| Accueil >> Politique

Dans quel organisme pro-vie devrais-je militer?

www.abortionincanada.ca
(Source: www.abortionincanada.ca)

1) Introduction

Récemment, un lecteur m'a demandé: «Dans quel organisme pro-vie devrais-je militer?» L'article qui suit est la plus brève réponse que je suis capable de donner à cette question.

Petite mise en garde. Toute application d'un principe général à un objet changeant risque de devenir incorrecte avec le temps. Par exemple, si on applique le principe: «Une voiture qui rouille très vite est mauvaise», on pourra juger que la marque de voiture ABC est mauvaise. Mais si quelques années plus tard, le fabricant ABC décide de construire seulement des voitures en acier inoxydable, ce jugement deviendra désuet. Dans l'article suivant, j'applique des principes au meilleur de ma connaissance, mais les organismes que je juge peuvent changer.

2) D'abord, n'empirez pas la situation («Primum non nocere»)

Pour commencer, je prends pour acquis certaines choses. Je présume que vous avez compris que l'avortement est un crime abominable. Je suppose aussi que, de par votre question sur les organismes, vous voyez bien que lutter contre un immense mal exige beaucoup de force, une force que seule l'union peut conférer. Enfin, je présume aussi que vous savez que, sans l'aide de Dieu, nous ne pouvons rien faire [Jn 15:5], et donc que, dans un sens, notre seul espoir est dans la prière.

Cela étant accordé, je pense que la première chose à faire est d'éviter d'empirer la situation («Primum non nocere», comme le disent les professeurs de médecine à leurs étudiants). Plusieurs organismes font semblant de lutter contre l'avortement, tout en étant en fin de compte pro-choix. Quelques exemples:

- Le parti Républicain des USA
- Le parti Conservateur du Canada
- une grande partie de l'apparatchik catholique au Québec
- etc.

Non seulement il faut éviter d'encourager des organismes pro-choix qui se donnent des allures pro-vie, mais selon moi il faut aussi éviter d'aider les organismes pro-vie qui se sont «auto-castrés». Je m'explique. Si vous essayez d'être pro-vie, tout en essayant de vous faire financer par des gens pro-choix, vous allez éventuellement devenir ambigus dans votre défense de l'enfant à naître [Mt 6:24]. L'exemple qui me vient en tête est RVME (Respect de la vie - Mouvement d'éducation). Je voudrais bien vous mettre ici l'hyperlien vers les courriels que j'ai échangés avec ces gens, pour prouver ce que je vous dis, mais ils m'ont menacé de poursuites judiciaires si je dévoilais leurs courriels.

Il est heureusement très facile de détecter des organismes pseudo-pro-vie. Il suffit de leur demander de prendre position clairement et publiquement en faveur de l'enfant à naître. Les mauvais partis politiques vont vous fuir à toute vitesse, les membres de l'apparatchik vont ignorer votre invitation à participer à une manifestation pro-vie, etc.

3) Choisissez-en un de chaque catégorie

Rendu ici, on suppose que les seuls organismes qui restent sur la table sont de vrais organismes pro-vie. Lequel choisir? (En gros, les principes que j'applique pour tenter de répondre à cette question se trouvent dans la FAQ No. 1 «Je représente l'Association XYZ. Seriez-vous prêt à donner du temps, ou de l'argent, etc?»)

De par la nature même du problème de l'avortement, il y a plusieurs catégories d'organismes pro-vie. Plusieurs de ces catégories sont obligatoires, donc il est impossible de faire votre devoir en vous impliquant dans seulement un organisme pro-vie. Essayons d'énumérer ces catégories:

3.1) Église. (obligatoire) Comme je l'ai dit ci-haut, vous devez faire votre devoir de chrétien avant tout. Vous ne pouvez pas être vraiment pro-vie si vous n'êtes pas un membre actif de votre paroisse, si vous n'allez pas à la Messe, si vous ne priez pas, etc. Il est aussi fortement recommandé d'être membre d'un mouvement qui vous aide à devenir un meilleur chrétien, comme par exemple l'Opus Dei, etc.

3.2) Parti politique. (obligatoire) Vous devez faire votre devoir de citoyen en participant à la vie démocratique de votre pays. De plus, changer les lois pour protéger l'enfant à naître ne peut se faire que par l'action politique directe. Votre implication politique peut varier avec le temps et l'argent qui vous sont disponibles, mais il n'y a aucune excuse pour éviter le militantisme politique.

Cela dit, quel parti appuyer? Malheureusement, je pense que pour l'instant le seul militantisme politique acceptable au Québec est de travailler à la fondation d'un nouveau parti. Quant au Canada, le PHC est le seul parti pro-vie. Malheureusement, il semble en ce moment en péril de sombrer dans des erreurs graves. Si cela devait se produire, il faudrait aussi travailler à fonder un nouveau parti au fédéral. (J'ai de nombreux articles sur le PHC dans ma section sur «Problèmes plus spécifiques au Canada». Voir surtout la Section 7 de Le PHC veut-il instaurer une théocratie? Aussi, pour l'instant, je reste membre du PHC.)

3.3) Aide aux femmes enceintes. (obligatoire) Une femme qui se retrouve enceinte, pour quelque raison que ce soit, et qui est tentée par l'avortement, doit être aidée [Mt 25:42]. Personellement, je n'ai jamais rencontré une telle femme, mais chaque chrétien doit être prêt à aider. Vous pouvez aussi vous impliquer plus directement avec des groupes qui offrent de l'aide à ces femmes (que ce soit pour payer les couches de bébé, ou leur offrir un refuge, ou les défendre contre les pressions du père ou de leur parents qui sont souvent pro-choix, etc.) Je suis mal placé pour vous conseiller en ce domaine, car ces centres cherchent surtout des bénévoles de sexe féminin (avec raison, bien sûr).

3.4) Organisme pro-vie en tant que tel. (facultatif) J'énumère quelques organismes pro-vie dans la catégorie «Action politique» de mes hyperliens, grosso-modo en ordre décroissant de recommandation. Je ne pense pas que vous puissiez vous tromper en aidant un ou plusieurs de ces organismes. J'ai contribué personnellement du temps ou de l'argent à presque toute cette liste. Et bien sûr, si vous avez de meilleures recommandations, SVP me le dire.

4) Conclusion

Défendre les enfants à naître n'est pas un passe-temps. Ou nous réussirons à défendre les enfants à naître, ou notre pays va éventuellement mourir.

| Accueil >> Politique