Dieu, alors que les chrétiens croient dur comme fer que
Jésus est vraiment Dieu.


>> Par rapport à l'image de la circulaire maintenant [...] je
>> l'interprête non pas comme étant une incitation à la violence
>> envers les chrétiens, mais bien comme un rejet de la position
>> de l'Église catholique (symbolisé par le prêtre) sur le
>> débat sur l'avortement.

Encore ici, je suis tout-à-fait d'accord avec toi que cette
image signifie, entre autres, le rejet de la position
de l'Église catholique sur l'avortement.

Sauf que ce n'est pas le seul message de ce dessin. Imagine un
peu de quoi aurait eu l'air un dessin qui aurait vraiment
signifié: «Nous rejetons la position de l'Église catholique
sur l'avortement». Par exemple, ils auraient pu dessiner un
policier en train de barrer le passage, poliment mais fermement,
à un prêtre catholique, et laissant ainsi passer une femme
enceinte qui se dirige vers un bâtiment où il est écrit:
«Clinique de planning familial».

Ce dessin aurait voulu clairement dire: «La position de l'Église
sur l'avortement est fausse, et nous voulons que les autorités
défendent les droits des femmes». Pas de violence, pas de haine.

Frapper un prêtre catholique est un acte beaucoup plus grave
que frapper un simple chrétien ordinaire, tout comme frapper
un général est plus grave que frapper un simple soldat, ou tout
comme frapper un juge est plus grave que frapper un simple
greffier. Si frapper un prêtre catholique est bon, alors à
plus forte raison il est bon de frapper un simple chrétien.

Frapper quelqu'un en bas de la ceinture est plus grave que
de le frapper en haut de la ceinture. C'est une autre manière
de dire: «Même les coups bas deviennent de bons coups,
lorsqu'on les assène à des sous-humains».


>> C'est ma vision des choses. Je suis peut-être biaisé dans
>> mon interprétation

Pas problème. J'ai la solution-miracle. Signe ce formulaire
et renvoie-moi le!


>> la position des pro-vie est à mes yeux très
>> violente!

Je pense peut-être comprendre en quel sens tu qualifies notre
position de «violente».


Supposons, par exemple, que je voulais aller à l'hôpital pour me
faire enlever mon appendice infectée, et que des «pro-vie-
d'appendice» tentaient de me barrer le chemin, en brandissant des
pancartes du genre: «L'appendectomie est un meurtre!» Je serais
fâché, et très inquiet aussi! Si je retarde trop mon
appendectomie, je risque de mourir d'une péritonite! Je trouverais
ces gens cinglés et violents, car c'est mon corps, et j'ai bien le
droit à une opération chirurgicale qui va me sauver la vie!

D'un autre côté, il faut aussi que toi tu fasses un effort
d'imagination. Supposons une mère de famille, avec ses deux
enfants, une fillette de 2 ans, et un garçonnet de 5 ans. Cette
femme s'écrie: «J'aurai les enfants que je veux, quand je veux!
Et aujourd'hui, je ne veux pas d'enfants!» Alors cette mère de
famille saisit un couteau de cuisine, et s'apprête à trancher
la gorge de ses deux enfants. Si un policier arrivait juste à
temps, et qu'il attrapait le poignet de cette femme, et l'empêchait
de tuer ses deux enfants, dirais-tu que ce policier est
«violent»? Non, bien sûr.

On se retrouve donc, une fois de plus, devant le point le plus
important du débat entre pro-choix et pro-vie: Qu'est-ce qui
est tué par un avortement? Si ce qui est tué par un avortement
n'est pas une personne humaine, alors je suis d'accord
avec toi que refuser l'accès à l'avortement est une violation
des droits fondamentaux des femmes.


>> les dogmes de l'Église catholique ayant prédominance sur
>> ces considérations sociales

En passant, la position de l'Église catholique sur l'avortement
n'a aucun rapport avec la Foi ou les dogmes. C'est une question
de morale naturelle, c'est-à-dire que les raisons pour condamner
l'avortement sont accessibles à tous, croyants ou pas.

Si jamais tu veux en savoir plus sur notre position concernant
l'avortement, je te recommande:
«Une liste de lecture pour les pro-choix».


>> Et pour conclure, je fais écho au titre du livre: la
>> question n'est pas de savoir si la croyance en Dieu est bonne,
>> mauvaise ou non pertinente, mais de savoir si elle est
>> utile ou non!

Il faut faire attention au Pragmatisme. C'est la théorie préférée
des Nazis. Si exterminer les juifs est utile pour le peuple
allemand...

Au plaisir!

Stefan

 


5) Défi lancé aux gens qui ne voient pas le fondement de la plainte contre QS

Vous trouvez que la plainte contre le Parti Québec-Solidaire est sans fondement? Pas problème! Faites imprimer le formulaire suivant, signez-le et datez-le, et faites-le moi parvenir. Je vais afficher votre formulaire sur mon site web.

AVERTISSEMENT: SVP consultez votre avocat (et votre psychiatre) avant de signer ceci!


	Je soussigné affirme que le Canada doit défendre farouchement le
	droit inaliénable des citoyens à dire publiquement des choses comme
	«Mort à Mahomet», ou «Mort aux tapettes», ainsi que le droit de
	distribuer des circulaires montrant un juif ou un homosexuel en
	train de se faire tabasser.

	Signé:   ___________________________________

	Date:    ___________________________________

	Adresse: ___________________________________

| Accueil >> Politique