| Accueil >> Politique

La SRC: Propagande gauchiste financée par le contribuable

Définancez la SRC (Société Radio-Canada)!
Définancez la SRC (Société Radio-Canada)!

1) Introduction

Dans cet article, je vais essayer d'expliquer pourquoi je prétend que la Société Radio-Canada (SRC ou CBC en anglais) est une machine de propagande gauchiste financée par les contribuables canadiens.

2) Mes non-prétentions

Comme d'habitude, commençons avec les choses que je ne prétends pas:

2.1) Je ne prétends rien à propos de toute la longue histoire de la SRC, juste l'histoire récente (mettons, 10 ans environ). Peut-être que la SRC était bien bonne il y a longtemps.

2.2) Je ne prétends rien à propos des émissions de la SRC qui n'ont rien à voir avec la propagande gauchiste, comme les bulletins météo, les émissions de cuisine, les sports, etc. (à ma connaissances, ces émissions sont bien correctes).

2.3) À ma connaissance, il n'y a pas de bon canal de télévision ordinaire («Mainstream» en anglais). J'insiste sur ceci à cause du réflexe des gauchistes, qui se mettent à vomir sur «Fox News» dès que quelqu'un critique la SRC. Primo, je parle de la SRC, pas de «Fox News» ou d'un autre média. Secundo, le peu que je connais de «Fox News» m'inspire autant de méfiance qu'envers la SRC.

2.4) Je ne demande pas à la SRC de remplacer la propagande gauchiste par de la propagande de droite! La propagande, c'est de la propagande, et je n'aime pas la propagande!

2.5) Je n'exige même pas que la SRC arrête de faire de la propagande gauchiste! Je veux juste que la SRC cesse de censurer les chrétiens! Un peu comme une petite quantité de chlore dans beaucoup d'eau infectée, un peu de vérité dans beaucoup de propagande est vastement suffisante pour neutraliser les mensonges. Mais nous avons vraiment besoin de ce petit peu de chlore! La SRC doit cesser de censurer les chrétiens, qui paient une grande partie de son budget. Ou alors la SRC devrait être complètement définancée des fonds publiques.

3) Qu'est-ce que «la propagande gauchiste»?

Comptine pour Hitler.
[Source]

Je ne sais pas quelle est la vôtre, mais ma défintion de gauchiste est clairement sur ce site web.

Il y a plusieurs sortes de propagande. Une d'entre elles est la propagande directe, comme un livre de comptines d'enfant avec des chansons de louange quasi-divines pour Adolf Hitler (voir exemple ci-haut). Une forme plus subtile est la propagande indirecte, qui est celle actuellement employée par la SRC. Leur «recette» est simple:

- Ne donnez jamais, jamais accès à un chrétien à du temps d'antenne en direct. La censure exige des ciseaux et du temps, et vous ne pouvez pas faire cela en direct.

- Quand vous interviewez un chrétien, il ou elle sera probablement bien gentil, alors interviewez-les très longtemps, posez-leur plusieurs questions-piège conçues pour faire mal paraître les chrétiens, puis coupez les pires treize secondes de cette longue entrevue, préparez votre auditoire avec des calomnies qui vont leur faire interpréter incorrectement ces treize secondes, et seulement alors montrez ce bref extrait. Ensuite, changez immédiatement le sujet, pour que les auditeurs absorbent les émotions négatives que vous venez d'associer aux chrétiens, sans leur donner le temps de penser au manque de fondement logique pour cette association.

- Si vous n'êtes pas capable de trouver treize secondes à présenter de manière biaisée, faites semblant que l'entrevue ne s'est jamais produite, et effacez tout ce que ce chrétien à dit.

Et bien sûr, lorsque la SRC trouve un gauchiste (par exemple, Raymond Gravel) qui dit ce qu'ils veulent dire, ils vont donner beaucoup de temps d'antenne à ce gauchiste, avec de longues entrevues, pas de questions-piège, des présentations complaisantes, de bonnes prises de vues, etc.

4) Quelques contacts que j'ai eu avec la SRC

Parce que j'organise une petite manifestation pro-vie à chaque année, et parce que je me suis présenté aux élections fédérales à chaque fois depuis 2006, j'ai été interviewé plusieurs fois par des journalistes de la SRC. Voici mes souvenirs:

Infoman.
Infoman (Jean-René Dufort)
[Source]

4.1) Infoman (Jean-René Dufort). Durant la campagne électorale fédérale de 2008, Infoman est venu m'interviewer dans ma cour avant. C'est une émission humoristique, et Jean-René a été très chic (son caméraman aussi). Par contre, à un moment donné, il m'a posé une question-piège, du genre «Pensez-vous que les petits partis politiques marginaux ont une utilité?» Je lui ai répondu par une question:

Imaginons un pays, un pays complètement cinglé où 48% des citoyens veulent exterminer tous les juifs dans des camps de concentration, 48% des citoyens veulent lyncher tous les noirs, et 2% de la population considère que touts les hommes ont la même dignité humaine inviolable, qu'ils soient juifs, noirs, etc.

Si ce pays imaginaire était une démocratie, et que vous faisiez partie de ce 2% qui respecte la dignité humaine, comment pourriez-vous vous faire élire?

Je me souviens distinctement que Jean-René a «figé», en me regardant, puis j'ai dû lui fournir la réponse: la seule solution, c'est un long effort pour éduquer le peuple, car se faire élire dans ces conditions est impossible. Il a acquiescé. Ce fut un moment fort de l'entrevue, un moment qui aurait donné à réfléchir, mais un moment qui faisait bien paraître les chrétiens, et mal paraître Radio-Canada. Devinez ce qui est arrivé à ce passage? Censuré!

Émilie Dubrueil.
Émilie Dubrueil.
[Source]

4.2) Le téléjournal (Émilie Dubrueil). Encore la campagne électorale fédérale de 2008, mais cette fois-ci ce fut la plus longue entrevue que je n'ai jamais faite. Au moins deux heures, et avec une équipe de tournage complète (Émilie, son réalisateur Pierre Dehaies, et au moins deux autres membres d'équipage pour le son et la vidéo). Ils sont venus chez moi, et ont commencé par me demander d'aller à Saint-Anne-de-Beaupré (une bonne demi-heure de route de chez moi!), pour qu'ils puissent m'interviewer avec en arrière-plan la Basilique. J'ai répondu que primo , la Basilique n'est même pas dans ma circonscription électorale, et surtout secundo, je ne vois pas le rapport entre un bâtiment catholique et la politique. J'ai suggéré plutôt d'aller juste ici à côté au Montmartre Canadien, où ils ont une belle statue de sainte Jeanne d'Arc, qui elle a fait de la politique (en plus d'être une femme!). Ils ont accepté. Nous avons tourné longement à cet endroit, qui est juste devant le fleuve St-Laurent. Parlant de fleuve, la bouche d'Émilie était un fleuve ininterrompu de questions-pièges, auxquelles Marie-Claude (mon «attachée politique» qui m'accompagnait) a dit que j'ai admirablement bien répondu. Moi aussi je trouvais que j'avais évité tous les pièges. Émilie a aussi posé une question sur l'avortement. J'ai répondu par une question, ma question standard à ce sujet:

Commence par mettre tes deux mains devant toi, une main ouverte (pour imiter un bébé), et l'autre main tenant le pouce de ta main ouverte (pour imiter le canal de la naissance qui contient encore le pied gauche du bébé):

Bébé qui gigote et respire, mais dont le pied gauche est encore dans le canal de la naissance.

Puis, fais bouger ta main ouverte, comme si c'était un bébé qui gigotait et respirait, et pose la question suivante:

«Imaginez un bébé, qui respire et gigote, mais dont le pied gauche est encore dans le canal de la naissance de la mère. Selon vous, ce bébé est-il une personne humaine?»

Il fallait voir la réaction d'Émilie! Elle s'est mise à hurler: «COUPEZ! COUPEZ! Vous n'avez pas le droit de poser des questions comme ça!» Elle a complètement perdu les pédales pendant quelques instants. Bien sûr, la SRC a censuré cette partie!

Ensuite, j'ai suggéré qu'on aille à l'Université Laval, pour faire faire un «micro-trottoir», et parler au hasard avec des étudiants. Ils étaient enchantés! Nous avons été au pavillon Desjardins, dans le hall d'entrée. J'ai essayé d'aborder de parfaits inconnus qui marchaient dans le corridor, mais sans succès. Émilie gloussait de bonheur à me voir ainsi rejeté de tous! Moi je n'avais jamais essayé d'aborder des inconnus, alors je n'avais pas la moindre idée comment faire! Heureusement, Marie-Claude est intervenue. Elle a commencé à parler gentilment aux étudiants, leur expliquant que c'était un programme de Radio-Canada, et s'ils étaient intéressés à parler devant la caméra. La plupart, une fois abordés ainsi correctement, étaient enchantés qu'on leur demande leur opinion, et se précipitaient donc vers moi et la caméra. Nous sommes restés pour une dizaine d'étudiants.

J'ai donc commencé à pouvoir aborder les étudiants, mais à chaque fois Émilie m'interrompait et commençait à harceler l'étudiant avec des questions biaisés du genre: «Vous ne trouvez pas que les petits partis marginaux ne servent à rien?» Moi-même j'ai été estomaqué des réponses: presque tous ces étudiants que je ne connaissais pas prenaient la défense des «petits partis marginaux», et avec enthousiasme!

Devinez ce qui a abouti dans le reportage d'Émilie? La partie où tous les étudiants semblaient me rejeter? Oui! La partie où les étudiants apprivoisés répondaient à ses questions? Oui aussi, mais seulement pour le vidéo, car elle avait coupé leurs voix, substituant ses commentaires fielleux à leur jeune enthousiasme pour les petits partis politiques!

Et pour couronner le tout, elle a aussi été interviewer des gens du Parti rhinocéros, et elle a mélangé les deux reportages. Donc le Parti de l'Héritage chrétien a eu droit à deux ou trois minutes, mélangées avec les sottises du Parti rhinocéros...

J'ai même téléphoné au réalisateur Pierre Dehaies, pour lui demander si on pouvait payer pour avoir le métrage brut, les deux heures de tournage qu'on a fait. Non, il «se ferait égorger» s'il faisait ça, m'a-t-il dit. Je pense effectivement qu'il aurait perdu son emploi pour ça. Parce que si j'avais pris ces deux heures, mis ça sur YouTube à côté du «reportage» que la SRC avait fait en ce basant dessus, tous auraient pu voir que la SRC n'est que de la propagande anti-chrétienne.

Manifestants pro-vie contre l'Ordre du Canada de Henry Morgentaler.

4.3) L'Ordre du Canada décerné à Morgentaler. Le 2008-juillet-01, Henry Morgentaler, avorteur et athée militant, a reçu l'Ordre du Canada. Nous avons manifesté juste à l'extérieur de l'entrée de la Citadelle dans le Vieux Québec, là où la cérémonie honteuse a eu lieu.

À un moment donné, une meute de journalistes m'a entouré: il y avait Radio-Canada télévision française, Radio-Canada télévision anglaise, Radio-Canada radio (pas télé) française, et leurs homologues anglophones, en plus de la chaîne de télévision TVA, le journal Le Soleil, etc. Je répondais à leurs questions en anglais et en français. À un moment donné, j'ai posé ma question standard à un journaliste de Radio-Canada anglophone (son visage était asiatique). Il a figé quelques instants, puis a répondu «Oui» (oui, c'est une personne humaine). Je lui ai fait remarquer que la Cour Suprême du Canada était en désaccord avec lui, justement dans ces décisions concernant Morgentaler. Il était stupéfait, et a arrêté de parler. Toutes ces caméras, tous ces microphones, tout le monde a vu et entendu! Et devinez si cela a abouti dans un des reportages de Radio-Canada? Ha!

4.4) Le 25e anniversaire du jugement Morgentaler de la Cour suprême. Aux environs du 28 janvier 2013 (peut-être ce jour-là même, je ne me souviens plus) une journaliste de Radio-Canada (désolé, j'ai oublié son nom) m'a téléphoné pour avoir une entrevue afin d'obtenir la réaction officielle du groupe «Pro-Vie Québec» à l'occasion du 25e anniversaire du jugement Morgentaler. Je lui ai dit pas problème, il me fera plaisir, mais je lui ai expliqué ma méfiance étant donné mes expériences passées, et la technique habituelle de prendre de longues entrevues et de garder seulement une treizaine de secondes. Elle m'a avoué que oui, c'était ça qu'ils avaient l'intention de faire. Je lui ai dit qu'elle aurait dû me le dire, avant. Elle a dit que parfois elle avertissait ses interviewés. Alors je lui ai dit que si je n'avais qu'une treizaine de secondes, la question standard était la réaction officielle du groupe que je représentais. (Un des avantages de cette question, c'est qu'elle manifeste à tous les auditeurs que la quasi-totalité de tous les citoyens canadiens, même après 25 ans, considère encore que la Cour suprême s'est mis un doigt dans l'oeil jusqu'à l'omoplate. De plus, n'importe qui peut vérifier par soi-même ce fait, pas besoin de croire ni moi, ni Radio-Canada.)

Bien sûr, elle a hurlé! Elle a dit qu'il était absolument hors de question de parler du «foetus». Je lui ai fait remarquer que ce treize secondes était la réaction officielle du groupe que je représentais, et que ce n'était pas à elle de choisir notre réaction officielle. Elle a répété son refus. «Donc vous nous censurez?» lui ai-je dit. «Non, car nous de Radio-Canada, nous ne faisons pas de censure!», m'a-t-elle répondu avec d'assurance, avant de raccrocher. Devinez ce qui s'est produit avec cette entrevue!

4.5) La conférence de presse du Cardinal Ouellet. J'ai été interviewé par des journalistes de Radio-Canada au moins deux autres fois, dont une à la conférence de presse du Cardinal Ouellet au bureaux du diocèse de Québec, lorsqu'il a annoncé son départ pour Rome (j'avais été «embauché» par LifeSiteNews.com pour être leur «journaliste». Et oui, je sais que c'est bizarre qu'un «journaliste» se fasse interviewer par d'autres journalistes après une conférence de presse).

Pour comprendre ce qui s'est passé ensuite, vous devez savoir que pendant qu'il était évêque du diocèse de Québec, le Cardinal Ouellet a été sauvagement condamné par les médias du Québec, parce qu'il était un petit peu pro-vie, et pendant ce temps, les autres évêques Canadiens-français sont restés très silencieux et n'ont pas été importunés par les médias. De plus, j'ai souvent critiqué le Cardinal Ouellet durant ces années, entre autres parce que sa position «pro-vie» était si diluée et faible comparée à la position officielle de l'Église.

Alors, ayant tous ces journalistes de Radio-Canada autour de moi de nouveau, avec force enregistreuses qui roulaient, j'ai ouvert le feu sur tous les évêques du Québec pour le scandaleux abandon de leur devoirs envers les enfants à naître (sauf pour Ouellet, le moins pire de la bande). J'ai attaqué longuement et durement, expliquant la vraie position de l'Église, et disant entre autres que les évêques du Québec devraient déchirer leur chèque de paie, et aller travailler chez Tim Horton plutôt que de faire semblant d'être des évêques.

Quelques jours plus tard, un prêtre dans l'ancienne Europe de l'Est téléphonait à un confrère ici à Québec pour lui parler du reportage de la SRC où on voyait ce jeune homme dire de «belles choses» à propos du Cardinal Ouellet (et rien d'autre, c'est tout ce que le reportage de la SRC contenait)! Oui, un autre exemple des «ciseaux magiques» de Radio-Canada! Les évêques «catholiques» pervers se font toujours protéger, et les enseignements officiels de l'Église sont toujours obscurcis!

4.6) Trudeau aux funérailles pour les victimes des djihadistes du Burkina Faso. Le 2016-février-06 vers 11h00 à l'église Saint-Thomas-d'Aquin à Québec, j'ai été distribuer une circulaire. Il y avait au moins trois équipes de télévision, dont TVA et Radio-Canada. La journaliste de Radio-Canada (dont je n'ai pas le nom, désolé, mais elle était assez jeune, courte sur pattes et grassouillette) m'a invectivé, me disant quelque chose comme «nous sommes Radio-Canada, nous ne faisons pas de propagande». Moi j'avais les mains gelées, et pleines de circulaires, alors je lui ai demandé une plume pour rajouter «/src» au bas de la circulaire, là où il y avait l'adresse de mon site web (car si vous écrivez «www.jesus-eucharistie.org/src», vous tombez sur ce texte-ci). Elle a refusé presque en criant. Moi je lui ai dit, en haussant le ton, que j'avais eu de nombreuses interactions avec plusieurs journalistes de la SRC, et que j'avais les preuves que la SRC fait de la propagande, et qu'il suffisait qu'elle aille lire, mais «NON! JE NE VAIS PAS ALLER VOIR! NOUS SOMMES RADIO-CANADA, NOUS AVONS NOTRE CODE DE DÉONTOLOGIE, ET NOUS NE FAISONS PAS DE PROPAGANDE!»

Ben, dans ce cas, allez lire quelques minutes madame, et vous verrez. «NON! JE NE VEUX PAS ALLER VOIR!» Alors voilà. Rien à faire, elle avait «la foi du charbonnier», la foi aveugle en la pureté de la SRC! Aucune preuve, aucun document, aucun raisonnement ne pouvait ébranler sa foi, car elle choissisait de croire les yeux fermés!

Un autre aspect rigolo de toute cette histore est que j'ai été très poli durant tout l'événement, et que ma circulaire est exactement ce dont nous avons besoin pour éviter de telles tragédies à l'avenir (nous devons commencer à avoir une vision plus réaliste de l'islam), et qu'en plus à un moment donné une dame m'a demandé de l'aide parce qu'elle ne pouvait pas monter les escaliers avec sa poussette et son bébé. Alors j'étais là, le «Grand Méchant Inquisiteur» avec sa circulaire «pleine de haine», en train de soulever doucement le bébé dans sa poussette pour le faire monter les escaliers, devant trois équipes de télévision avec leurs caméras! Bien sûr, si j'avais été en train de passer des circulaires en faveur de l'ordination des femmes ou des «mariages gais» dans les églises catholiques, toutes les caméras auraient filmé ceci, et les reporteurs se seraient extasiés sur «jusqu'à quel point ce gars est si gentil et aidant, en plus d'être si brave de distribuer ses circulaires», et ainsi de suite!

5) Conclusion: Vous aussi pouvez vous amuser avec la SRC!

Bien sûr, mes expériences personnelles ne sont une preuve que pour moi. Vous n'étiez pas là, alors vous n'avez pas l'évidence. De plus, je n'ai pas pris de notes de mes démêlés avec la SRC, je n'avais pas d'équipement audio ou vidéo à portée de la main dans ce temps-là, et ma mémoire ne s'améliore pas avec l'âge.

Mais vous n'avez pas besoin de me croire. Faites des expériences scientifiques! Rassemblez des amis, et faites deux groupes: un groupe va prétendre être des représentants officiels d'un quelconque organisme gauchiste, et l'autre prétendra d'être l'équivalent, mais pour un organisme non-gauchiste. Ensuite, calculez le nombre d'affirmations que chaque côté réussit à faire passer au-travers de la SRC, et dans les oreilles et les yeux des gens qui paient pour la SRC.

Pour des affirmations non-gauchistes, vous pourriez essayer des faits sur la sodomie, des fais à propos du coran, des faits à propos des conséquences logiques de l'athéisme, des faits à propos des fondements rationnels des lois, des faits à propos de l'actuel vide juridique canadien sur l'avortement, etc., etc.

Sousveillance.
[Source]

Mais n'oubliez pas d'amener votre propre caméraman lorsque la SRC va venir vous interviewer. En fait, un caméraman caché, parce que la SRC va probablement refuser d'être filmée pendant qu'ils vont filmer. Cela rendrait leur propagande gauchiste trop facile à voir.

| Accueil >> Politique