| Accueil >> Bottin des brebis et des loups

Correspondance avec Mme Anne Archet
(Pornographe au statut professionnel incertain)

Logo du blog et peut-être photo de Mme Anne Archet.
Logo du blog et peut-être photo de Mme Anne Archet.

Table des matières

1) A. Archet (2012-avril-02)
2) S. Jetchick (2012-avril-02)
3) A. Archet (2012-avril-05)
4) S. Jetchick (2012-avril-12)

1) A. Archet (2012-avril-02)

-----Original Message-----
From: Anne Archet (anne (rajouter l'arobas) archet.net)
Sent: 2 avril 2012 15:21
To: stefan.jetchick
Subject: Félicitations pour votre site

Cher Monsieur Jetchick,

Je viens de passer des heures et des heures ce week-end à vous lire
sur inquisition.ca. Même si nos positions sont antitéthiques sur à peu
près tout (n'allez pas voir mes propres sites, vous serez exposé au
péché et vous allez sans l'ombre d'un doute tout surligner en rouge,
alors à quoi bon...), j'ai particulièrement apprécié votre style et
votre entêtement tatillon, presque monomanique dans l'argumentation -
particulièrement dans votre correspondance. Il faut vraiment avoir une
foi inébranlable en ses propres vérités et être profondément immergé
dans ses lubies pour être aussi constant, radical et systématique. Ce
n'est pas donné à tout le monde et vous êtes vraiment doué - mais il
est vrai qu'en tant que catholique, vous avez une longueur d'avance
sur tout le monde, le pli doctrinaire vous venant presque avec le
baptême, n'est-ce pas... ;-)

Et comme si ce n'était pas assez, il y a de l'humour intelligent, ce
qui change de ce que j'ai pu lire chez tous ses idéologues tristes et
beiges dont je m'inflige la lecture par pur ennui. Et cette façon que
vous avez de faire passer en douce de la malhonnêteté intellectuelle
sous des couches de prétendue rigueur scientifique... bravo, vous êtes
un des idéologues les plus habiles que j'ai croisés sur le web.

Je n'irai pas jusqu'à vous souhaiter la meilleure des chances dans ce
que vous entreprenez (ce serait vachement le comble!), mais je vous
encourage quand même à continuer d'écrire, puisque vos textes me
confortent si bien dans mes doutes, mes errements et mes habitudes
contre-nature. Ce sera un plaisir de ne pas voter pour vous lors de la
prochaine élection.

Bises,

AA.

--
Anne Archet
www.flegmatique.net
www.archet.net
Twitter: @annearchet
«Le coeur est humain dans la mesure où il se révolte.» - Georges Bataille

2) S. Jetchick (2012-avril-02)

>> -----Original Message-----
>> From: Stefan Jetchick
>> Sent: 2 avril 2012 22:40
>> To: Anne Archet
>> Subject: RE: Félicitations pour votre site

Bonsoir Mme Archet,

>> Je viens de passer des heures et des heures ce week-end à vous lire
>> sur inquisition.ca.

Bizarre. Toutes ces «heures» de lecture, et aucune citation de moi
dans votre courriel!

Normalement, c'est mauvais signe. Moi, quand je lis soigneusement
un texte (comme votre courriel, par exemple), je cite amplement, pour
bien montrer que j'ai lu honnêtement.


>> Même si nos positions sont antitéthiques sur à peu
>> près tout

Ah oui, vraiment?

Faisons une expérience scientifique! (Nous les catholiques, nous
aimons faire des expériences scientifiques!)

Lisez soigneusement le texte suivant (et prouvez-moi que vous l'avez
lu en le citant, au moins un peu, dans votre prochain courriel):

	Pourquoi j'ai brûlé un coran le 11 septembre

C'est un texte qui n'a aucun rapport avec le sexe, et presque aucun
rapport avec la religion catholique, donc vous devriez pouvoir
rester assez neutre en le lisant.


>> Il faut vraiment avoir une
>> foi inébranlable en ses propres vérités et être profondément immergé
>> dans ses lubies pour être aussi constant, radical et systématique.

OK, vous savez lancer des accusations, mais savez-vous les appuyer
par des faits et des citations?

Suis-je vraiment celui qui est «profondément immergé dans ses lubies»,
ou vous faites-vous de la projection?

Pour procéder scientifiquement, commençons par vérifier si vous êtes
capable de lire soigneusement un texte, aussi soigneusement que je lis
votre présent courriel. Allez lire celui que je vous suggère ci-haut,
et dites-moi ce que vous en pensez!


>> Et cette façon que
>> vous avez de faire passer en douce de la malhonnêteté intellectuelle
>> sous des couches de prétendue rigueur scientifique...

Encore des accusations... sans preuves...

Giflez-vous quelques fois pour vous réveiller, et ensuite posez-vous
honnêtement la question: Avez-vous lu un seul de mes textes
soigneusement, ou avez-vous bêtement éjaculé vos préjugés sur votre
ordinateur, pour ensuite écrire un courriel qui décrivait
ce qui coulait sur votre écran (et non pas mon texte qui était derrière)?


>> vos textes me
>> confortent si bien dans mes doutes, mes errements et mes habitudes
>> contre-nature.

Plutôt que de caresser votre paresse intellectuelle, accroupie dans votre
garde-robe sombre, sortez un peu à la lumière du jour et faites un
effort pour vous confronter à la réalité!

Vous avez prétendu toutes sortes de choses à mon sujet. Allez donc
vérifier dans la réalité pour voir si vous avez raison ou tort.
Aller lire honnêtement un de mes textes, ligne par ligne, en prenant
des notes, et donnez-moi en des nouvelles!


>> Ce sera un plaisir de ne pas voter pour vous lors de la
>> prochaine élection.

Ce sera un plaisir spirituel pour moi de prier pour vous dès que je
vais saisir mon Bréviaire pour dire Vêpres ce soir. En effet,
nous nous ressemblons tellement! Non, je ne suis pas honnête. Sans
la grâce de Dieu, je serais bien pire que vous. Vous pouvez ne
pas me croire sur parole, mais au Jugement Dernier vous verrez
que je disais vrai.

Bonne nuit, et au plaisir de lire vos commentaires sur mon article.

Stefan


>> «Le coeur est humain dans la mesure où il se révolte.»

Oui, à condition qu'il se révolte contre ce qui est inhumain!

3) A. Archet (2012-avril-05)

-----Original Message-----
From: Anne Archet
Sent: 5 avril 2012 15:01
To: Stefan Jetchick
Subject: Re: Félicitations pour votre site

Cher Monsieur Jetchick,

Je m'excuse à l'avance pour ce message beaucoup trop long. C'est en
grande partie votre faute, puisque vous teniez tant à ce que je
commente votre prose.

Je suis désolée de constater que vous preniez si mal mes
félicitations quant à la forme de vos écrits. Pourtant, c'est à mon
humble avis ce que vous offrez de meilleur. Vous me donnez
l'impression d'avoir l'épiderme plutôt sensible, ce qui sied mal à un
imprécateur porté sur le jugment d'autrui tel que vous.

J'ai hésité à relever votre «défi scientifique» (qui n'en est pas un,
mais ça, c'est une autre histoire), d'abord parce que ratiociner à
l'infini ne me plaît guère et surtout parce que commenter point pas
point le texte d'un adversaire intellectuel est laborieux, ennuyant
et presque toujours inutile. Jamais ne vais-je vous convaincre de
quoi que ce soit, simplement parce que les choix intellectuels sont
avant tout des positions de vie idiosyncratiques. On choisit les
idées et les raisonnements qui viennent conforter nos intuitions,
jamais l'inverse. Et jamais vais-je convaincre un de vos lecteurs,
car ils sont vraisemblablement tous des catholiques convaincus. Rares
sont ceux et celles qui, comme moi (et peut-être vous aussi, qui
sait...) lisent en dehors de leurs auteurs de prédilection, et ceux-là
ne changent que très rarement d'avis en se frottant aux idées de
leurs adversaires. L'autre raison est que vos prémisses sont aussi
indémontrables que les miennes, alors l'exercice va immanquablement
se terminer en queue de poisson.

Enfin, lorsqu'on écrit, on doit s'attendre à être lu de toutes les
manières, mêmes celles qui ne nous plaisent pas. Après tout, la
lecture, c'est l'affaire des lecteurs, pas des auteurs. Il se trouve
que ce que j'ai apprécié chez vous, c'est le ton et la forme de ce
que vous écrivez. Je n'avais pas à vous citer pour vous le dire.
J'aurais très bien pu m'abstenir de vous faire ce compliment (je
soupçonne que vous avez de mal à recevoir les compliments, mais bon,
je peux me tromper), mais que voulez-vous, j'aime exprimer mon
appréciation. Que vous doutiez que j'aie vraiment lu vos textes me
laisse à penser que vous doutiez vous-même de la qualité de leur
forme; dans ce cas, j'en suis fort attristée.

Vous voulez que je commente votre truc? Alors allons-y. Notez d'abord
que je trouve assez savoureux qu'un brûleur de livre se plaigne qu'on
ne le lit pas avec l'attention qu'il mérite; avouez que c'est une
contradiction plutôt cocasse. Je commencerai par dire que je n'ai pas
d'opposition de principe au sacrilège, ni au blasphème d'ailleurs. Ce
sont des atteintes à des symboles et les symboles ne ressentent pas
de douleur. J'ajouterai que j'ai toujours trouvé que le fait de
refuser non seulement d'être offensé, mais aussi s'opposer de façon
véhémente que quiconque fasse quoi que ce soit qui puisse nous
offenser est une attitude puérile, surtout quand on peut choisir de
ne pas être exposé au matériel offensant. Je trouve par contre qu'il
ne faut pas jouer les hypocrites en étant posant des gestes
sacrilèges publics de la main gauche et en jouant les vierges
offensées de la main droite lorsque c'est notre propre breloque
divine qui se fait amocher. Et surtout, on ne commet pas un sacrilège
sans raison, car contrairement à ce que vous dites, il s'agit bel et
bien d'un acte de violence - pas envers la divinité (ça, on s'en
moque), mais envers l'identité de l'individu qui est croyant. Un
geste public de provocation a la valeur des intentions de l'individu
qui le pose et du message qu'il veut faire passer.

Maintenant, passons à votre texte. Vous commencez par vos «non-
raisons». La plupart d'entre elles découlent de votre religion et son
code moral et valent par conséquent ce que vaut votre morale et votre
religion. Par exemple, vous dites que haïr les musulmans, c'est mal
parce que Jésus a dit que la haine, c'est mal. Personnellement, je ne
haïs pas les musulmans parce que «musulman» n'est qu'une catégorie
mentale qui dans les faits est trop complexe pour qu'on puisse y
accoler bêtement et uniformément un sentiment de haine. Il faut
vraiment faire attention lorsqu'on catégorise les individus, parce
que c'est la plupart du temps le début d'une pente glissante qui mène
vers le désastre. Par contre, je pourrais très bien haïr un individu
pour ce qu'il m'a fait et je ne vois pas en quoi ça poserait
problème. (En fait, si, parce que vous êtes adepte d'une morale
absolutiste dont les règles ne souffrent pas d'exception, ce qui vous
oblige par exemple à détester le péché et non le pécheur, ce qui
n'est pas grand-chose de plus qu'une pirouette logique pour se donner
bonne conscience.)

Votre point 2.2 fait référence aux «péchés de certains musulmans».
N'étant pas monothéiste, je vous laisse vous arranger avec ce
concept.

Quant au point 2.3, je suis d'accord avec vous, on peut trouver de la
valeur dans n'importe quoi, ce n'est pas un argument.

Au point 2.4, par contre, je ne suis pas d'accord avec vous. Insulter
pour obtenir un avantage, c'est très souvent non seulement
acceptable, mais efficace et parfois même très agréable. Quand vient
le temps de se défendre, une insulte est souvent beaucoup plus
efficace et correcte qu'un coup de poing sur la gueule. (Appelez-ça
du relativisme moral si vous le voulez - car dans les faits, ça l'est
-- mais il se trouve que les règles morales absolues sont
impraticables dans la vraie vie).

Quant au point 2.5, tant mieux pour vous.

Enfin, au point 2.6, disons seulement que des événements organisés
pour insulter les gens ne sont pas nécessairement mauvais; il faut
voir qui on insulte et pour quelles raisons. Je participerais
volontiers à un festival de l'insulte en l'honneur des policiers, ou
encore des gens qui nous gouvernent, car ils le méritent bien.

Passons à la section trois.

Le point 3.1 ne me concerne pas, n'étant pas catholique. Vous ferez
ce que vous voudrez entre vous.

Le point 3.2 à peine plus, parce que la façon dont vous définissez le
mot «gauchiste» (c'est-à-dire, très mal, voire pas du tout) fait en
sorte que je ne suis pas incluse dans ce groupe. J'ajouterai qu'il
est inutile d'espérer quoi que ce soit des médias, ce sont des
repères de vautours.

Au point 3.3, vous avez tort. Brûler un livre sacré, c'est s'attaquer
à des croyances qui sont constitutives de l'identité d'un individu;
c'est donc une injure. Injurier est une forme de violence, souvent
plus dommageable pour l'individu que la violence physique. Si je vous
mets une baffe, vous allez vous en remettre dans l'heure. Mais si je
vous insulte constamment, quotidiennement, que je m'attaque à votre
psyché sans relâche, je vais vous infliger une douleur dont vous
aurez du mal à vous remettre. Une insulte a des conséquences et ne
peut pas être maniée sans raisons, à la légère. (Oh, et en passant :
j'ai lu dans vos «considérations légales» que vous vous engagez à
respecter les lois canadiennes dans votre site. Vous pouvez
considérer qu'une menace de mort n'est pas violente, mais je ne vous
conseille quand même pas d'en faire, histoire de ne pas vous attirer
des ennuis avec les flics.)

Votre point 3.4 ne rime à rien; les humains utilisent souvent la
religion pour tuer, pas seulement l'islam, et vous savez autant que
moi qu'on peut prendre n'importe quel texte (religieux ou pas) et lui
faire dire n'importe quoi. Je vais vous donner un exemple qui vous
concerne directement. Vous savez comme moi qu'on peut se servir de
l'Ancien testament pour justifier l'esclavage, et donc vous savez
aussi que je serais d'une honnêteté intellectuelle douteuse si je
disais que le christianisme est «plus ou moins compatible avec
l'esclavage», même si l'esclavage fait partie de «l'histoire récente
des peuples ayant suivi l'influence du christianisme». Ne tombez pas
dans les travers détestables de vos adversaires athées.

Le point 3.5 ne rime pas à grand-chose non plus; observation
personnelle pour observation personnelle, je pourrais dire que
j'entends chaque jour beaucoup plus de commentaires contre l'islam
que contre le catholicisme. Et alors? En quoi est-ce un argument?

Je suis partiellement d'accord avec le point 3.6; les religions ne
méritent pas de respect, point - et j'inclus la vôtre dans le lot.
Toutes les institutions hiérarchiques, en particulier celles qui
exercent du pouvoir et de la domination, sont méprisables. Par
contre, les individus qui ont des sentiments religieux méritent en
définitive le respect, mais seulement dans la mesure où ils ne
tentent pas d'imposer leur choix moraux aux autres, ce que, bien
malheureusement, ils arrivent rarement à s'empêcher de faire.

Quant au point 3.7, il m'a fait bien rigoler. Alors comme ça, si une
religion laisse traîner ses trucs, on a le droit de les détruire? Ça
veut dire que je peux, avec votre bénédiction, abattre à coup de
hache la croix de chemin laide et à l'abandon qui trône à quatre
coins de rue de chez moi?

Section 4. Compte tenu des faibles preuves historiques, c'est déjà un
acte de foi costaud que de croire qu'un individu nommé Jésus a
vraiment existé, alors dire que c'est dieu, ça tient de
l'autosuggestion, comme toute pensée religieuse. Je ne reproche à
personne de croire en tous les trucs qu'ils veulent, même les plus
farfelus; ce qui me déplaît, c'est qu'on se serve de ces croyances
pour imposer ses choix personnels aux autres - et particulièrement à
moi, puisque je suis une égoïste indécrottable Alors qu'un bouquin
contienne la parole de dieu ou non, ça n'est pas un argument valide
ni pour le brûler, ni pour s'abstenir de le faire. Et que le pape
embrasse le coran plutôt que l'asphalte d'un aéroport, ce n'est
qu'anecdotique.

La section 5 a été écrite pour répondre à vos coreligionnaires et me
concerne assez peut. Les points 5.1, 5.2 et 5.6 ne concernent que
vous, en tant que catholiques, et franchement, je m'en moque.

Le point 5.3 m'a tout l'air d'un raccourci intellectuel; vous ne
pouvez pas faire dans la provocation, pour ensuite rejeter du revers
de la main les conséquences de cette provocation pour les imputer
uniquement aux gens que vous avez provoqués. Un musulman pourrait
très bien décider de répondre à votre geste en posant un geste
sacrilège contre un de vos accessoires sacrés; allez-vous dire dans
ce cas que c'est de bonne guerre et que vous l'avez cherché? J'avoue
ne pas vous connaître personnellement, mais permettez-moi d'en
douter.

Je vais considérer le point 5.4 comme une blague et non comme une
vraie réponse (n'avez-vous pas honte de ne pas offrir des arguments
rationnels à vos détracteurs? - ça aussi, c'est une blague). Ceci
illustre à quel point il est oiseux de commenter chaque ligne d'un
texte. Il y a toujours des aspects qui ne méritent pas de
commentaires.

Dans votre point 5.5, on trouve à la fois une méconnaissance de
l'histoire et beaucoup de mauvaise foi. D'abord la méconnaissance de
l'histoire : MacDonald, Baldwin et Chamberlain n'ont pas apaisé
Hitler pour des raisons angéliques, pour «semer la paix» ou parce
qu'ils étaient intimidés. Les politiciens de la Grande-Bretagne
impérialiste et militariste n'avaient rien de peaceniks; ils n'ont
jamais hésité une seconde à envoyer leurs troupes un peu partout dans
leur empire (où le soleil ne se couchait jamais) chaque fois que
leurs intérêts économiques et géo-stratégiques étaient en jeu. Or, il
était dans l'intérêt britannique de miser sur une Allemagne forte
pour faire contrepoids à l'URSS, ce qu'ils se sont entêté de faire
jusqu'à ce que cette position soit intenable, c'est-à-dire au moment
du pacte germano-soviétique de 1939. L'Angleterre a encouragé
l'intimidation violente parce que ça faisait son affaire; qu'elle en
ait subi les conséquences par la suite n'est pas une conséquence d'un
comportement pacifiste, mais plutôt de son aveuglement impérialiste.
Maintenant, la mauvaise foi : l'islam ne se limite pas aux
théocraties que sont l'Arabie saoudite et à l'Iran. Il existe
d'autres pays musulmans où les chrétiens pratiquent en ce moment même
leur religion sans subir de persécutions particulières, comme la
Turquie, le  Liban ou la Jordanie.

Au point 5.7, je ne vous suis pas très bien. Vous dites que brûler le
Coran est une activité d'enseignement, sauf que vous restez assez
vague sur l'objet de cet enseignement. Pour l'édification de qui
avez-vous joué au pyromane? Et pour lancer quel message? Bref : que
tentiez-vous de dire? Je crois bien le deviner, mais comme vous ne le
dites pas explicitement, je vais m'abstenir de vous faire un procès
d'intention.

Dois-je vraiment commenter le point 5.8?

Point 5.9. Je ne vote jamais, pour personne, mais je suis
suffisamment renseignée pour savoir qu'aucun parti politique ne
préconise une immigration sans conditions, surtout pas pour les
individus moindrement soupçonnés d'activités illégales. Évidemment,
si vous pouvez me montrer un programme qui stipule une telle chose,
je m'abstiendrai de dire ici que vous dites n'importe quoi. Même si
le Canada est le pays qui reçoit le plus d'immigrants per capita au
monde, il reste que c'est loin d'être simple d'y immigrer. Vous
souhaitez exercer de la discrimination sur des bases religieuses; je
me permets de faire un jugement de valeur gratuit : c'est moche. Idem
pour la construction de mosquées et la diffusion de l'Islam : je m'en
tape. Les musulmans, les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, c'est
en ce qui me concerne kif-kif, à une nuance près : certaines
religions ont moins tendance à se mêler de mes affaires que d'autres.
Or, il se trouve que les musulmans ont moins tendance à se mêler de
mes affaires que les catholiques. Aucun parti islamiste ne se
présente aux élections avec un programme destiné à dicter mes
conditions de vie. Les accommodements que les musulmans réclament, du
moins jusqu'à présent, ne m'empêchent nullement de vivre à ma guise,
ce qui n'est pas le cas des organisations militantes chrétiennes.
Autre truc : vous saviez bien que, vivant au Canada, vos chances de
devenir martyr sous les coups d'un islamiste radical sont très
faibles et que vos bourreaux ne risquent pas de s'en prendre à vous
physiquement. Alors je vais généreusement considérer la déclaration
héroïque de la fin de ce paragraphe comme du simple cabotinage de
votre part. La seule vraie conséquence de votre geste sera de vous
mettre dans une situation délicate la prochaine fois qu'un artiste
décidera d'enduire une statue de la vierge d'excréments, car on aura
tôt fait de vous faire remarquer que vous avez adopté un comportement
similaire si vous protestez.

Point 6. Il est hors de tout doute que le Coran n'est pas la parole
de dieu. Il est aussi hors de tout doute qu'on ne puisse pas insulter
l'identité fictive qu'est dieu. Mais il est clair qu'on peut insulter
les gens qui croient en cette entité fictive, ce que vous avez fait.
Comme je l'ai dit précédemment, je ne suis pas à priori contre
l'insulte : tout dépend du but recherché et des conséquences. Or,
vous ne vous êtes pas donné la peine dans ce texte de nous dire
exactement pourquoi vous brûliez le Coran et quel était l'effet
recherché.

À la fin du texte, vous dites que vous êtes libre. Vivant au Canada,
j'en doute fortement; je subis les mêmes oppressions que vous et je
suis loin de me sentir libre. Aussi, je doute que le fait d'être
américain ne change fondamentalement quoi que ce soit. Seriez-vous en
train de suggérer que les Américains ont un droit inné à la liberté
que les autres individus n'ont pas? Quant à «la Vérité et la Liberté
ou la mort», il faut vraiment penser en termes absolus pour déclarer
des slogans aussi creux. Je préfère l'erreur et l'esclavage à la
mort, parce que vivante, je peux lutter pour me dégager des plages de
liberté, ce que je n'arriverai jamais à faire si je suis morte.

L'impression que me laisse ce dernier paragraphe est que vous avez
brûlé le Coran seulement parce que vous avez la liberté de le faire.
Vous qui êtes moraliste à tous crins, trouvez-vous vraiment que c'est
une raison suffisante?

Pour finir, voici mon appréciation générale de votre texte : c'est
l'un des plus médiocres qu'on peut lire sur votre site. Vous avez
fait mieux, beaucoup mieux, et je me demande pourquoi vous me l'avez
fait (re)lire. Devant un texte au sujet d'un acte public de
provocation, les lecteurs s'attendent en toute logique que ce geste
soit expliqué, que vous leur donniez une idée claire de vos
motivations, du but que vous poursuiviez. Or, vous n'avez fait
qu'énumérer les raisons qui ne sont pas les vôtres et critiqué des
objections qu'on vous a faites. Serait-ce que vos motivations réelles
sont inavouables?

De plus, j'ai la désagréable impression que vous jouez les faux-culs,
parce que vous faites à d'autres ce que vraisemblablement vous ne
voudriez en aucun cas qu'on fasse à vous-même. Il m'est arrivé
souvent de blasphémer dans mes propres écrits, mais toujours pour une
raison précise que j'ai toujours expliquée, toujours dans l'idée que
je donnais, ce faisant, licence à autrui de m'insulter en retour.
J'avoue que j'ai la chance d'avoir l'épiderme bien épais et d'être
très difficile à insulter - c'est une conséquence de mon insondable
égocentrisme. Ce n'est qu'une vague impression, mais il me semble que
ce n'est pas votre cas et que j'arriverais facilement à vous faire
sortir de vos gonds par quelques insultes et quelques sacrilèges bien
placés. Mais bon, peut-être ai-je tort.

En attendant que vous expliquiez vos objectifs et vos motivations,
force est de constater que ce que vous avez fait (brûler le Coran)
est une insulte gratuite. Gratuite dans le sens de «qui ne vaut rien»
- ce qui peut s'appliquer aussi à votre texte.

Ouf. C'est fini. Je mentirais en vous disant que l'exercice fut
agréable; comme je l'ai dit au début, couper les cheveux en quatre
n'est pas pour moi source de plaisir. J'espère toutefois vous avoir
fourni la petite satisfaction de constater que vous avez été lu, ou,
mieux encore, me prendre pour une idiote et être conforté dans vos
dogmes. Je vous ai consacré beaucoup de temps, considérez-ceci comme
une marque de respect pour votre individualité originale qui découle
de votre style, malgré le fait que vos idées me rebutent
profondément.

Bises,

AA.

P.S. : Je ne suis pas pornographe professionnelle. Je n'écris de la
pornographie que pour le plaisir, ce qui fait de moi une pornographe
dilettante. N'avez-vous pas écrit quelque part qu'il faut vérifier
les faits avant de les publier? Quant aux autres jugements de valeur
hâtifs sur ma personne que contiennent votre réponse, je ne me
donnerai pas la peine d'y répondre; je vous l'ai dit, je suis
difficile à insulter, même si mon ego est démesuré.

4) S. Jetchick (2012-avril-12)

Le péché abêtit [ST, IIa-IIae, q. 15, a. 3].
Le péché abêtit. [ST, IIa-IIae, q. 15, a. 3]
[www.ruthinstitute.org]

-----Original Message-----
From: Stefan Jetchick
Sent: 12 avril 2012 17:11
To: Anne Archet
Subject: RE: Félicitations pour votre site

Bonjour Madame/Monsieur «Anne Archet»,

>> Je m'excuse à l'avance pour ce message beaucoup trop long.

Aille! Ma réponse est encore plus longue (et plus lente
à venir!).


>> Je suis désolée de constater que vous preniez si mal mes
>> félicitations

Euh...«félicitations»?

Je cite votre premier courriel:

	«Il faut vraiment avoir une foi inébranlable en ses
	propres vérités et être profondément immergé
	dans ses lubies»


>> quant à la forme de vos écrits.

Ah, je comprends! Félicitations pour la qualité de mon
français, et mépris pour le reste!

Si j'étais une femme, et qu'un gars me disait: «Ton
corps est superbe, mais ton âme est un cloaque fétide
d'excréments spirituels», je ne prendrais pas ça pour un
compliment!

Selon moi, le rapport contenant/contenu est le même que
le rapport accessoire/essentiel. Donc mépriser l'essentiel,
c'est comme mépriser le tout.

Mais bon, comme toute votre existence semble tourner
autour des corps et non des âmes, peut-être que votre
perception du rapport accessoire/essentiel est différente.


>> Vous me donnez
>> l'impression d'avoir l'épiderme plutôt sensible

Comme je l'ai dit, peut-être que votre perception du
rapport accessoire/essentiel est différente de la
mienne, d'où notre incompréhension.


>> ratiociner à l'infini ne me plaît guère

Moi non plus. Par contre, j'aime bien faire mes devoirs avant
de poser un diagnostique.


>> commenter point par point le texte d'un adversaire
>> intellectuel est laborieux, ennuyant
>> et presque toujours inutile.

Moi, je préfère bien faire mes devoirs avant de poser un diagnostique.

De plus, j'aime beaucoup cette citation de Sertillanges:

	«Un homme intelligent trouve partout de l'intelligence, un sot
	projette sur tous les murs l'ombre de son front étroit et inerte.»
	[Source]

Remarquez bien aussi vos termes: «laborieux», «ennuyant», «inutile».
Nous verrons bientôt d'où vient probablement cette lassitude.


>> Jamais ne vais-je vous convaincre de
>> quoi que ce soit, simplement parce que les choix intellectuels sont
>> avant tout des positions de vie idiosyncratiques. On choisit les
>> idées et les raisonnements qui viennent conforter nos intuitions,
>> jamais l'inverse.

Et cela, est-ce vrai, ou êtes-vous simplement en train de
projeter sur autrui votre propre maladie intellectuelle?

Dans un sens, votre affirmation est géniale. Vous décrivez très
précisément ce que saint Thomas d'Aquin explique ici (désolé
pour la citation un peu longue, mais c'est très intéressant):

	La perfection de l'opération intellectuelle chez l'homme consiste
	dans une certaine faculté d'abstraction à l'égard des images
	sensibles. C'est pourquoi, plus l'intelligence de l'homme aura
	gardé de liberté à l'endroit de ces images, plus elle pourra voir
	l'intelligible et ordonner tout le sensible; comme l'a même dit
	Anaxagore, il faut que l'intelligence soit bien dégagée pour
	commander; et il faut que l'agent domine la matière pour être
	capable de la mouvoir, rapporte Aristote. Par ailleurs il est
	évident que la délectation applique l'intention aux choses dans
	lesquelles on se délecte; c'est pourquoi le Philosophe remarque
	que chacun fait très bien les choses auxquelles il prend plaisir,
	mais ne fait pas du tout ou fait mollement les choses contraires.
	Or les vices charnels, c'est-à-dire la gourmandise ou la luxure,
	consistent dans les plaisirs du toucher, c'est-à-dire de la
	nourriture et des actes sexuels. Ce sont les délectations les
	plus violentes entre toutes celles du corps. C'est pourquoi, par
	de tels vices, l'intention de l'homme s'applique au maximum aux
	réalités physiques, et par conséquent son activité dans le
	domaine intelligible s'affaiblit, mais davantage par la luxure
	que par la gourmandise, dans la mesure où les plaisirs sexuels
	sont plus violents que ceux de la table. C'est pourquoi la luxure
	engendre l'aveuglement de l'esprit qui exclut pour ainsi dire
	totalement la connaissance des biens spirituels; mais la
	gourmandise engendre l'hébétude du sens qui rend l'homme débile
	devant de telles réalités intelligibles. Au contraire, les vertus
	opposées, c'est-à-dire l'abstinence et la chasteté, sont ce qui
	dispose le mieux à la perfection de l'activité intellectuelle.
	[Summa theologica, IIa-IIae, q. 15, a. 3, in corpus, mes italiques]


Reprenons votre affirmation à la lumière de saint Thomas:

	«[Le libertin] choisit les idées et les raisonnements qui viennent
	conforter [ses] intuitions, jamais l'inverse»

Je ne vois pas ce qui se passe dans votre tête, mais vous semblez
bien décrire ce qui se passe lorsqu'une intelligence se fait
étouffer par les passions charnelles. Les pulsions du corps tirent,
et l'intelligence suit. L'intelligence conserve une partie de
sa dignité; elle voit qu'elle est entraînée, elle se doute bien que
de se faire entraîner ainsi est une déchéance, et elle se souvient
probablement qu'elle a abdiqué sa «royauté», que les choses n'ont pas
toujours été ainsi chez elle.

Remarquez aussi l'incohérence de votre position. S'il était vrai
que tous les hommes agissaient nécessairement ainsi, il ne servirait
strictement à rien de m'écrire. Pourquoi défendre votre point de
vue? Il serait parfaitement arbitraire, comme le mien, comme tous
les autres. Tout débat deviendrait inutile, si la raison humaine
était vraiment incapable d'atteindre la vérité.


>> Rares sont ceux et celles qui, comme moi (et peut-être vous aussi, qui
>> sait...)

Mais, je vous lis soigneusement! Et vous n'êtes certainement pas
un de mes «auteurs de prédilection»! Il faut donc dire «sûrement vous
aussi»!

:-)

Mais je suis bien d'accord avec vous que changer d'idée est difficile,
que cela prend du courage et de l'effort, et de l'humilité. J'ai
encore beaucoup de chemin à faire... *:-(


>> L'autre raison est que vos prémisses sont aussi
>> indémontrables que les miennes

Ah oui, vraiment?

Commencez par dresser une liste de vos prémisses, et des
miennes. Ah? Vous n'en avez pas? Et votre intelligence est
trop affaiblie (par le vice) pour entreprendre cet effort?


>> ce que j'ai apprécié chez vous, c'est le ton et la forme de ce
>> que vous écrivez.

OK, vous complimentez le contenant, et pas le contenu.
Disons que si vous aviez respecté la règle #4.2 d'un bon
courriel, tout aurait été plus clair dès le départ!

	-----Original Message-----
	From: Anne Archet
	Sent: 2 avril 2012 15:21
	To: stefan.jetchick
	Subject: Félicitations pour [le contenant de] votre site,
	[et invectives pour son contenu]

;-)


>> Notez d'abord
>> que je trouve assez savoureux qu'un brûleur de livre se plaigne qu'on
>> ne le lit pas avec l'attention qu'il mérite; avouez que c'est une
>> contradiction plutôt cocasse.

Contradiction? Pourquoi? J'ai soigneusement étudié le livre
que j'ai brûlé.

Brûler un livre avant de l'avoir lu, voilà qui serait cocasse. Mais
ce n'est pas ce que j'ai fait.


>> je n'ai pas
>> d'opposition de principe au sacrilège, ni au blasphème d'ailleurs. Ce
>> sont des atteintes à des symboles et les symboles ne ressentent pas
>> de douleur.

Position tout-à-fait logique, si on postule l'athéisme. Et l'athéisme
est une conséquence de l'aveuglement spirituel, lui-même souvent
une conséquence de vous savez quoi.


>> il ne faut pas jouer les hypocrites en posant des gestes
>> sacrilèges publics de la main gauche et en jouant les vierges
>> offensées de la main droite lorsque c'est notre propre breloque
>> divine qui se fait amocher.

Bien sûr, je suis d'accord avec vous qu'il ne faut pas être
hypocrite!

Et bien sûr, je suis d'accord avec vous que pour un athée,
c'est un combat de «breloques».

Mais même un athée pourrait faire l'effort d'examiner les
breloques en question.

Même si on postule que ce sont des breloques, ou pour parler
plus scientifiquement, même si en tant que sociologues nous mettons
de côté la question de la vérité des symboles, il n'en demeure
pas moins que certains symboles rendent plus probables les pathologies
sociales, et certains autres font le contraire.


>> il s'agit bel et bien d'un acte de violence [...] envers
>> l'identité de l'individu qui est croyant.

Est-ce là une «règle morale absolue»? Votre position
vous interdit d'avoir de telles règles.


>> Un geste public de provocation a la valeur des intentions de
>> l'individu qui le pose et du message qu'il veut faire passer.

Distinguo.

Si vous dites: «Un geste public d'information a la valeur des
intentions de l'individu qui le pose et du message qu'il veut
faire passer», je dirais Concedo.

Mais vous faites, il me semble, une pétition de principe en
utilisant le mot «provocation», qui est un mot désignant un
acte mauvais. Votre affirmation originale revient presque à
dire: «Blanche est la couleur du cheval blanc de Napoléon.»

Si c'est de la provocation, c'est mauvais. Sauf que c'est
précisément ce sur quoi porte le débat: je prétends que ce
n'est pas de la provocation. Vous devez donc commencer par
prouver que c'est une provocation, et non pas commencer
par présumer que c'est une provocation.

Nous constatons empiriquement qu'un groupe sociologiquement
défini de gens prétendent que c'est une provocation. Il
reste à déterminer si ces gens ont raison. C'est le but
du débat.


>> Maintenant, passons à votre texte. Vous commencez par vos «non-
>> raisons». La plupart d'entre elles découlent de votre religion et son
>> code moral

Nego. Elles sont toutes démontrables sans faire référence au
catholicisme, en prenant la morale purement humaine.

Mais votre formation en philosophie morale semble très
déficiente, alors ce n'est pas surprenant.


>> Par exemple, vous dites que haïr les musulmans, c'est mal
>> parce que Jésus a dit que la haine, c'est mal.

Nego. Je dis textuellement: «La haine des musulmans n'est pas
acceptable, surtout de la part des chrétiens!» Le
mot «surtout» implique que même les non-chrétiens
sont tenus de ne pas haïr les musulmans.


>> «musulman» n'est qu'une catégorie
>> mentale qui dans les faits est trop complexe

Pour un sociologue sérieux? Un sociologue compétent
peut établir une définition opérationnelle et circonscrire
un groupement humain.


>> pour qu'on puisse y
>> accoler bêtement et uniformément un sentiment de haine.

Comme vous l'avez probablement lu, le «Code déontologique»
de ce site web dit qu'il faut haïr l'erreur, mais aimer
l'errant.


>> détester le péché et non le pécheur, ce qui n'est pas
>> grand-chose de plus qu'une pirouette logique pour se donner
>> bonne conscience.

«Pirouette logique»? Prenons l'exemple de l'alcoolisme
(erreur) et de l'alcoolique (errant). Je haïs l'erreur de
l'alcoolisme, donc j'encourage les enfants à ne pas
commencer à boire, je vote pour les politiciens qui veulent
imposer des peines aux gens qui conduisent en état
d'ébriété, etc. Par contre, j'essaie d'aimer les hommes
qui sont alcooliques, en reconduisant chez eux les
saoûlons incapables de retrouver leur chemin (oui, j'ai
déjà fait ça, à Ottawa justement), en faisant mien
cette belle devise des AA qui dit: «Si quelqu'un, quelque
part, tend la main en quête d'aide, je veux que la main
des AA soit toujours là. Et de cela, je suis responsable.»
(Oui, je pars faire de l'interprétation pour la grande réunion
des AA à New-York dans quelques jours).

«Pirouette logique»? Nego. C'est au contraire la
raison pour laquelle je vous parle. Oui, vous êtes
pornographe, ce qui est très mauvais, mais:

	L'homme égaré dans l'erreur reste toujours un homme
	et conserve sa dignité de personne à laquelle il
	faut toujours avoir égard. Jamais non plus l'homme
	ne perd le pouvoir de se libérer de l'erreur et
	de s'ouvrir un chemin vers la vérité. Et pour l'y aider,
	le secours providentiel de Dieu ne lui manque jamais.
	[Pacem in terris, No. 158]


>> Votre point 2.2 fait référence aux «péchés de certains musulmans».
>> N'étant pas monothéiste, je vous laisse vous arranger avec ce
>> concept.

Le concept de péché n'est pas un concept exclusivement religieux.
C'est un concept de morale. Je vous invite à lire des
moralistes païens de l'Antiquité. Le mot «peccatus» n'a
pas été inventé par les chrétiens!


>> Au point 2.4, par contre, je ne suis pas d'accord avec vous. Insulter
>> pour obtenir un avantage, c'est très souvent non seulement
>> acceptable, mais efficace et parfois même très agréable.
>> [...] Appelez-ça du relativisme moral si vous le voulez - car
>> dans les faits, ça l'est - mais il se trouve que les règles morales
>> absolues sont impraticables dans la vraie vie).

Bon, vous affirmez. Mais êtes-vous d'accord avec votre propre
affirmation?

Faisons un test scientifique. Prenons quelques exemples de
règles morales absolues, comme:

	Une femme ne mérite jamais de se faire violer.

ou

	Il est toujours mal d'exterminer des juifs dans
	un camp de concentration.

Maintenant, appliquons votre position morale. Selon votre
relativisme éthique, dans certaines circonstances, une
femme pourrait mériter de se faire violer, et il serait
bon d'exterminer des juifs. Alors prenez une feuille de
papier, écrivez cela et signez «En foi de quoi, moi,
j'affirme être d'accord avec ces affirmations», etc.
Rajoutez votre vrai nom et votre adresse actuelle, ainsi
que le nom de votre employeur, et je m'occupe du reste.

En parlant de votre vrai nom, je me demande si vous
utilisez un pseudonyme. En effet, tout ce que j'ai pu
trouver sur vous est ceci:

	Archet Anne
	28 rue Campeau
	Gatineau, J8P 2K6
	Canada
	archetanne (rajouter l'arobas) gmail.com

Et pour cette adresse, je ne trouve pas de «Anne Archet»,
juste «Johanne Plamondon» et «Marcel Gauthier». Il
faudrait que j'aille à Gatineau, et que je fasse des recherches
sur tous les occupants depuis 2003. Un peu compliqué pour
moi.


>> Quant au point 2.5, tant mieux pour vous.

Encore ici, vous semblez ignorer les conséquences logiques
de l'athéisme.


>> Je participerais
>> volontiers à un festival de l'insulte en l'honneur des policiers

C'est quoi encore votre vrai nom, et vos vrais coordonnées, et le
nom de votre employeur actuel?

Moi, je n'ai pas honte de mes positions. Donc je n'ai pas besoin
de me cacher.

De plus, je connais des policiers qui sont biens gentils et qui
font leur possible pour bien faire leur travail. Oui, il y a
des policiers pourris. (J'ai connu un gars qui faisait son cours d'officier
d'infanterie avec moi est ensuite devenu policier, je pense pour
la ville de Sainte-Foy. Il est mort par balle alors qu'il
répondait à un appel d'entrée par effraction. Le voleur (et
bientôt meurtrier) était en fait un autre policier de la
même ville!)


>> ou encore des gens qui nous gouvernent, car ils le méritent bien.

Moi, plutôt que d'insulter la classe politique tout en évitant
de faire mes devoirs civiques, je fais mon possible pour défendre
le noble métier de politicien (tout en condamnant vertement
les mauvaises politiques), et j'essaie de m'impliquer en politique.


>> Le point 3.1 ne me concerne pas, n'étant pas catholique.

En général, vous semblez ignorer la science, et plus particulièrement
la sociologie. Dans les points 3.1 et 3.2, nous sommes en train d'étudier
un phénomène social (le brûlage de corans, et les réactions que cela
suscite dans les médias du Québec), en appliquant les méthodes
d'expérimentation (résidu, concordance, différence, variation
concomitante).

Un sociologue peut observer les réactions de divers groupements
sociaux (Église, Médias, etc.), et appliquer les méthodes
d'expérimentation pour tenter de cerner la cause véritable de
la réaction de ces groupes. Ce sociologue peut constater au
Québec que la cause des réactions n'est pas le brûlage d'un
livre considéré comme sacré.


>> la façon dont vous définissez le
>> mot «gauchiste» (c'est-à-dire, très mal, voire pas du tout)

Définition opérationnelle de «Gauchiste», selon Stefan: Toute
personne qui répond «Non» à la question:

	«Êtes-vous d'accord, oui ou non, avec tous les énoncés
	suivants: L'avortement est un meurtre, l'islam est un
	mensonge, la sodomie est contre Nature, et l'athéisme
	empoisonne tout.»


>> je ne suis pas incluse dans ce groupe.

Faites le «Test de Stefan», et reparlez-moi en.


>> il est inutile d'espérer quoi que ce soit des médias, ce sont des
>> repères de vautours.

Si vous parlez des «mainstream medias» (MSM), je serais en gros
d'accord avec vous. J'ai rencontré ci et là des journalistes
qui me semblaient gentils et intelligents, qui travaillaient
pour les MSM, mais ils semblaient tous muselés par leur employeur.


>> Au point 3.3, vous avez tort. Brûler un livre sacré

Je prétends que ce n'est pas un livre sacré, et vous
prétendez aussi que ce n'est pas un livre sacré. Donc,
dans le cadre de ce débat, ce n'est pas un livre sacré.

Tout le débat repose sur ça! Si ces gens sont dans l'erreur,
et que leur erreur cause un grand tort à l'humanité (comme
on peut le voir par les effets de l'islam partout où il
peut développer ses virtualités), il faut les libérer de
cette erreur.

La première étape est de leur montrer que leur livre n'est
pas sacré. Cette première étape elle-même se subdivise en
deux: la présentation de la preuve que ce livre n'est pas
sacré, et la publicité faite pour cette preuve (en effet,
un médicament ne sert à rien, si les patients ignorent son
existence).


>> Injurier est une forme de violence, souvent
>> plus dommageable pour l'individu que la violence physique.

Bizarre... Vous dites ci-haut qu'il serait «bon»
d'injurier tous les policiers!


>> Vous pouvez
>> considérer qu'une menace de mort n'est pas violente

:-)

Je n'ai jamais dit qu'une menace de mort était légale! J'ai
dit que le mot «violence» avait un sens strict, et que
l'expression «violence verbale» n'était pas une utilisation
du mot «violence» au sens strict.


>> Votre point 3.4 ne rime à rien

... tant que vous regardez vos préjugés gauchistes, et non
la réalité.

Avez-vous soigneusement étudié ce que le point 3.4 vous dit
d'étudier? («le contenu en tant que tel du coran, la vie
personnelle de Mahomet, l'histoire récente et moins récente
des peuples ayant subi l'influence de l'islam, etc.»)


>> les humains utilisent souvent la religion pour tuer

Hi hi!

Primo, vous êtes sexiste. Vous oubliez toutes les humaines!

Secundo, «la religion» n'existe pas.

Tertio, les meutriers, par définition, sont des gens gravement
immoraux. Il ne faut donc pas se surprendre qu'ils vont
tenter d'habiller leurs gestes laids de belles intentions. Si
on veut aborder cette question scientifiquement, il faut être
capable de voir qu'il y a souvent une différence entre le motif
avoué, et le vrai motif!


>> vous savez autant que
>> moi qu'on peut prendre n'importe quel texte (religieux ou pas) et lui
>> faire dire n'importe quoi.

Distinguo. Concedo strictement parlant. Nego si un
texte a un interprète autorisé. (Par exemple, un texte de loi au
Canada est interprété en dernière instance par la Cour Suprême
du Canada.) Mais comme vous n'avez probablement pas suivi
le cours du Professeur Mahjistair, vous vous trompez
probablement dans votre compréhension du catholicisme.

Et ne venez pas me dire: «Bla-bla, vos histoires de catholicisme
ne me concernent pas.» Nous parlons de sociologie de la religion
ici. Si vous étudiez sérieusement le phénomène religieux, vous
devez tenir compte de ces différences fondamentales entre le
catholicisme et l'islam.


>> Vous savez comme moi qu'on peut se servir de
>> l'Ancien testament pour justifier l'esclavage

Non, je ne sais pas.

Ayez pitié de mon ignorance, et montrez-moi ne serait-ce qu'un
seul enseignement officiel du Magistère de l'Église catholique
qui se sert de la Bible pour justifier l'esclavage.


>> Le point 3.5 ne rime pas à grand-chose non plus

Je dis à cet endroit que les gauchistes s'étouffent
presque de colère en voyant un coran se faire brûler, tout
en étant indifférents lorsque des gestes pires sont
commis contre les chrétiens.

Nous pouvons ensemble faire un liste de ces gestes,
en deux colonnes (une pour l'islam, une pour le catholicisme),
telle que recensés dans les médias, et ensuite faire
le calcul.


>> observation personnelle pour observation personnelle

Nego. Enquête sociologique dans les médias «mainstream».


>> les religions ne
>> méritent pas de respect, point - et j'inclus la vôtre dans le lot.

Primo, vous vous contredisez en affirmant une règle morale
absolue. Secundo, avez-vous écouté l'avocat de la défense
avant de condamner l'accusé?


>> Toutes les institutions hiérarchiques, en particulier celles qui
>> exercent du pouvoir et de la domination, sont méprisables.

Affirmation standard des anarchistes, fondée sur leur confusion
standard entre le pouvoir en tant que tel, et l'abus de pouvoir.
Il est facile de constater que le pouvoir en tant que tel est
bon.

Imaginons que, Dieu vous en préserve, vous vous faites frapper
par un conducteur en état d'ébriété. Rendu à l'hôpital, le
médecin à l'urgence dicte des ordres à ses subordonnés:
«Inhalothérapeute! Intubation trachéale et ventilez! Infirmière!
Pression sur la fémorale droite pour réduire l'hémorragie!
Vous, le préposé, allez chercher une civière pour amener le
patient en salle d'op!»

Les subordonnées sont en relation hiérarchique avec le médecin,
et le médecin donne des ordres afin d'imposer sa volonté au
groupe. Le chef de la communauté dicte des lois qui ordonnent
les actions des subordonnées vers le Bien commun de ce groupe
(sauver le patient).

L'abus de pouvoir est «méprisable», comme vous le dites. En effet,
une loi qui n'est pas fondée sur la raison (une loi qui n'est
pas ordonnée au Bien commun) est mauvaise:

	Mais dans la mesure où [une loi] s'écarte de la raison, elle
	est déclarée une loi inique, et dès lors n'a plus raison de
	loi, elle est plutôt une violence.
	[Summa theologica, Ia-IIae, q. 93, a. 3, ad. 2]


>> seulement dans la mesure où ils ne
>> tentent pas d'imposer leur choix moraux aux autres

Reprenons notre exemple sanglant. Le conducteur en état d'ébriété
qui vous a frappé se fait arrêter par un policier, traîner
devant un tribunal et condamner à une peine de prison. Une
hiérarchie a imposé son choix moral à un individu. Heureusement!

«Tenter d'imposer un choix moral» n'est pas mauvais en soi. Au
contraire, une société ne peut pas exister sans cela. Ce
qui est mauvais, c'est d'imposer un mauvais choix moral, ou
d'imposer un bon choix moral, mais de la mauvaise manière.


>> abattre à coup de
>> hache la croix de chemin laide et à l'abandon qui trône à quatre
>> coins de rue de chez moi?

Vive la Science! Alors, regardons pour voir:

 

Cailloux «sacrés» sur la route

Crucifix le long de la route

Terrain où se situe l'objet

Propriété publique

Propriété privée

Niveau de difficulté pour commettre un «sacrilège»

Très bas. Il suffit de marcher sur la voie publique, et en plus il est impossible pour un passant de voir la différence entre un caillou «sacré» et un qui ne l'est pas.

Très élevé. Il faut commencer par violer le droit de propriété de quelqu'un, et ensuite s'attaquer à un objet qui manifestement n'est pas un buisson ou une vache ou un autre objet commun.

Intention des propriétaires de ces objets

Mauvaise (piéger les passants pour pouvoir les punir).

Bonne (édifier les passants, tel qu'expliqué ici)

Par contre, je suis d'accord avec vous qu'un objet à l'abandon a
besoin d'être enlevé ou réparé. Allez voir le propriétaire et
offrez-vous pour donner un coup de grattoire et de pinceau!


>> Section 4. Compte tenu des faibles preuves historiques, c'est déjà un
>> acte de foi costaud que de croire qu'un individu nommé Jésus a
>> vraiment existé

Liste de ces preuves? Et les avez-vous examiné selon une
bonne méthode historique?


>> dire que c'est dieu, ça tient de l'autosuggestion

Commençons par le commencement. Est-ce que Jésus Lui-même prétend
être Dieu? (Encore ici, je parle sociologiquement. Je ne vous
demande pas si vous avez la Foi catholique. Je vous demande
d'examiner ce que le personnage principal d'un livre dit de lui-même.)


>> et particulièrement à
>> moi, puisque je suis une égoïste indécrottable

J'ai de la misère à voir le lien logique de votre «puisque».

Le conducteur en état d'ébriété, dans notre exemple sanglant
ci-haut, a agi égoïstement; il avait envie de boire, et il avait
envie de conduire, et tant pis pour les autres.

J'imagine que vous répondrez que le conducteur en état d'ébriété
a «imposé son choix» égoïste, alors que vous n'imposez pas
les choix de votre égoïsme aux autres. C'est méconnaître les
dommages que vous causez par votre pollution spirituelle
pornographique, et méconnaître tout le bien que vous pourriez faire,
si vous combattiez votre égoïsme et que vous commenciez à
faire quelque chose d'utile pour la société. (Comme vous porter
volontaire pour gratter et repeindre la Croix près de chez
vous.)


>> que le pape
>> embrasse le coran plutôt que l'asphalte d'un aéroport, ce n'est
>> qu'anecdotique

... pour quelqu'un qui ignore la sociologie!

Qu'un personnage célèbre et admiré de plusieurs embrasse
la terre où il arrive, pour manifester le respect qu'il a
pour tous les gens qui y habitent, c'est édifiant et cela
a des effets positifs dans la société où cet événement
est diffusé.

Lorsqu'il embrasse un livre qui contient des erreurs
très dommageables à la société, il contribue à propager
quelque chose de mauvais, en donnant à ce livre une
bonne réputation qu'il ne mérite pas.

(Cela étant dit, ce que le Pape embrasse ne fait pas partie
des actes magistériels, donc cela ne met pas en cause
l'Infaillibilité papale.)


>> La section 5 a été écrite pour répondre à vos coreligionnaires et me
>> concerne assez peu

5.1 ne vous concerne pas, en tant que membre d'une société
démocratique qui encourage l'immigration islamique? Ah,
oui, j'oubliais, vous vous fichez des autres, à cause de
votre égoïsme indécrottable...


>> Le point 5.3 m'a tout l'air d'un raccourci intellectuel; vous ne
>> pouvez pas faire dans la provocation

Nego. Information, pas provocation.


>> Un musulman pourrait
>> très bien décider de répondre à votre geste en posant un geste
>> sacrilège contre un de vos accessoires sacrés

:-)

Vous lisez, et vous oubliez ce que vous venez de lire!

Un musulman ne peut pas avoir accès à un «accessoire sacré»
catholique en allant dans une boutique dans un centre d'achat!


>> Je vais considérer le point 5.4 comme une blague et non comme une
>> vraie réponse

... parce que l'intelligent voit de l'intelligence partout, alors
que le sot (ou la sotte)...

;-)

Sérieusement, sur mon site, j'aime faire des blagues, mais
j'aime aussi que mes blagues soient éducatives. Le fait est qu'un
obscur pasteur protestant américain était placardé dans
tous nos médias québécois, et ce pendant plusieurs jours, et
à ce moment il n'a même pas brûlé de coran! Moi, ici même au
Québec, au même moment, j'en brûlais un, avec photo à l'appui,
et j'envoyais mon article à Radio-Canada, les journaux
Le Devoir et La Presse, et d'autres médias gauchistes du Québec.

Rien. Pas un mot. Quoi? Vous dites que je suis moins important
qu'un pasteur protestant Américan? Je me suis présenté à toutes
les élections fédérales depuis 2006. Je suis dans un des
groupes pro-vie les plus en vue à Québec, un groupe qui rassemble
probablement plus de participants à sa manifestation devant
l'avortoir de Québec, que cet obscur pasteur protestant dans
sa micro-église. Mon site web a même reçu une approbation
du diocèse de Québec! Et les journalistes de Radio-Canada me
connaissent bien. (Je les fais mal paraître à chaque fois
qu'ils m'interviewent, au point où ma petite question inévitable
est toujours censurée dans leurs reportages.)

La photo de moi en train de brûler un coran est inutilisable
par un gauchiste, car elle mène directement à un site web
qui détruit les arguments des gauchistes.


>> [Que l'Angleterre]
>> ait subi les conséquences par la suite n'est pas une conséquence d'un
>> comportement pacifiste, mais plutôt de son aveuglement impérialiste.

Nous sommes tous deux d'accord pour affirmer que l'Angleterre
a historiquement posé certains gestes. Ces gestes ont une
nature donnée. Ce ne sont pas des gestes «inodores et incolores»,
ce sont des gestes d'apaisement. Vous pouvez faire un procès
d'intention à l'Angleterre en affirmant sans preuves que
l'intention de ces gestes était mauvaise, mais cela ne dirime
pas mon argument: les gestes d'apaisement ont encouragé
l'intimidation violente.


>> Il existe
>> d'autres pays musulmans où les chrétiens pratiquent en ce moment même
>> leur religion sans subir de persécutions particulières, comme la
>> Turquie, le Liban ou la Jordanie.

Nego. Quod gratis affirmetur, gratis negatur.

Je maintiens mon affirmation: plus l'islam peut développer ses
virtualités, plus les chrétiens se font persécuter. (Par exemple,
la Turquie était officiellement un pays séculier, mais ce
pays sombre dans l'islam de plus en plus, et les persécutions
contre les chrétiens augmentent en conséquence.) Je maintiens
mon test, je maintiens mes preuves.


>> que tentiez-vous de dire? [...] vous ne le
>> dites pas explicitement

Hum... Moi je pensais m'être exprimé très explicitement
dans la conclusion de mon article. Je laisse les lecteurs
de notre débat décider si ma conclusion est explicite
ou non.


>> Point 5.9. Je ne vote jamais, pour personne

Et en cela, vous manifestez votre égoïsme indécrottable,
ou votre sens aigu du civisme? (Ou votre incohérence?)


>> qu'aucun parti politique ne
>> préconise une immigration sans conditions

Un seul parti politique au Canada ose dire des choses comme
ceci:

	Adherence to the rule of law must be protected or Canada risks
	becoming like other countries, which due to inadequately
	developed immigration laws, are now dealing with strident
	cultural groups which insist that their new host country
	accept the tenets of the country they have left behind as the
	means by which to establish cultural norms and settle disputes
	and conflicts.

	In this area, Sharia law with its demands for cultural and
	legal accommodation in places such as the UK, the Netherlands,
	and other Western nations, must receive special attention.
	Sharia law, which endorses such things as the denial of equal
	rights for women under the law, female genital mutilation,
	honour killings, polygamy, violence against homosexuals,
	jihad, dhimmitude and the death of infidels will be
	strenuously opposed under a CHP immigration programme.

	Such demands are a violation of the principle of loyalty to
	the new country and are far in excess of our common
	understanding of multiculturalism. The CHP rejects cultural
	relativism, and asserts that not all cultures are equal or
	equally good. Canada, as part of the British Commonwealth,
	owes its distinct cultural heritage to the Judeo-Christian
	worldview and norms.
	[Source]

Vous ne le saviez pas? Ah, oui, j'oubliais: Vous ne vous
intéressez pas à votre démocratie, parce que cela exigerait un
effort contraire à votre égoïsme indécrottable...


>> Les musulmans, les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, c'est
>> en ce qui me concerne kif-kif

Oui, parce que vous démontrez une stupéfiante ignorance
de la sociologie, ainsi que des enseignements officiels
de ces religions.


>> il se trouve que les musulmans ont moins tendance à se mêler de
>> mes affaires que les catholiques.

Hi hi! Une pornographe athée, dans un pays musulman? Bonne chance!

Et les catholiques au pluriel se mêlent de vos affaires? Wow!
Lesquels? Où? (Bonne occasion de réseauter pour moi!)


>> Les accommodements que les musulmans réclament [...] ne
>> m'empêchent nullement de vivre à ma guise

Regardez ce qui se passe avec L'Hiver Arabe, et extrapolez.


>> au Canada, vos chances de devenir martyr sous les coups
>> d'un islamiste radical sont très faibles

Je souhaite bien que vous ayez raison sur ce point! Par
contre, la progression de l'islam qui se constate aisément dans
notre Occident décadent ne m'inspire pas confiance.


>> la prochaine fois qu'un artiste
>> décidera d'enduire une statue de la vierge d'excréments, car on aura
>> tôt fait de vous faire remarquer que vous avez adopté un comportement
>> similaire si vous protestez.

Vive la Science! Alors, allons voir pour voir.

Quelle information a-t-on sur la Bienheureuse Vierge Marie?
Un sociologue répondrait: quelques passages de la Bible, et
les enseignements officiels de l'Église catholique à son
sujet. Remarquez que ce socioloque ne déclare pas qu'il croit
ces enseignements. Il ne fait que constater les faits: la
nappe phréatique spirituelle contient tel et tel produit à telle
et telle concentration.

Ces quelques passages de la Bible et ces enseignements du
Magistère sont-ils positifs ou négatifs? Est-ce que ces
«produits» qui sont répandus dans la «nappe phréatique» ont
des effets délétères, neutres ou positifs sur la société?

Selon votre habitude, vous bondirez probablement pour
répandre les excréments de la calomnie sur la Vierge Marie.
Mais je vous demande ici de vous comporter comme un
sociologue sérieux: allez voir pour voir. Allez analyser
les produits qu'on répand dans la nappe phréatique.


>> Il est aussi hors de tout doute qu'on ne puisse pas insulter
>> l'identité fictive qu'est dieu.

Bon, vous êtes athée. Mais avez-vous raison d'être athée?
Avez-vous confronté vos positions avec la réalité?


>> vous ne vous êtes pas donné la peine dans ce texte de nous dire
>> exactement pourquoi vous brûliez le Coran

Parce que c'est déjà fait, et mieux que je ne pourrais le
faire, par des gens plus compétents que moi. Je vous invite
à commencer ici:

	Islam 101

Il est bon aussi de lire quotidiennement, au moins quelques
semaines, le blog de Robert Spencer:

	www.jihadwatch.org

Si vous ne voulez pas lire ses commentaires, au moins lisez
les manchettes, et vérifiez les sources de ces manchettes.


>> vous dites que vous êtes libre. Vivant au Canada,
>> j'en doute fortement

Je ne suis pas parfaitement libre, bien sûr, mais il me
reste encore assez de liberté pour rejeter publiquement
une erreur grave (l'islam) qui menace l'humanité.


>> Seriez-vous en
>> train de suggérer que les Américains ont un droit inné à la liberté
>> que les autres individus n'ont pas?

:-)

Bien sûr que non! Par contre, si on compare le Québecistan
Soviétique et les États-Unis d'Amérique, le peuple américain
a, en très général, moins tendance à se laisser tondre
la laine sur le dos par les Médias et le Gouvernement, comparé
au peuple québécois.

OK, OK, j'avoue ici ne pas avoir d'étude scientifique pour
le prouver. Mais je pense qu'une telle étude pourrait se
faire, et qu'elle prouverait que j'ai raison. (Cela étant dit,
ne vous inquiétez pas, je vote pour un autre parti que le
Parti Républicain, et je n'adule pas la race américaine, etc.)


>> Je préfère l'erreur et l'esclavage à la mort

Oui, conséquence tout-à-fait logique de l'athéisme: si
nous n'avons pas d'âme spirituelle, il n'y a rien après
la mort, donc l'héroïsme n'a plus aucun sens. Pourquoi
un pompier devrait-il mourir en tentant de sauver des
gens d'un incendie? Pourquoi un soldat devrait-il
donner sa vie pour la Patrie? Pourquoi un médecin devrait-il
aller dans un pays du Tiers-monde ravagé par une épidémie
et une guerre civile, alors qu'il sait qu'après avoir
soulagé de nombreux malades et blessés, il risque une
mort presque certaine?


>> Pour finir, voici mon appréciation générale de votre texte:
>> c'est l'un des plus médiocres qu'on peut lire sur votre site.

Disons qu'en tant que pornographe au statut professionnel
incertain, vous êtes mal placée pour parler de la médiocrité
des écrits d'autrui!

;-)

Mais je laisserai les lecteurs de mon site décider qui a raison.

En passant, je n'ose pas aller sur votre site, mais si
vous en avez le courage, vous pourriez rajouter un hyperlien
vers notre correspondance. Vous pourrez ainsi, vous aussi,
laisser le choix à vos lecteurs. Mais peut-être que c'est
pas assez érotique pour vos lecteurs de voir une pornographe
au statut professionnel incertain se faire donner une
royale fessée par un catholique fidèle au Pape?


>> j'arriverais facilement à vous faire sortir de vos
>> gonds par quelques insultes et quelques sacrilèges bien
>> placés.

Vive la Science! Allons voir pour voir.

Commencez par fournir votre vrai nom et votre adresse
actuelle, et ensuite faites ce que votre conscience
vous dictera. Je ferai de même. (Ne vous inquiétez pas, j'ai
déjà fait face aux pires sacrilèges imaginables, et que je ne
suis jamais «sorti de mes gonds», comme en témoigne: (i) la
correspondance sur mon site web, (ii) mon absence de casier
judiciaire, et (iii) le fait que je ne porte pas de masque.)


>> J'espère toutefois vous avoir fourni la petite satisfaction
>> de [...] me prendre pour une idiote

Bizarre comme attitude. Moi, je suis catholique, donc je ne
fais pas ce genre de choses. Faites-vous de la projection?


>> P.S.: Je ne suis pas pornographe professionnelle [...]
>> N'avez-vous pas écrit quelque part qu'il faut vérifier
>> les faits avant de les publier?

Touché! Oui, vous avez tout-à-fait raison, je n'ai pas
d'informations fiables sur votre statut professionnel
(ni sur votre vrai nom, ni sur votre vraie adresse, etc.).

[Note de SJJ: Quand j'avais ajouté cette correspondance à mon
Bottin, je ne savais pas trop quel description lui donner,
alors j'avais mis «Anne Archet, pornographe professionnelle»,
parce que je n'avais jamais de ma vie vu un site web consacré
entièrement à un vice.]

Je vous dois une compensation, et des remerciements pour
avoir signalé mon erreur et m'avoir aidé à améliorer
mon site.

Au plaisir (spirituel) de lire vos écrits autres que
pornographiques,

SJJ

| Accueil >> Bottin des brebis et des loups